Bienvenue

Podcast: les 3 erreurs que font ceux qui attrapent la grippe

Ça y est, je me suis lancée…Ainsi, pour ceux qui ne me connaissent pas, ce sera l’occasion pour moi, je l’espère d’apporter par ma voix, un peu de soleil de ma région 😉 , jusqu’à vous.

Je suis très heureuse de vous présenter un nouveau format à travers ce premier podcast de Soigne ton assiette ! Excusez-moi déjà pour les quelques erreurs, car c’est vraiment une première pour moi…

Il se trouve que c’est de saison et d’actualité, donc ce premier podcast parle de la grippe et de comment passer au travers!

Pour cela, j’ai eu envie de vous faire part de ma façon d’y échapper…

Cliquez sur « Play » pour l’écouter, ou cliquez ici pour le télécharger directement (et par exemple l’écouter sur votre smartphone quand vous en aurez envie).

Il est vrai qu’ il y a ceux qui attrapent la grippe chaque année et… Ceux qui comme moi y réchappent quasi à chaque fois!    AH! AH! AH!

Chez nous, c’est mon conjoint qui l’attrapait chaque année, alors plutôt que de le narguer, je me suis dit que pour lui, comme pour moi, ce serait sympa qu’il évite celle de cet hiver. Elle a l’air bien carabinée, en plus du fait que les souches du vaccin ne paraissent pas être très efficaces…

On s’est donc penché sur ce qui nous différenciait ou plutôt, ce qui le fragilisait par rapport à moi et j’ai identifié ainsi 3 facteurs qui sont très certainement:

Les 3 principales erreurs de ceux qui attrapent la grippe

malgré les vaccins et les règles d’hygiène classiquessymptôme grippe

Vous l’avez devinez, il est question d’alimentation dans ce podcast mais pas que….

Et, comme, soulever un problème n’est pas suffisant pour le résoudre, je vous donne également:

Les 10,5 nutriments essentiels à mettre dans votre assiette pour booster votre immunité,

et ainsi préparer votre corps à se défendre au mieux.

nutriments essentiels pour les défenses

Gardez à l’esprit que le virus de la grippe utilise nos ressources pour se multiplier. Or, le nerf de la guerre réside dans notre capacité à multiplier nos défenses immunitaires plus vite qu’eux pour éviter d’être malade ou du moins trop mal en point!

Bref, découvrez dans ce podcast, les nutriments et, les aliments qui les contiennent, que nous avons mis au menu depuis l’arrivée du froid:

 

  1. Magnésium (en complément, vous pouvez également lire l’article que je mentionne dans le podcast sur comment remonter une carence en magnésium)
  2. Vitamines B
  3. Oméga 3
  4. Polyphénol
  5. Coenzyme Q10
  6. Zinc
  7. Cuivre
  8. Vitamine C (en complément, vous pouvez également lire l’article que je mentionne dans le podcast sur les 8 aliments les plus riches en vitamine C pour booster son immunité)
  9. Vitamine D
  10. Fer (si vous pensez être anémié, pensez à aller voir « anémie: comment augmenter naturellement ses apports en fer)

10,5   Surprise…! A découvrir dans le podcast 😉 

Nos Résultats

Pour l’instant, on croise les doigts…Chez nous, tout le monde est passé au travers. Malgré des cas à l’école et dans l’entourage et, mis à part quelques petits rhumes, rien à signaler!

Je sais à quel point c’est épuisant d’attraper la grippe chaque hiver pour le malade mais aussi pour son entourage, notamment quand il s’agit des enfants.

Bilan, généralement, elle finit par contaminer tout le monde…

Alors si ces conseils vous permettent d’y réchapper, on ne va pas s’en priver!

 

Ce podcast est un nouveau format pour moi, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous en pensez.

Il m’a semblé que ça pouvait être intéressant puisque l’on peut continuer à faire autre chose pendant qu’on l’écoute. Or, vu le rythme des journées, gagner quelques minutes n’est pas du luxe!

Vous pourrez ainsi l’écouter durant vos temps de transports, votre séance de sport ou même en faisant le repas ;).

Je vous laisse deviner mon moment préféré pour écouter les podcasts…

 

clip_image006Cet article podcast vous a plu? Partagez le autour de vous!!!

Vous connaissez quelqu’un qui “attrape la grippe chaque année” ? Partagez lui cet article!

Sources:  L’immuno-nutrition Docteur Jean Paul Curtay 

Changez d’alimentation Professeur Henry Joyeux

*Les liens partagés sont des liens affiliés.*

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrai pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats!

 

 

Illustrations:  attraper la grippe designed by Bru- no by pixabay.com licence creative commons/ symptôme grippe designed by congerdesign by pixabay.com licence creative commons/nutriments essentiels pour les défenses designed by NjoyHarmony by pixabay.com licence creative commons

 
Partagez cet article
 
 
    

Événement inter-blogueurs: Votre meilleure astuce pour manger sain quand vous n’avez pas le temps de cuisiner

C’est bientôt la saison du carnaval. Alors je me suis dit que c’était le moment idéal pour organiser mon premier carnaval d’articles appelé aussi événement inter-blogueurs,  sur le thème:

Votre meilleure astuce pour manger sain quand vous n’avez pas le temps de cuisiner ”

Qu’est-ce qu’un carnaval d’articles?biscuits carnaval

L’idée est de créer un événement où des blogueurs d’univers différents vont s’exprimer sur un même sujet proposé par un blogueur.

J’ai déjà participé à d’autres événements de ce type sur les thèmes:

“Les plus grands mythes de votre domaine” organisé Elodie et François du blog La Céto Sympa.  Pour l’occasion, j’ai écrit l’article “Bien manger coûte cher !” : Mythe ou Réalité?

“Vos astuces pour des repas sereins en famille”organisé par Nath du blog https://www.nutri-momes.com. Où pour l’occasion, j’ai écrit « 3 freins à lever et 3 astuces pour des Repas sereins avec les enfants »

“Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” organisé par le blog Devenez meilleur. Pour lequel, je vous ai livré « Ma meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions alimentaires mais pas que… »

Participer à ces événements est toujours très intéressant car cela permet de partager son point de vu et d’apprendre d’autres blogueurs sur un sujet donné!

Quel avantage pour vous blogueur(se)?

Il vous permettra de toucher une plus large communauté de lecteurs puisque je ferai un article récapitulatif avec tous les articles participants en y intégrant le lien vers chaque article de chaque participant. De plus, ce sera l’occasion de faire la connaissance d’autres blogueurs pour partager à des occasions ultérieures.

Quel avantage pour les lecteurs ?

Et bien, vous aurez différentes astuces à tester… Vous pourrez ainsi partager avec nous dans les commentaires, votre astuce préférée ou en tout cas, celle qui vous correspond le plus! Vous découvrirez aussi d’autres blogs y compris dans d’autres domaines qui vous intéresseront peut-être!

Pourquoi ce thème ? :Votre meilleure astuce pour manger sain quand vous n’avez pas le temps de cuisiner 

pas le tempsTout simplement car je pense que c’est l’un des freins principaux aujourd’hui pour manger sain au quotidien!

Bien que chacun trouve sa propre motivation dans « manger sain »: la santé, se sentir en forme, être performant (sportivement parlant), perdre du poids, transmettre de bonnes habitudes à ses enfants etc…

Il me semble que les astuces de chacun peuvent tous nous intéresser quelque soit notre motivation première! Et puis ce sera une grande source d’inspiration pour ceux qui ont pris ces bonnes résolutions le mois dernier ;)…

Bien évidemment, je vous prépare un article sur ma meilleure astuce pour manger sain même quand je n’ai pas le temps de cuisiner !

Les conditions pour participer

1. Qui peut participer ?

Tout le monde peut participer, il vous suffit d’avoir un blog et de respecter les règles qui suivent.

2. Quelle est la date limite pour participer ?

Votre article doit être publié et votre e mail envoyé avant le samedi 30 février 2019 à 23H59 (heure de Paris)  😉 .

Non bien sur 😉 , le samedi 02 mars 2019 à 23h59! Prolongation jusqu’au 09 Mars dernier délai! 😉

3. Comment participer ?

  • Votre article doit faire 500 mots au moins, et être écrit en français,
  • Il doit porter sur le sujet “Votre meilleure astuce pour manger sain quand vous n’avez pas le temps de cuisiner ” et ne pas être hors sujet,
  • Il ne peut pas être composé, même partiellement, de contenu déjà publié ailleurs (Copyscape sera utilisé pour vérifier cela),
  •  Aucun article contenant plus de 3 fautes d’orthographe ne sera accepté. N’oubliez pas d’utiliser votre correcteur orthographique.
  • Il ne peut pas contenir de liens affiliés.
  • Vous devez intégrer une petite note au début de votre article pour permettre au lecteur de prendre connaissance du carnaval d’article (voir plus bas).
  • Vous devez également intégrer un lien vers votre article préféré de mon blog.
  • Une fois votre article publié sur votre blog, envoyez un e mail via le formulaire de contact de mon blog.
  • Je vérifierai que votre article suit bien toutes les règles énoncées sur cette page.
  • Si tout va bien,  je vous enverrai un e mail pour vous confirmer la prise en compte de votre article dans cet événement.

4. Taille de votre article

Votre article doit faire au moins 500 mots.

5. Récapitulatif de l’article

Le samedi 16 Mars 2019, je publierai l’article récapitulatif qui inclura une liste de tous les articles participant à l’événement, avec évidemment un lien vers ceux-ci.

Le classement des articles sera fait par ordre d’arrivée.

8. Paragraphe à faire figurer à la fin de votre article

Pour que votre article fasse bien partie de l’événement, n’oubliez pas d’inclure cette note au début de votre article :

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs “Votre meilleure astuce pour manger sain quand vous n’avez pas le temps de cuisiner ” organisé par Virginie du blog Soigne ton assiette. Si vous avez aimé cet article, je vous remercie de cliquer sur Partager l’article !

10. Blogs ne pouvant participer à l’opération

Les blogs interdits aux mineurs ou qui sont dans des thématiques illégales ou moralement douteuses (warez, etc.) ne peuvent pas participer à l’opération.

11. C’est parti !

Vous avez  donc jusqu’au samedi 02 mars 2019 à 23h59 pour publier votre article et m’envoyer votre e mail.

Prolongation jusqu’au 09 Mars dernier délai!

Si vous avez des questions, posez-les dans les commentaires.

Je suis impatiente de vous lire et de découvrir vos astuces 🙂 !

Illustrations: beignet carnaval Couleur by Pixabay.com licence creative commons/gateau chocolat rigolos Efraimstochter Pixabay.com licence creative commons/Pas le temps absolutvision by Pixabay.com licence creative commons

 

 
Partagez cet article
 
 
    

La Recette de crêpes sans gluten et sans lait… Inratable!

Les crêpes? Vos enfants adorent! Et pas qu’eux Winking smile.

Hum! Tièdes, moelleuse, ses doux arômes qui vous chatouillent les narines… et que dire du Nutella qui fond…

Le souci, c’est que la recette classique, contient du beurre, du lait de vache et de la farine de blé donc du gluten, du lactose et des protéines de lait de vache…

Pfff…

Alors déjà que réussir des crêpes sans grumeaux et qui ne se déchirent pas à la cuisson quand on les retourne, relève d’un véritable tour de main…

Vous n’avez aucune envie de revivre ces moments de solitudes devant votre poêle à crêpe à essayer de « rattraper  » votre pâte à crêpes comme quand vous avez fait des crêpes les premières fois…

Vous voulez réussir vos crêpes sans gluten et sans produits laitiers du premier coup, sans que personne ne se rendent compte que vous avez changé votre recette?

Pas besoin d’être top chef,  Suivez ma recette de crêpes sans gluten et sans lait et mes conseils pour la rendre incognito!

La Recette des crêpes  sans gluten et sans lait

Pour moi, « manger des crêpes » rime avec « cocooning ».

Je ne sais pas vous, mais moi le dimanche soir, j’ai toujours un peu le cafard…D’ailleurs, quand j’étais petite, ma maman nous faisait très souvent des crêpes, je la soupçonne d’avoir ressenti notre petit coup de blues à ma sœur et moi.

Humm ! avec un peu de Nutella ou simplement un peu de sucre et de citron…Envolé le cafard !

Quand on était un plus grande, on avait pris l’habitude d’en réclamer quasiment tous les dimanches, alors notre deal:

Maman faisait la pâte et on s’occupait de la cuisson! Bon pas toujours une réussite les premières fois 😉 mais en suivant ses conseils et en observant son tour de main…

C’était donc la recette de crêpes de mon enfance que je maîtrisais parfaitement, autant vous dire qu’il n’était pas question de tout chambouler sous prétexte de devoir faire des crêpes sans gluten et sans lait…

C’est donc l’adaptation de la recette de ma maman que voici…

Ingrédients

  • 6 œufs
  • 550g de lait végétal (je préfère l’amande personnellement car ça se marie très bien avec l’eau de fleur d’oranger, mais vous pouvez très bien utiliser du lait de soja ou de riz… J’évite personnellement l’avoine car il contient du gluten). Pour un premier essai, évitez le lait de riz 😉 pour la texture.
  • 30g d’huile d’olive
  • 190g de farine de riz complet
  • 30g de farine de pois chiche (si vous n’en avez pas, remplacez par de la farine de riz ou une autre farine. Néanmoins, le pois chiche apporte du liant à la pâte et ainsi vos crêpes seront plus faciles à retourner à la cuisson.)
  • le zeste d’1 citron ou d’1 petite orange non traités ou encore plus rapide: 3 gouttes d’huile essentielle bio (citron, orange douce ou clémentine )
  • une cuillère à soupe de rhum ou de grand Marnier ou pas…
  • une cuillère à soupe de fleur d’oranger ou pas…
  • des graines de vanille, du sucre vanillé ou pas…

Si vous souhaitez acquérir ce tour de main,

pour bluffer vos proches, avec TOUTES vos recettes,

pour vous régaler sans culpabiliser,

c’est par ici pour apprendre à cuisiner INCOGNITO sans gluten et sans produits laitiers…

Préparationpâte à crêpe sans lait sans gluten

  • Dans un saladier, cassez les œufs et battez les bien.
  • Ajoutez l’huile d’olive et les aromatisants (zestes, rhum, fleur d’oranger, vanille, sucre vanillé…).
  • Mélangez et ajoutez les farines, bien battre avec un fouet à main. C’est cette opération qui permet de ne pas avoir de grumeaux (inutile de tamiser la farine Winking smile).
  • Quand votre mélange est bien homogène, ajoutez progressivement le lait végétal tout en remuant.
  • Ensuite faites comme d’habitude…Vous pouvez laisser reposer un peu la pâte ou pas…ça dépendra de la patience de votre tribu ou de votre gourmandise!
  • Faite chauffer votre poêle à crêpe graissée avec une goutte d’huile d’olive et c’est parti pour la cuisson…recette de crêpes sans gluten et sans lait

NB: pour des crêpes hypotoxiques,

Cuisson à feu doux, c’est un peu plus long mais ça fonctionne très bien :).

Mon astuce pour vous, faire cuire avec 2 poêles en même temps pour optimiser votre temps devant la plaque de cuissson et sinon un appareil multi-crêpes type « party crêpes » et tout le monde se colle à la cuisson comme ça ;)…

Vous avez peur d’avoir des grumeaux ?

Voici le tuto en vidéo, zéro grumeau garanti si vous faites comme moi dans la vidéo…

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Vous avez peur que vos crêpes sans gluten se déchirent?

Et oui, après les grumeaux, la hantise quand on fait des crêpes avec sans gluten, c’est la catastrophe à la cuisson…

Je ne vous parle même pas ici de les faire sauter (je n’ai jamais eu le coup de poignet) par contre si vous arrivez à les retourner, c’est gagné si vous arriviez avant…

Comment faire pour éviter que la pâte n’accroche à votre poêle même sur des anti-adhésives qui adhèrent ?!

Comment éviter que votre crêpe finisse en bouillie à moitié crue, à moitié cuite ? Vous voyez de quoi je parle ;)…

Avant d’aller plus loin, assurez vous d’avoir la même texture que ma pâte dans la vidéo: elle est fluide et consistante à la fois…

Première astuce

Je mélange au fouet la pâte avant de prendre chaque louche. En effet, l’absence de gluten, fait que le réseau de la pâte est moins stable et qu’elle décante plus vite…Bilan le temps de faire cuire une ou deux crêpes, la surface s’est allégée et le fond s’est épaissi!

Et là, c’est la catastrophe, il sera impossible de retourner votre crêpe sans qu’elle ne se déchire…

Deuxième astuce

Elle est basique, elle aussi, mais indispensable!

Je graisse la poêle entre chaque louche de pâte comme ci dessous, avec de l’huile de d’olive:

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Troisième astuce

Je ne touche pas à la crêpes tant que tous les bords ne se sont pas décollés comme dans cette vidéo:

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Comment rendre cette recette de crêpes sans gluten et sans lait Incognito?

Bon, par rapport à la recette initiale, j’ai remplacé le beurre, la farine de blé, le lait de vache et j’ai du faire quelques adaptations par rapport la texture …Mais le goût est là.  Et à chaque fois que j’en mange, je replonge dans les années 90.

Comment c’est possible alors que concrètement j’ai remplacé 80% des ingrédients de la recette de ma maman?

C’est très simple! Ce qui fait le goût de vos crêpes ce n’est ni le lait ni la farine de blé. Mais bien, tout ce que vous ajoutez et qui est « facultatif ». Et là, si vous les parfumiez déjà, surtout ne changez rien!

Pour l’aromatisation, faites comme vous faisiez avant, avec votre ancienne recette de crêpe, c’est ça qui fait le goût Winking smile.

et Vos crêpes sans passeront incognito!

Garnir ses crêpes sans gluten et sans lait

Chez Soigne ton assiette, les crêpes sont parfumées au zeste de citron+ Rhum + fleur d’oranger.

Mes filles en mangent même quelques unes sans sucre, avec juste un filet de jus de citron voire même nature Smile.

recette de crepes sans gluten délicieuse

Chez vous c’est Nutella habituellement?

C’est vrai que la crêpe au Nutella, c’est trop bonSmile with tongue out

Oui mais mettre du Nutella avec huile de palme et poudre de lait sur vos supers crêpes sans lait et sans gluten, ce n’est pas possible si vous êtes allergiques aux produits laitiers. Ou ça vous fait culpabiliser ?

Et si on se faisait une pâte à tartiner source de bon oméga 3 recommandés pour notre santé et de magnésium pour nous aider à lutter contre le stress?

Voici la recette de la pâte à tartiner qu’il vous faut pour mettre fin à votre culpabilité 😉. Cliquez ici pour la découvrir.

Vous serez certainement content de varier avec des pancakes 😉 La recette est ici dans mon ebook gratuit!

Bon appétit les gourmands conscients Winking smile !

clip_image008Cette recette vous a plu?  Partagez la autour de vous!!!

Vous connaissez quelqu’un qui est intolérant, allergique ou cœliaque?

clip_image004[1] Envoyez lui!

crêpes sans gluten
Cliquez ici et Épinglez moi sur Pinterest

Illustrations:  crêpes sans lait et sans gluten by BrunO Designed by Pixabay licence creative commons/ autres photos Soigne ton assiette tous droits réservés

 

 
Partagez cet article
 
 
  800 
800
Partages

3 freins à lever et 3 astuces pour des Repas sereins avec les enfants

Vous avez dit « repas serein »? En famille?

Si pour vous, comme pour beaucoup, ce moment rime trop souvent avec cauchemar, cet article va vous intéresser!

Cet article fait suite au carnaval d’articles “Vos astuces pour des repas sereins en famille” organisé par Nath du blog https://www.nutri-momes.com.

On ne va pas se mentir. Nombre de parents n’en peuvent tellement plus le soir après leur journée, qu’affronter un repas en famille avec les enfants est une véritable épreuve…

Et pour cause, tout le monde a eu sa journée bien remplie de choses ultra excitantes à raconter ou au contraire de nombreuses difficultés ou contrariétés à gérer…Dans les deux cas, le niveau de tension est tel qu’à la moindre étincelle, ça explose ou les situations se crispent…

D’ailleurs nombre de parents, renoncent à infliger ça, à tout le monde à chaque repas. Et ils décident de faire manger les enfants et, de se faire un plateau TV ou de se mettre à table en deuxième partie de soirée.

Vous vous reconnaissez là?

Repas dissociés parents enfants: Pour ou contre?

Pour

Biensur ponctuellement, cette alternative peut s’avérer être une bouffée d’oxygène quand on est très stressé ou à cran. Et c’est en même temps un moment en tête à tête sans les enfants pour les parents (à condition qu’il n’y ait pas la télé clip_image002 ). Je ne sais pas chez vous, mais à table avec les enfants, c’est souvent très difficile d’en placer une…alors avoir une petite discussion entre adultes, est une utopie!

Contre

Le danger, c’est de prendre l’habitude de dissocier parents et enfants trop souvent lors des repas… D’ailleurs si on y réfléchit bien, arrivez vous à prendre tous ensemble le petit déjeuner, le repas du midi? Non? C’est bien classique et c’est le cas de la majorité d’entre nous en raison de nos différents rythmes de vie et de la pression du temps… Alors si vous vous privez en plus des repas du soir tous ensemble, vous vous privez des échanges, de la communication et de la cohésion qui sont l’essence même d’une famille.

repas serein en familleSans compter, que le partage des repas permet aux enfants de progresser dans leur découverte des saveurs et des plats. En effet, les plus jeunes sont influencés par les réactions des autres. Leur curiosité est suscitée et leur envie de goûter de nouveaux plats est plus spontanée!  N’oubliez pas que le changement et la nouveauté font peur et c’est humain! On est toujours plus rassuré si quelqu’un l’a fait avant nous…

Donc, dissocier parents-enfants lors des repas, pour décompresser de temps en temps, OUI. Mais ça ne peut pas être une solution dans la durée. Mieux vaut s’attaquer aux causes plutôt que de fuir la situation !

3 facteurs insoupçonnés qui contribuent à pourrir l’ambiance d’un repas en famille

1-Les écrans:

Montrez l’exemple et imposez: pas de téléphone pendant les repas!

Les premiers temps, vous pouvez même décider de les passer en mode avion ou de couper le Wifi pour éviter toute tentation quand un message arrive ou que le téléphone sonne…

Avec des ados, une solution consiste à décider d’un endroit ou tout le monde (y compris vous) pose son téléphone après l’avoir déconnecté, avant de se laver les mains pour passer à table par exemple.

Bien sur qui dit « pas d’écran », dit « pas de télévision »!

ça parait évident, mais parfois certains parents demandent à leur enfants d’arrêter avec leur téléphone alors qu’ils sont eux même entrain de regarder les infos à la télé…Soyons cohérents et nous gagnerons en crédibilité!

2-Les exigences de bienséance:

Combien de fois par repas répétez vous ce que vous avez entendu vous même pendant vos repas en famille durant votre enfance?

“On reste à table tant que tout le monde n’a pas terminé…”

“Assied toi correctement”

“Ta tête est lourde? Tiens toi correctement! “

“Tes coudes!”

“On mâche la bouche fermée….”macher

Et j’en passe!

Alors bien sûr apprendre les bonnes manières est essentiel pour vivre en société et cela rend les repas plus agréables…Oui, mais quand ça tourne à la mitraillette à reproches, les conflits pour les faire respecter, n’ont plus rien de pédagogiques…

Choisissez vos batailles, au risque de vous épuiser…Et puis chaque enfant selon son âge acquiert la capacité d’intégrer ces règles de bienséance les unes après les autres, au fur et à mesure qu’il grandit… Savez vous les efforts que ça demande à un enfant de maternelle de se canaliser pour rester assis toute la journée à l’école?  Et aux plus grands, de se concentrer sans bouger en cours?

Arrivés à la maison, on leur redemande encore la même chose. Or, ils sont comme vous en fin de journée, ils n’en peuvent plus!

Essayez de lâcher du leste… Chez soigne ton assiette, on leur demande d’essayer de manger proprement car pour nous c’est ce qui est le plus insupportable, pour le reste, on laisse couler… On verra dans quelques années pour les autres règles.

Diminuez son niveau d’exigence, c’est diminuer le niveau de tension clip_image002[1].

3- Êtes vous vraiment là?

Êtes vous présent à vous même? Êtes vous disponible?

Souvent une des raisons des conflits à table, vient de l’indisponibilité intellectuelle d’un des deux parents. On pense à autre chose et du coup, on n’est pas disponible pour écouter et échanger, on s’agace et le ton monte!sérénité

Mais là, ce n’est pas la faute de vos enfants, ils ne peuvent rien y faire…Et, je parle en connaissance de cause! Alors lâchez vos préoccupations et concentrez vous sur le moment présent, en l’occurrence le repas et les sujets de discussion avec vos enfants…Vous gagnerez en qualité de communication et en sérénité.

 

L’appétit et …..Les goûts et les couleurs!

je n'aime pasLes 3 facteurs que l’on vient de voir, contribuent à l’ambiance du repas. Et le niveau de tension d’un repas n’est jamais étranger aux réactions des enfants…

“j’aime pas….”

“j’ai pas faim…”

En effet, l’état d’esprit dans lequel on est, est capital quand on va travailler vous le savez bien…et bien c’est la même chose à la maison, pour les devoirs et les repas!

Plus l’ambiance est détendue et agréable et plus votre repas se passera dans la sérénité… Après avec des enfants, sérénité ne veut pas toujours dire calme…Mais l’animation a aussi du bon clip_image004. Alors bien sur, le niveau de tension ne peut à lui seul tout expliquer…

Il existe d’autres facteurs qui rentrent en ligne de compte :

Le manque d’appétit:

“J’ai pas faim”: pas de problème, il faut respecter ce que ressentent les enfants.

Surtout ne pas les encourager à nier le sentiment de satiété qu’ils ressentent, au risque qu’ils perdent ce repère important pour le reste de leur vie. Nombre d’adultes en surpoids, le sont aujourd’hui, car ils ont perdu cette écoute des signaux de satiété durant l’enfance.

Donc, on ne force pas à finir son assiette, jamais!

Je vous invite d’ailleurs pour approfondir à lire cet article  NON, NON, Ne finis pas ton assiette.

Après, certains petits malins pourraient prendre cela pour habitude afin de ne manger que ce dont ils ont envie…

Donc chez nous, la règle est claire,

« Tu n’as pas faim pour le plat, tu n’as pas faim non plus, pour le dessert… »

Cela sous entend que les portions sont servies en accord avec l’enfant,voire un peu en dessous de ce qu’il mange habituellement afin qu’il puisse se resservir ou pas. Tout ça, sans être pénalisé sur son dessert. Je précise que cette règle s’applique aussi à nous les parents…

Et aucune crainte, les enfants ne se laissent jamais mourir de faim (conseil d’un pédiatre).

Ne faites jamais du repas, un enjeu, au risque d’inviter inconsciemment l’enfant à y transposer un mal-être ou un conflit avec vous.

Mes 3 astuces face aux “J’aime pas”

3 clefs pour des repas sereins en famille

  • Première astuce:

“Les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas” ?

Et bien pour nous, au moins ça se commente!

C’est à dire que pour pouvoir dire “je n’aime pas”, TOUT le monde goûte…On a expliqué aux enfants à travers des exemples de notre vécu que les goûts changeaient avec le temps. Et pour être sûr que l’on n’aime pas quelque chose, il faut au moins goûter un petit peu à chaque fois…

Et puis, on leur a aussi expliqué que le cerveau est conditionné par notre souvenir de la dernière fois où on a goûté. Donc qu’il y a de forte chance, qu’avant d’avoir pu réellement analyser les goûts, il nous dise “j’aime pas!”.

Donc pour empêcher ce coquin de décider à notre place, on a mis un petit stratagème en place…Au lieu de dire « j’aime » ou « j’aime pas », on doit essayer de reconnaître les saveurs (salé, sucré, amer, acide). On doit deviner par exemple, quels sont les ingrédients de la soupe ou du plat!

Vous pouvez même imaginer que celui qui gagne a un privilège. Mais attention, à ne pas créer trop d’esprit de compétition, selon l’excitation, ça peut être contreproductif…

  • Deuxième astuce

Laissez vos enfants reprendre le contrôle. Se sentir maître de ses actes est un puissant levier!

Comment? Proposez lui d’agrémenter son plat avec ce qu’il veut et laissez le faire seul!

Mettez lui des condiments, des herbes aromatiques sèches ou fraîches (si vous en avez au jardin) ou des épices à disposition.

NB : au supermarché, ils sont très souvent en panne de ketchup, ou je l’ai malencontreusement oublié… et je ne sais pas le faire zut…il n’y en a plus clip_image002[2] )

L’autonomie est très importante pour les enfants.

D’ailleurs parfois, le résultat de leur mixture est pire qu’au départ mais c’est eux qui l’on fait alors c’est super bon!!!! Ou pas…mais ils auront essayé…

  • Troisième astuce:

Mes deux premières astuces n’ont pas fonctionné…

Ne vous acharnez pas, après tout vous aussi, vous avez bien un ou deux plats que vous détestez… Mieux vaut ne pas cristalliser et reproposer une autre fois le plat ou l’ingrédient sous une autre forme (cuisson différente, association différente, assaisonnement différent…). On dit qu’un enfant n’aime réellement pas au bout de la 21eme fois qu’on lui propose le même plat…alors patience!

En complément, je vous invite à lire cet article sur comment faire goûter de nouveaux aliments aux enfants.

carotteEt comme vous êtes un super parent, et que vous connaissiez le risque sur ce plat, vous aviez prévu une crudité sur laquelle votre bambin pourra se rabattre…Et sinon une carotte, façon Bugs Bunny, fera très bien l’affaireclip_image002[3].

En tout cas, ne sous estimez pas le pouvoir de ces repas en famille, ne serait ce que par le mimétisme des enfants…

 

Le pouvoir des repas en famille clip_image006

Spéciale dédicace au papa clip_image008 de mes deux princesses, qui ne m’en voudra que dans 2 mois, de raconter cette anecdote …. Quand il arrivera à la lecture de cet article…clip_image010

Ne sous-estimez pas le pouvoir du collectif y compris sur les parents…

Notre super papa n’avait plus mangé de poisson depuis ses 4 ans…Une telle aversion qu’on croyait même à une allergie alimentaireclip_image012. Mais après analyse, le verdict est tombé: pas d’allergie.

dégoûtantOr notre première princesse venait d’avoir 1 an et il ne voulait pas risquer de communiquer ce dégoût qui relevait presque de la phobie à sa fille.

Alors, avec l’aide d’une seconde motivation santé par rapport au sport (je vous passe les détails mais je vous invite à lire cet article sur comment guérir plus rapidement une tendinite grâce à son alimentation), super papa a décidé que puisque c’était dans la tête, il fallait qu’il réessaie de manger du poisson. Il voulait petit à petit arriver à surmonter son aversion.

Et c’est ce qu’il a fait!

Bravo!!! Et Merci!

Moi qui adore le poisson, je ne suis plus freinée pour en cuisiner!

On ne peut pas dire qu’il saute de joie quand il y a du poisson au menu, ni qu’il se ressert. Mais aujourd’hui, il mange même les maquereaux…accompagnés d’un verre de vin* blanc. Ça passe presque tout seul clip_image002[4]  et surtout, il est un exemple pour nos filles!

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération!

Pour Conclure:

Des repas sereins en famille, c’est la meilleure base pour une alimentation santé et éviter les carences fer, magnésium, vitamine C ou attraper les virus qui trainent.

Or, Apprendre à nos enfants à soigner leur assiette ne peut se faire que dans le cadre de repas sereins pour qu’ils y trouvent plus de plaisir qu’au Mc Do Vampire bat !

Cet article vous a plu?  Ou pas?   

Partagez avec nous dans les commentaires, vos difficultés ou vos astuces pour des repas sereins avec les enfants

EmailSi vous avez aimé cet article, cliquez sur Partager l’article !

 

Illustrations:  relax by AlexaFotos Designed by Pixabay licence creative commons/  repas serein en famille designed by freepik.com licence creative commons/ macher designed Kdsphotos by pixabay.com licence creative commons/sérénité designed by congerdesign by pixabay.com licence creative commons/ je n’aime pas by Livelaughlove by pixabay.com licence creative commons/ 3 clefs pour des repas sereins en famille congerdesign by pixabay.com licence creative commons/  carotte  by Openclipartvectors Designed by Pixabay licence creative commons/ dégoutant by Billithecat designed by Pixabay licence creative commons /

 
Partagez cet article
 
 
    

8 Aliments riches en Vitamine C pour booster vos défenses

 

Avec l’hiver, c’est l’arrivée des épidémies, gastroentérites, grippes, rhinopharyngites….

Pour me protéger pendant cette période, parmi ma panoplie pour renforcer mes défenses immunitaires, sur le podium, il y a le magnésium mais surtout la vitamine C.

Le Rôle de la vitamine C dans notre système immunitaire

J’ai volontairement fait le choix de me concentrer sur son rôle dans les affections aiguës, elle a bien évidemment d’autres propriétés que celles exposées dans cet article!

La vitamine C, aussi appelée acide ascorbique, intervient à plusieurs niveaux dans le processus de défense de notre organisme et son efficacité a fait l’objet de nombreuses études scientifiques où elle est vivement recommandée. Pour faire simple, elle dope nos défenses, la potion d’Astérix et Obélix en quelques sortes…

Plus scientifiquement, elle va agir au sein des globules blancs dans lesquels elle va créer une réaction avec le fer pour produire des radicaux libres qui seront dirigés contre les envahisseurs. En plus de cette action, elle permet aux cellules de nos défense immunitaires de se multiplier plus rapidement.

Les 8 aliments les plus riches en vitamine C

Aliments source de vitamine C

La vitamine C est sensible à la chaleur.

Si vous voulez profiter des apports en vitamine C des aliments que vous consommez, il vous faudra favoriser les fruits et légumes crus. En effet la vitamine C est  sensible dès 60°C mais surtout au delà de 100°C. Pour vos cuissons, si elles sont vraiment nécessaires, favorisez la vapeur douce qui permettra d’en épargner une majorité. (A condition de ne pas sur cuire les aliments)

Ceci dit,  je ne peux que vous conseiller de manger un maximum de végétaux crus et de crudités. kiwi

Maturité et Vitamine C:

Le taux de vitamine C est fonction de la maturité des fruits et du délai après récolte… Les fruits encore un peu verts manqueront de Vitamine C et de micronutriments…Mais les fruits trop mûrs aussi!

L’idéal?

Des fruits, à juste maturité, cueillis sur l’arbre! Ceci est valable pour les agrumes, et les autres fruits et légumes, sauf pour le kiwi qui continue à mûrir après récolte pendant de nombreuses semaines et dont la peau se fripe. C’est à ce moment qu’il est le meilleur!

Petite astuce pour choisir vos clémentines et mandarines:

Si il y a les feuilles, c’est qu’elles ont été récoltéesmandarine il y a quelques jours seulement. C’est un gage de fraîcheur et de qualité (bien sur si les feuilles sont toutes sèches, ça ne va pasclip_image003 ). Si vous vous fiez plutôt à l’écorce, celles qui sont cirées (très brillantes) ne vous renseigneront pas beaucoup sur l’état de fraîcheur. En effet, la cire permet de faire briller mais aussi d’éviter le dessèchement de l’écorce qui devient rapidement plus fine et plus terne en son absence. En revanche, pour celles qui ne sont pas cirées, il sera facile de se faire une idée sur leur fraîcheur.

Connaissez vous les soupes crues?

On ne va pas se mentir, quand il fait froid, on a plus envie d’une soupe que d’une salade ou d’une assiette de crudités… La soupe crue est une bonne alternative en hiver!

Cependant, au lieu de faire cuire vos légumes dont la cuisson classique détruira 90% de la vitamine C, avec les soupes crues, vous bénéficiez d’une soupe chaude qui réchauffe et réconforte quand il fait froid dehors…

Pour cela, rien de plus simple :

  • Nettoyez et découpez vos légumes crus  comme d’habitude (sauf la pomme de terre qui méritera une cuisson si vous voulez en mettre),
  • Faites chauffer de l’eau (super rapide à la bouilloire),
  • Et au moment de servir, dans votre blender, versez l’eau chaude sur vos morceaux de légumes, un filet d’huile de colza, vos épices préférés,
  • Mixez et le tour est joué…Une soupe riche en vitamine C et chaude!

soupe crue source de vitamine C

La soupe crue au cresson est délicieuse:

(Cuisson +préparation 10min max)

  • je fais cuire mes pommes de terre vapeur,
  • je lave soigneusement une botte de cresson (très important) et j’enlève les racines si il y en a,
  • je fais chauffer 1l d’eau
  • dans le blender, je mets le cresson, un demi yaourt au soja (pour le velouté), les pommes de terre, j’ajoute un quart d’oignon cru ou cuit à la vapeur avec les patates, un peu de poivre, d’huile d’olive et de colza, une cuillère de pâte de noix de cajou ou de noisette (optionnel), de l’eau chaude selon la consistance désirée,
  • Je mixe, je goutte et je rectifie l’assaisonnement si besoin…

A table!

Nos besoins journaliers en vitamine C

Ils sont estimés entre 50mg et 250 mg/jour avec des variantes selon l’activité, le lieu de résidence, la température…

Ce qui est certain, c’est que nos besoins augmentent en hiver et quand on est confronté à des infections ou des refroidissements. D’ailleurs, plusieurs études ont démontrées que les besoins étaient accrus en plein épisode infectieux (la grippe fait chuter de moitié le taux de vitamine C dans les cellules de notre système immunitaire).

Donc en hiver, on tablera plutôt vers sur un apport optimum entre 300mg et 400mg hors épisode infectieux. Et ça tombe bien, la nature est bien faite. L’hiver est la période de l’année où l’on trouve le plus les fruits qui en contiennent!agrumes pour l'hiver

Comment combler nos besoins en vitamine C grâce à l’alimentation?

Pour y arriver avec votre alimentation, vous pouvez manger:

  • 1 orange,
  • 1 kiwi et …
  • 100g de persil cru?

Ça fait beaucoup de persil d’un coup tout ça…90% de chaque botte fraîche que vous achetez se perd dans le frigo, n’est ce pas? C’est bien dommage au vu de sa richesse en vitamine C!

Mais, vous ne voyez pas comment l’utiliser en plus grande quantité?

Et bien, je fais une omelette tout ce qu’il y a de plus basique œuf oignon et en fin de cuisson, je rajoute le persil mixé sur le dessus. Mes enfants adorent ça, et c’est rapide et facile à faire. Cependant, personnellement, je préfère une salade de fenouil cru à l’orange, bien meilleure clip_image003[1]d’après mes papilles…Alors on varie les plaisirs et les sources de vitamine C!

Globalement, chez soigne ton assiette vu la quantité de fruits et de crudités que l’on mange, on doit arriver à ces taux de vitamine C… Néanmoins, en cas d’épisode infectieux ou selon le menu, ça ne suffit pas…

Ça ne suffit pas?

La vitamine C en complément alimentaire

Je ne compte plus le nombre de fois où prise au démarrage d’un picotement de gorge ou d’un rhume, elle a stoppé net les symptômes! D’ailleurs, j’en ai en permanence un tube à croquer dans mon sac afin de pouvoir en prendre à tout moment dès les premiers symptômes!

Néanmoins, la vitamine C est à éviter absolument dans la composition d’un complément alimentaire ou d’un traitement médicamenteux contenant du fer car elle est anti oxydante et le fer oxydant. Autant dire que c’est explosif!

Attention, les compléments en vitamine C seront efficaces pour améliorer l’absorption du fer contenu dans les aliments si ils sont pris au cours du repas. Grâce à l’effet des autres aliments qui agissent sur sa biodisponibilité, les réactions de réduction entre vitamine C et fer sont limitées. Et oui, le fer est déjà lié aux aliments donc moins disponibles pour ces réactions délétères avec la vitamine C.

Laquelle choisir?
  • Vitamine C naturelle ou synthétique

La forme synthétique est meilleur marché. Par contre, la forme naturelle est associée à des polyphénols protecteurs anti-oxydants qui améliorent sa biodisponibilité: Vitamine C acérola par exemple. On peut même la trouver en bio!complément alimentaire vitamine C

  • Vitamine C effervescente ou à croquer/ à avaler

La forme effervescente est à bannir! Et oui, l’effervescence est apportée par du bicarbonate qui neutralise l’acide donc la vitamine C. Adieu donc à son pouvoir antioxydant….Oui, je sais c’est la forme la plus vendue, encore un non sens ! clip_image005 À quoi ça sert de vendre un complément alimentaire inefficace? Et bien à faire du profit, bien sûr…

Les comprimés à croquer ou à avaler sont donc plus adaptés… Seul bémol, vous vous souvenez, la vitamine C s’appelle aussi acide ascorbique, ce qui fait qu’elle est agressive pour l’émail dentaire. Donc, soit vous l’avalez au lieu de la croquer, soit vous pensez au minimum à boire de l’eau. L’idéal restant un brossage de dents ou de se rincer la bouche avec une eau riche en bicarbonate type St Yorr pour tamponner l’acidité (mais sans l’avaler au risque d’inactiver l’ensemble de la vitamine C que l’on vient de prendre).

Chronobiologie: Quand et comment prendre la vitamine C?

quand prendre la vitamine CPour optimiser les quantités absorbées, il y a quelques bons principes à connaître:

1. la vitamine C des compléments alimentaires est mieux absorbée au niveau intestinal quand on la prend en fin de repas.

2. des apports (via des compléments alimentaires) trop importants d’un coup par voie orale sont inutiles. Le rein en éliminera la majorité pour réguler le taux circulant sanguin.

3. Il vaut mieux faire plusieurs petits apports de 150mg dans la journée qu’un seul de 1000mg (ce qui correspond à un comprimé généralement).

Heureusement, très souvent, ces comprimés sont sécables très facilement en 4 voir 6 morceaux. Cela permet d’éviter de prendre des doses trop importantes qui seraient de toute façon inutiles…

Maintenant, vous savez  comment la vitamine C peut vous aider à booster votre immunité. Mais elle n’est pas le seul paramètre à prendre en compte…En complément, je vous invite à lire cet article pour vous aider à résister aux virus en pleine épidémie.

Les épidémies concerneront tout le monde, une fois de plus cette année, sauf vous peut être clip_image003[2] !

clip_image006Cet article vous a plu? Partagez le autour de vous!!!

Vous connaissez quelqu’un qui “attrape tout ce qui traine” ? Partagez lui cet article!

Sources:  L’immuno-nutrition Docteur Jean Paul Curtay 

Changez d’alimentation Professeur Henry Joyeux

*Les liens partagés sont des liens affiliés.*

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrai pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats!

 

Illustrations:  podium du frigo aliments riches en vitamine C by soigne-ton-assiette.com tous droits réservés /  aliments sources de vitamine C by soigne-ton-assiette.com tous droits réservés/ kiwi designed by Jarmoluk by pixabay.com licence creative commons/ mandarines designed Pixel 2013 by pixabay.com licence creative commons/soupe crue source de vitamine C designed by Silviarita by pixabay.com licence creative commons/ agrumes pour l’hiver by Suju by pixabay.com licence creative commons/ complément alimentaire vitamine C Heungsoon by pixabay.com licence creative commons/  quand prendre la vitamine C  by freephotos Designed by Pixabay licence creative commons /

 
Partagez cet article
 
 
    

Otites à répétition? Solution nutrition!

Les otites…Ma plaie ou plutôt celle de mes 2 princesses quand elles étaient bébés!

Je ne vous raconte pas les nuits…Les pleurs, avant qu’elles percent! Et c’était “rebelote” tous les 15 jours chacune. Autant vous dire, qu’on ne dormait pas beaucoup avec leur papa…Mais, j’ai envie de dire, peu importe, ce qui était insupportable c’était d’être impuissants face à la douleur qu’elles enduraient à chaque fois.

Pas de solution du côté la médecine conventionnelle, on s’est même entendu dire:

“ Vous savez, les enfants sont quasi tout le temps malades l’hiver jusqu’à leur 7ème ou 8ème anniversaire, c’est normal! Certains, c’est les otites, d’autres, les « rhinos » ou encore les bronchites…Il n’y a pas grand chose à faire.”

Sauf que la petite dernière avait 6 mois. Ce n’était pas envisageable pour nous de la laisser endurer ça tous les 15 jours sous prétexte que c’était “normal”…

C’est donc là que commence notre recherche d’alternatives…

Aidés par notre médecin homéopathe, on essaie plusieurs choses en homéopathie. Les otites s’espacent un peu mais ce n’est pas ça. Les petites sont perpétuellement sous “granules” et quand on sait la régularité que cela demande…

On applique à la lettre les recommandations de lavage de nez dès qu’un rhume démarre.rhume Mais systématiquement, il dégénère en otite au bout de quelques jours.

Le problème majeur, c’était qu’au moindre petit coup de froid, un rhume démarrait, et je savais ce que ça engendrerait les jours suivants.  Je me suis alors transformée en maman parano tyrannique de son entourage, capable de se transformer à tout instant, si une veste n’était pas fermée ou si les chaussons n’étaient pas aux pieds! Une vraie névrosée du coup de froid!

On aura tout essayé pour le bain et la douche pour protéger les oreilles y compris le bonnet en silicone de natationclip_image002.

Et puis, un jour, malgré les « anti-bios » que l’homéopathe finit par prescrire à contre cœur, je retourne chez elle pour une énième double otite. Là, elle me dit:

“ J’ai du passer à côté de quelque chose, il y a autre chose, ce n’est pas normal qu’on n’arrive pas à bout de ces otites. »

Elle reprend alors, tous les dossiers médicaux, ceux des petites, le mien et celui du papa…Et puis, elle me propose d’essayer d’arrêter les produits laitiers pendant un mois pour voir… Ça tombe bien, on est fin juin, pour la plus grande les vacances d’été arrivent, plus de cantine, pour faire un test ce sera plus facile. Pour la petite en revanche, il faut changer le lait maternisé et passer sur un lait végétal. Mais bon, c’est plus simple qu’il y a 20 ans: on trouve tout ce qu’il faut en pharmacie ou en magasin bio.

Et là, miracle, oui pour nous c’était un miracle tant on n’y croyait plus. On soigne l’otite en cours et le rhume qui allait avec et puis plus rien!

Certains diront c’est normal, l’été, les enfants n’attrapent plus froid. Oui, mais pour les otites, c’est sans compter sur la plage et la piscine…Et puis l’automne et l’hiver suivant quasiment plus rien…Bon, quelques petites « rhinos » qui tournent parfois en bronchite mais rapidement guéries. Rien à côté de ce qu’on avait passé. Pour le coup, l’homéo était tout à fait adaptée!

Vous ne voyez pas bien le lien entre manger ou boire des produits laitiers et faire des otites?  Et bien, j’ai creusé la question pour vous et pour nous aussi…Chez nous, on a besoin de comprendre clip_image004

Lien entre Otites et Produits laitiers

Les problèmes de santé les plus connus en lien avec les produits laitiers

produits laitiersJe pense que tout le  monde serait prêt à entendre une relation entre produit laitier et problème digestif. Vous avez certainement déjà entendu parler d’intolérance au lactose provoquant des soucis intestinaux. Ou alors, vous avez déjà entendu parlé d’allergie aux protéines de lait: plus rare, mais ça existe et c’est loin d’être drôle pour les enfants qui sont allergiques: réaction intestinale explosive dès qu’ils sont mis en présence de traces de lait.

Dans le premier cas, l’intolérance au lactose, touche principalement les adultes et pour cause, nous ne produisons plus l’enzyme digestive nous permettant de le digérer. Normal, après tout… Initialement, les mammifères sont faits, pour boire du lait, les premières années de leur vie durant leur croissance. L’homme est le seul mammifère qui continue à boire du lait et à manger des produits dérivés issus du lait à l’âge adulte.

Dans le deuxième cas, il s’agit d’une allergie aux protéines du lait comme vous pourriez être allergique aux arachides (même si les symptômes peuvent varier).

Or, quand je parle d’otites, je parle bien des oreilles, ni de problèmes digestifs, ni d’allergies.

Des problèmes de santé en lien avec les produits laitiers inconnus du grand public

Bien qu’il n’y ait pas de problème digestif visible ni de réaction allergique, vous allez voir que l’appareil digestif et le système immunitaire sont bien au cœur du problème.

En effet, les otites à répétition font partie des maladies dites d’ ”élimination” de la sphère ORL.

1-Dans notre intestin:

barrière intestinaleTout commence dans notre intestin grêle, où la paroi un peu mal menée (médicaments: antibiotiques, hormones…, stress, alimentation moderne: polluants, additifs alimentaires, gluten…) devient plus perméable que ce qu’elle devrait l’être, on parle alors d’hyper-perméabilité intestinale.

Cette hyper-perméabilité laisse passer des molécules ou des fragments de molécules qui ne devraient pas passer normalement dans la lymphe et dans le sang. Or parmi les facteurs favorisants cette hyper-perméabilité, on retrouve les produits laitiers et notamment leurs protéines qui engendrent une flore de putréfaction inflammatoire au niveau des intestin.

2-Dans nos cellules:

C’est comme ça que les cellules de notre organisme se retrouvent encrassées par des fragments de molécules alimentaires ou bactériennes qu’elles sont incapables de traiter. En effet, elles n’ont pas les outils pour le faire, la boite à outils étant dans l’intestinclip_image002[1].

Donc ces fragments de molécules s’accumulent, et en s’accumulant gênent le fonctionnement normal de nos cellules. Heureusement notre système immunitaire veille. Face à cette invasion, il va se charger de dépolluer et de nettoyer. Pour cela, les macrophages vont littéralement avaler les morceaux de molécules indésirables pour les détruire avec leur arsenal chimique (eau de javel et eau oxygénée).

globule blancMais l’indigestion pour nos petits gloutons n’est pas loin… Ils vont s’autodétruire à force d’utiliser leur arsenal chimique. Ils deviennent des dégâts collatéraux de ce combat. Comme dans toute bataille, les cadavres doivent être évacués. Ils sont conduits par d’autres troupes de notre système immunitaires vers ce que l’on appelle les émonctoires pour être évacués de notre corps. Or n’oubliez pas ce sont des déchets toxiques…Ils contiennent tous leur arsenal chimique irritant.

3-Dans les oreilles:

décharge toxiqueOr, il se trouve que nos oreilles sont un des émonctoires de notre corps. Vous commencez à visualiser… Les oreilles se transforment en décharge pour cadavres de macrophages et donc de déchets toxiques (eau de javel, eau oxygénée). Ils vont continuer à s’auto-digérer et quand ils se percent, l’arsenal chimique qu’ils contiennent se déverse créant une irritation et des réactions en chaîne: de la pollution en somme!

C’est donc un état inflammatoire quasi permanent et la moindre agression extérieure met le feu aux poudres. Or ça tombe mal, car il s’agit d’une barrière entre le monde extérieur et notre organisme. Leur rôle à nos muqueuses ORL, et les oreilles en font partie, c’est de nous défendre de tous les intrus. Elles sont donc très bien équipées et c’est ce qu’elles font à longueur de temps sans que l’on s’en rende compte contre les virus, les bactéries et molécules chimiques…. Vous comprenez mieux pourquoi ça tourne rapidement à l’infection quasi chronique!

4-Dans la sphère ORL

étincelleEt vous le savez d’expérience, l’ensemble de notre système ORL communique. Donc, l’étincelle qui enflamme tout ce petit monde peu venir de toute la sphère ORL. Une gorge qui gratte peut évoluer en rhume, une rhinopharyngite en conjonctivite, bronchite ou otite selon chacun. Et généralement, chacun à sa tendance, moi c’était plus rhinopharyngite puis bronchite pour d’autres ce sera en otite. Si vous voulez savoir comment résister au mieux dans ces cas là, je vous invite à lire mon article sur comment résister aux virus.

En fait, il faut savoir que l’ensemble de nos muqueuses ORL sont des émonctoires, tout comme les sous muqueuses des bronches, des intestins et de la peau. Certains n’auront pas de problème ORL mais des maladies de peau par exemple, mais c’est un autre sujet…

Une solution alimentaire contre les otites

Concrètement qu’est ce qu’on fait?

Commencez par déprogrammer notre cerveau:

“Les produits laitiers NE sont PAS vos amis pour la vie….”depliant 3 volets auchan.indd

On essaie de limiter les produits laitiers si ça nous parait trop dur de les éliminer complètement dans un premier temps. Et non, vous ne manquerez pas de calcium!

Sur quoi pouvez vous (ou votre enfant) faire le plus facilement l’impasse?
  • votre bol de lait le matin?
  • votre morceau de fromage de fin de repas?
  • votre yaourt ou votre glace (il y a en au moins un qui devrait se reconnaître clip_image006…)

L’idéal, étant tout de même que tout le monde s’y mette, surtout que c’est bénéfique pour tous !

Rechercher des alternatives pour remplacer les produits laitiers
1-Les « Laits » végétaux:
  • Amande (intense mon préféré),
  • noisette (le préféré de papa et de la petite dernière),
  • coco (le préféré de Loïs),
  • chuffa (horchata je pense que ma grand mère m’aurait dit que c’était celui là qu’elle préférait),
  • soja, riz (ceux que j’utilise le plus en cuisine car ils sont plus neutres en goût.

Vous aurez peut être remarqué que je n’ai pas parlé d’avoine, tout simplement parce que l’avoine contient du gluten et que je l’évite le plus possible pour mes petits intestins et leur bonne perméabilité.

Il existe d’autres mélanges, plusieurs marques et les goûts sont différents selon les marque.

A tester, sans se décourager, si au départ ça ne vous plait pas.

2-Les « Yaourts » végétaux

Au soja mais aussi au lait de coco ou d’amande: rien avoir avec ce que vous aurez peut être goûter il y a plusieurs années, bien meilleur, mes filles adorent… (pour le soja, français et de préférence BIO: attention glyphosate….)

3-Les Glaces

Opter pour des sorbets plutôt que des crèmes glacées. Et si vous êtes un top chef et que vous avez une sorbetière, vous remplacerez facilement le lait par un lait d’amande ou un lait de noisette dans une crème glacée maison.

4-Les Huiles végétales

huile d'oliveLe beurre se remplace avantageusement par de l’huile d’olive surtout lorsque vous le faites fondre. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore goûté téléchargez mon bonus pour avoir la recette du super gâteau fondant au chocolat de Loïs sans lait.

Saviez vous qu’au pays des pâtes, les italiens n’utilisent pas de beurre mais de l’huile d’olive pour sublimer leurs pâtes?

Et je ne vous parle même pas de l’avantage nutritionnel en terme de qualité des acides gras.

Changez vos habitudes alimentaires progressivement

Et si c’était l’occasion, de faire un peu plus de place aux végétaux frais en réduisant les produits laitiers?fruits

Vous seriez doublement gagnants…Moins d’inflammation et plus de vitamines, minéraux et fibres!

  • A la place de votre yaourt, un fruit frais…
  • A la place de votre bol de lait le matin, une salade de fruit ou un fruit, une banane tient bien au corps pour ce qui on peut d’avoir faim!
  • Voire même pour les plus audacieux, un petit « dèj » salé à l’anglaise avec un œuf…

A vous de voir ce qui vous fait envie !

  • Garder le morceau de fromage pour accompagner occasionnellement un bon verre de vin et si possible préférez du brebis ou du chèvre.

Mais surtout, gardez à l’esprit que:

“Les produits laitiers NE sont PAS vos amis pour la vie….”

clip_image008Cet article vous a plu? Partagez le autour de vous!!!

 

Vous connaissez quelqu’un qui est sujet aux otites à répétition?

Cet article peut l’aider à comprendre pourquoi clip_image004[1], envoyez lui!

Sources: L’alimentation ou la 3eme médecine Pr Jean Seignalet/ Lait, mensonges et propagande de Thierry Souccar/ Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet Jean Marie Magnien

  L'alimentation ou la troisième médecineRéduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet  Lait, mensonges et propagande - Nouvelle édition

*Les liens partagés sont des liens affiliés.*

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrai pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats!

 

Illustrations:  otite designed by www.freepik.com by Freepick.diller licence creative commons /  rhume designed by www.freepik.com licence creative commons/ Produits laitiers Designed by Pixabay licence creative commons / barrière intestinale designed by OpenClipart-Vectors by pixabay.com licence creative commons/ globule blanc: designed by Flickr.com by Donald J. Davidson CC/ décharge toxique designed by Neu Packly by pixabay.com licence creative commons / étincelle designed by NunoSantos by pixabay.com licence creative commons/ les produits laitiers nos amis pour la vie designed by produits laitiers.com/ huile d’olive by designed by Openclipart-vectors by pixabay.com licence creative commons / fruits designed by Silviarita by pixabay.com licence creative commons

 
Partagez cet article
 
 
  4 
4
Partages

« Bien manger coûte cher ! » : Mythe ou Réalité?

C’est certainement quelque chose que vous vous êtes déjà dit, que vous avez pensé ou que vous avez entendu autour de vous:

« Bien manger ça coûte cher!  »

« Il faut avoir les moyens… »

« C’est un budget! »  En tout cas, nous, on se l’est déjà dit…

Mais avant débattre, c’est important, il me semble de se mettre d’accord sur ce qu’il y a derrière “bien manger”…

C’est quoi exactement “bien manger” pour vous?

On ne peut parler de “bien manger” que si déjà, on mange à sa faim…

Il n’est pas question pour moi ici de dénigrer ou de sous-estimer cette réalité…Bien au contraire… D’ailleurs, ce n’est pas parce que l’on n’est pas dans cette situation que l’on doit s’affranchir d’être attentif au gaspillage alimentaire chez soi. C’est tout de même 20kg en moyenne par an et par habitant et si on regarde l’ensemble du processus de production de nos aliments c’est autour de 100kg par an et par habitant. (source: gaspillagealimentaire.fr)

gaspillage-alimentaire-infographie

Bref, ça c’est fait et j’assume. D’ailleurs, ceux qui me connaissent personnellement me retrouveront bien là…

Mais redevenons un peu plus léger, car le “bien manger” que je souhaite aborder n’est pas celui là….

Bien manger, surtout en France au pays de la gastronomie, c’est avant tout:

  • Se faire plaisir

…C’est vrai! Notre culture fait qu’une certaine proportion de la population est faite d’épicuriens: vous savez le bon verre de vin avec le fromage qui va bien pour certain ou pour d’autre ces ravioles ou cette pièce du boucher avec une délicieuse sauce au poivre…

Ça ne colle pas vraiment avec www.soigne-ton-assiette.com? C’est juste!

Alors sinon, “bien manger”, ça pourrait être:

  • Ne pas manger entre les repas, ne pas grignoter
  • Ne pas faire autre chose en mangeant (regarder la TV, le téléphone…), ne pas manger sur le pouce
  • Bien structurer ses repas autour d’un traditionnel: entrée/plat/dessert

Mais pour moi, c’est plutôt

  • Manger sain

Là encore, il peut y avoir débat sur ce que j’entends par “manger sain”: bio, conventionnel, local ?…

Alors pour moi, et ça n’engage que moi, c’est manger local et bio quand c’est possible…On n’est pas des extrémistes non plus…

OUI! Ce “Bien manger” coûte cher!

Alors c’est vrai, si on compare des produits similaires comme ceux-ci:soupe bio ou non biocéréales bio ou non bio

biscuit bio contre conventionnel

Ça fait peur: le budget prend +60% selon les produits!

Mais que paye t on en fait?

Pensez vous que la différence entre le bio et le non bio soit seulement due aux matières premières bio qui sont plus chères car les rendements sont moindre et que c’est plus compliqué à produire?

Certes, mais c’est aussi un marché en plein essor, où les marges commerciales des différents intermédiaires, à commencer par celle des grandes surfaces, sont plus importantes.  Et c’est la même chose pour le local!

Pourquoi?

label bioLe marché bio est un marché porteur qui progresse de +20% depuis 2 ans et pour lequel le pouvoir d’achat des consommateurs est considéré comme plus important.

Sur le chocolat par exemple, (et oui j’adore le chocolat Winking smile), la pression de la demande fait augmenter le coût du marché des matières premières. C’est indubitable.

L’augmentation s’élevait l’an dernier à1.5 euros/kg en moyenne soit sur une tablette de 100g: au minimum 15cts voir plutôt 20cts avec les différents coefficients appliqués à tous les niveaux ( pertes en cours de transformation, différentes marges commerciales).

Encore une fois, c’est le même phénomène sur le local et les produits régionaux!

Mais pour autant, ce n’est pas une fatalité et j’aimerai que l’on aille au de là de ce simple constat et de ce simple relevé de prix comparatif.

Quand on veut se mettre à bien manger on pense souvent à bio et/ou local.

Mais pensez vous au degré de transformation des aliments que vous consommez?

Avez vous chiffré dans votre budget le coût des produits “malbouffe”?

Non! “Bien manger” ne coûte pas cher!

Je vais vous le démontrer mais on va élargir notre vision et nos horizons.

Vos habitudes

1-Etat des lieux: votre dernier ticket de caisse

Tout d’abord, faites le tour de vos placards ou passez en revue votre dernier ticket de caisse, et faites l’inventaire ainsi que le coût pour les produits relevant de la malbouffe (soda, bières, pizzas (oui je sais aux USA, c’est considéré comme un légume Confused smile), chips, saucisse de Strasbourg, bonbons, barres chocolatées….). Je vous laisse juger par vous même et faire votre propre liste (mon chocolat noir n’est pas dans ma liste malbouffe Winking smile).

2-Etat des lieux: les produits préparés

Ensuite, faites le point sur les produits transformés que vous achetez (soupe en brique ou lyophilisée, plats cuisinés surgelés ou en conserve…)

Alors? Bilan?

3-Dernier point: les fruits et légumesfruits et légumes

Vous les achetez en supermarché?  Et ce n’est pas donné, n’est ce pas?

 

 

 

Ces quelques constats faits (et vous pourrez en faire d’autres), j’aimerai vous poser une question:

Combien ça vous coûte, à vous, de faire un plat de lasagne maison?

De quoi est constitué le prix des produits que vous achetez?

Je vais vous parler d’un des plus grand scandale de l’agroalimentaire de ces 10 dernières années…

Les lasagnes au chevalscandale lasagne au cheval

Vous n’en avez pas entendu parler?

Impossible! Findus, l’affaire Spanghero…Vous y êtes?

A l’époque, je travaillais dans l’industrie agroalimentaire. Et bien cette crise ne m’a pas du tout surprise, aussi étonnant que cela puisse paraître.

Certes, en industrie, on achète en gros, et on fabrique de grosses de séries.

En revanche, on paye l’énergie, les emballages, les salaires des personnes qui fabriquent, qui facturent, qui font le marketing… On paye le stockage, le transport… Les centrales d’achat et les magasins font leurs marges commerciales pour couvrir également leur frais de fonctionnement. Donc ce n’est pas possible de vendre moins cher en magasin que ce que vous coûte des lasagnes faites par vos soins.

Les industriels travaillent le coût de revient de la composition du produit en ajoutant des épaississants, des texturants, des arômes, en important leur matières premières de pays où la main d’œuvre est moins chère et j’en passe… Tout cela pour faire baisser le prix de la recette et pouvoir proposer un produit à un prix suffisamment bas.

A l’extrême, quand plus rien ne peut être optimisé, la tension du marché peut aller jusqu’à pousser certains intermédiaires malhonnêtes dans les filières à la fraude sur les matières premières. Ce n’est pas excusable mais c’est ce qui s’est passé dans cette affaire des lasagnes au cheval.

L’heure du choix

heure du choixEn revanche, que ce soit clair, même si elles permettent de faire découvrir un certain nombre de chose au grand public, je ne suis pas fan des Cash Investigation et autres émissions à scandale sur l’agroalimentaire, où le but est avant tout de vendre du scandale pour faire de l’audience.

Bref, c’est un autre sujet, mais je vous invite à garder votre esprit critique quand vous regardez ce type d’émission. Parfois le plus gros scandale n’est pas là où le projecteur éclaire…

Pour résumer, un produit que vous achetez moins cher que du “fait maison”, il y a un problème ou une raison à vous de voir! Pas forcément du cheval à la place du boeuf, mais en tout cas, la composition est forcément moins qualitative que si vous les faisiez vous même!

Après vous n’avez peut être pas le temps de faire vous même des lasagnes.

Mais alors il faudra faire un choix entre:

la praticité et la composition des produits.

Si vous voulez les deux, c’est plus cher. Et en plus, la qualité reste relative, comparée à du “homework”.

Je vous invite donc à vous posez la question suivante quand vous achetez des aliments:

Achetez -vous un service rendu (temps de préparation réduit) ou une “qualité ”?

le prix d une salade

Chez soigne ton assiette

Entre santé et praticité, on a fait notre choix…

Pour y arriver, on s’est réorganisé. Mais pour autant en travaillant, avec 2 enfants, impossible, pour nous de passer 1h à cuisiner pour chaque repas. On fait beaucoup de crudités ou de soupe et comme dit mon conjoint, le cuiseur vapeur est notre meilleur ami. C’est sûr cela demande un peu plus de temps que de mettre un plat tout prêt au micro ondes mais c’est meilleur pour la santé et ça pèse moins sur le budget.

Vous n’avez pas le temps…

Nettoyer la salade ou laver les légumes, c’est trop long?

Faites travailler vos enfants! Rolling on the floor laughing Ils adorent s’amuser avec l’eau et surtout se rendre utiles. En plus, avec un peu de chance, ils en mangeront… Vous ne connaissez pas la formule magique: “c’est moi qui l’ai fait!”

Et puis, si il reste quelques insectes, ça fait des protéines, certains paient très chers pour ça!Open-mouthed smile

Vous pensez toujours que “bien manger ça coûte plus cher” ?

Je vous laisse vous faire votre idée.

En toute transparence, voici notre budget hebdomadaire pour:

  • 2 adultes (dont un rugbyman et l’appétit qui va avec!)
  • 2 enfants (qu’il vaut mieux avoir en photo qu’à table!) oui oui, certains pourraient laisser un commentaire en bas pour attester que je n’exagère pas s’il vous plait…
  • Pour 3 repas par jour + goûter (si vos enfants sont à la cantine, il faudra le prendre en compte pour comparer ce qui est comparable)
  • Les fruits et légumes représentent 50% de notre budget en quantité et en coût.
  • La majorité de nos fruits et légumes sont bio et locaux.
  • J’estime que nous consommons entre 80 et 90% de produits bios (tous produits alimentaires confondus).
  • Environ 20% de ce que nous mangeons provient du supermarché.

Notre budget, c’est entre 150 et 170 euros par semaine (quand notre petit potager de 20m² ne produit pas comme actuellement).

Depuis 1960, les ménages consacrent à l’alimentation une part de plus en plus réduite de leur dépense de consommation : 20 % en 2014 contre 35 % en 1960. En cinquante ans, la consommation alimentaire par habitant a malgré tout augmenté régulièrement en volume, mais moins rapidement que l’ensemble de la consommation. La composition du panier alimentaire s’est par ailleurs modifiée. La viande, les fruits et légumes, les pains et céréales et les boissons alcoolisées progressent moins vite que les autres produits alimentaires. Ils cèdent notamment du terrain aux produits transformés et aux plats préparés. La hausse du pouvoir d’achat des ménages, l’évolution contrastée des prix des différents produits et la baisse du temps consacré à la cuisine contribuent à la modification des pratiques alimentaires” (statistiques INSEE paru le 09/10/2015)

Pour

Une famille avec enfants, ses dépenses en alimentation par mois représentent en moyenne 22% de son budget, soit 685 .” (étude INSEE 2006).

Il s’agit bien sur d’une moyenne statistique et selon les revenus de chacun votre budget sera différent.

On passe aussi peut être plus de temps à cuisiner que vous, c’est notre choix, notre organisation et les menus sont atypiques, et à l’apéritif à la place des sodas, ce sera un jus d’abricot bio du producteur du coin. Mais je respecte les choix de chacun en fonction de ses contraintes. Et puis comme on dit: Rome ne s’est pas construite en 1 jour.

Néanmoins je terminerai là dessus,

Si “ La santé n’a pas de prix ”, Soigne ton assiette!

Cet article vous a plu?  Ou pas?    Les débats sont toujours enrichissants !!!

Partagez avec nous dans les commentaires, vos difficultés ou vos astuces pour “bien manger” sans faire exploser votre budget…

Si vous avez aimé cet article, je vous remercie de cliquer sur Partager l’article ! Email

 

Illustrations: manger sain coûte cher by Alexas-photos by pixabay.com licence creative commons/comparatifs de produits bio et non bio by soigne ton assiette.com tous droits réservés/ fruits et légumes by TeroVesalainen by pixabay.com licence creative commons/lasagne by Bru-no by pixabay.com licence creative commons/ heure du choix by freephotos by pixabay.com licence creative commons/ Le prix d’une salade by soigne ton assiette.com tous droits réservés/

 
Partagez cet article
 
 
    

Régime hypotoxique: LE seul conseil que ceux qui démarrent, veulent entendre

Savez vous pourquoi seules certaines personnes arrivent à manger durablement sans gluten et sans lait et pas les autres? Et bien, ça tient à 1 conseil que vous n’entendrez jamais dans ce milieu!

Vous avez décidé pour votre santé de passer au régime hypotoxique ou à l’alimentation Seignalet.

Pour démarrer, votre premier challenge:

Supprimer les produits laitiers et le gluten (ou plutôt toutes les céréales « modernes »).

Et ce n’est que la première étape…puisqu’il faudra ensuite vous attaquer à la cuisson! Mais on en est pas encore là…

La première marche… d’abord la première marche…Au risque de faire une grosse chute!

Mais revenons à cette résolution que vous avez prise pour votre santé, il y a quelques jours, quelques semaine ou quelques mois : supprimer le gluten et les produits laitiers…

Les résolutions du nouvel an…tout un programme!

Vous souhaitez un résumé de l’article car vous n’avez que 5 min devant vous? Cliquez en dessous pour voir la vidéo!

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Une nouvelle année s’ouvre devant vous et, pris par la positive attitude des fêtes, vous avez le sentiment que vous avez le pouvoir de changer les choses.

Vous avez bien raison!

Même si en réalité, les bonnes résolutions peuvent être prises tout au long de l’année.

Mais il est vrai que le nouvel an est un moment propice pour cela en raison du plein d’énergie que vous avez fait pendant les fêtes.

Et oui, les réunions avec votre familles ou avec vos amis, sont propices aux échanges de points de vues, d’idées…C’est souvent l’occasion de faire aussi un point sur l’année qui s’est écoulée.

De toutes ces réflexions enrichissantes ont découlé des envies de changements.

Bonne nouvelle: La volonté de devenir meilleur fait partie de la nature humaine!

Et la force du début d’année vient aussi du fait, que l’on partage avec les autres ses nouvelles résolutions et que nous sommes plusieurs à en prendre au même moment. Ce côté collectif, ce sentiment d’appartenance vont nous porter, du moins pour le démarrage.

C’est l’occasion, si vous le pouvez, d’embarquer votre entourage avec vous, car ce sera un avantage non négligeable!

Enfin, certains se disent:

« Ouais…Chez moi, c’est pas le cas!

Chez moi, c’est plutôt le style « démotivateur »… »

Vous voyez ce que je veux dire?

« De toute façon, tu tiendras pas…

Tu as tenu combien de temps la dernière fois que tu as essayé de faire un régime? »

AARRRR!

Ça vous énerve? Vous êtes furax?

Tant mieux! Ça aussi, ça va vous aider!

Vous n’allez pas leur faire se plaisir de leur donner raison, quand même?

Mais bon, dans un cas comme dans l’autre, que vous soyez soutenu ou au contraire enfoncé par votre entourage, soyons honnête avec nous même, c’est indubitable:

Les bonnes volontés de janvier s’étiolent généralement au fur et à mesure des difficultés rencontrées.

Les premiers jours ça va…Vous ne savez pas trop par quel bout prendre cette nouvelle alimentation sans gluten et sans lait. Mais les témoignages de réussite du régime hypotoxique que vous avez lu avant de prendre votre décision vous portent. (en voici un sur la fibromyalgie et un autre sur les otites à répétition si vous voulez)

Mais au fil des jours, en allant à la pêche aux infos sur le sans gluten et le sans lait, en approfondissant vos recherches et vos lectures, vous êtes tombé(e)s sur:

  • des articles
  • ou des groupes facebook avec des avis négatifs
  • ou des personnes qui relatent leur difficultés
  • ou d’autres au contraire qui ne tolèrent aucun écart.

Vos efforts vous semblent être une goutte d’eau dans l’océan, vous vous sentez comme une fourmi au pied du Mont Blanc. Il vous reste tant de choses encore à changer…

A quoi bon? Si c’est pour ne pas avoir de résultats de suite?

L’abandon est là, il vous guette.

Mais alors, que se passe t il?

Les principales raisons de vos échecs avec le sans gluten et le sans lait

J’en ai recensé 3 mais si vous cherchez, vous en trouverez certainement beaucoup d’autres.

Raison n°1 d’abandon:

L’objectif fixé est très, voire trop ambitieux et vous demande trop de changements dans vos habitudes.

C’est trop brutal!

C’est souvent le cas pour les changements d’habitudes alimentaires en tout genre.

En plus, le régime hypotoxique est quand même bien classé dans la catégorie: perte de repères culinaires

Raison n°2:

Vous êtes seul dans votre foyer à être concerné par cette alimentation sans gluten et sans lait car vous êtes visiblement le seul en avoir besoin (quoique ça se discute…), et vous finissez par vous sentir isolé voire même persécuté par votre entourage.

Il vous semble que non seulement personne ne vous aide et en plus,que certains prennent un malin plaisir:

  • à vous tenter en mettant le pain sur la table
  • ou à vous mettre des bâtons dans les roues en se permettant de dire que ce que vous avez fait à manger n’est pas comme d’habitude…

C’est peut être fait sciemment pour certaines personnes qui ont échoué elles aussi dans la poursuite de leur propre résolution. C’est possible….

Mais croyez moi! On est vite atteint du syndrome de persécution quand on est seul face à son objectif! Ou devrai-je dire face à ses frustrations et son assiette!

Qui ne l’a pas déjà vécu?

Vous décidez de vous mettre au régime et au bout de quelques jours ou quelques semaines de double menu, vous avez le sentiment que votre conjoint voire même vos enfants vous narguent avec du chocolat ou le dessert…

En plus, il y en a partout, il suffit d’ouvrir le placard, le frigo, d’aller au supermarché ou à la boulangerie pour rencontrer des produits contenant du gluten et des produits laitiers…

Sans parler des pubs à la télé…

Et le coup de grâce final, la sortie entre amis… et comme si ce n’était pas suffisamment, il y a encore au moins une raison d’échec très courante!

Raison n°3:

Un premier écart de votre ligne de conduite, puis 2 puis 3  et c’est la fin de votre bonne résolution.

A quoi bon continuer? C’est ce que vous vous dîtes… Et pourtant! Bien que le professeur Seignalet recommande une application stricte de ses recommandations alimentaires pour arriver à mettre en sommeil les maladies qu’il appelle de civilisation, je ne suis pas d’accord avec lui sur le fait que ça ne sert à rien de suivre partiellement ses recommandations.

Pourquoi? 

Une des raison (pour faire rapide), c’est qu’il vaut mieux faire un peu que rien du tout, selon moi! Car c’est une commencement, c’est un premier pas sur le chemin du changement.

Et puis, pendant ce temps, vous réduisez la quantité de molécules indésirables qui est absorbées par votre corps tous les jours.

Alors certes, il ne vous faudra pas vous attendre à des changements spectaculaires sur votre état de santé de suite…Ce n’est pas comme prendre un Doliprane pour faire taire votre mal de tête 2h.

Vous travaillez sur votre terrain qui a été « pollué » ou « encrassé » pendant des années. Ça ne va pas se faire en 2 jours. C’est un peu comme les terres agricoles avec les 3 ans dits de « conversion »  quand on décide de les passer en bio.

Mais bon, tout ça vous le saviez, non?

Peut être que vous l’aviez juste perdu de vue…

Vous voulez en savoir plus sur le régime hypotoxique?

J’ai écrit cet article chronique du livre l’alimentation ou la troisième médecine pour un autre blog. Il résume les grands principes et mécanismes de l’alimentation Seignalet.

Pour vous aider intégrer pourquoi c’est important d’arrêter les céréales modernes et les produits laitiers voici 2 petites vidéos à visionner :

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

On vient de 3 voir 3 causes. Mais voici maitenant, LA principale raison d’abandon pour l’alimentation sans gluten et sans lait.

LA raison principale de votre échec

C’est vous!

abandon régime hypotoxique

Et oui, que faites vous habituellement quand vous ne tenez pas la ligne de conduite que vous vous êtes fixés?

Vous vous dévalorisez et c’est le début de la fin ou plutôt le début d’un cercle vicieux qui s’installe.

Certes vous êtes responsable de vos actes. Mais à quoi ça sert de se dévaloriser si ce n’est pour continuer à s’enfoncer et à enterrer toute chance d’aller au bout de vos objectifs?

C’est pourtant bien connu la réussite est souvent semée d’embûche. Il y a des accidents de parcours.

Si vous avez réussi à arrêter de fumer, c’était peut être au bout de votre 3ème ou énième coup d’essai…Si il existait une recette miracle applicable à tous les fumeurs avec 100% de réussite, ça se saurait, non?

Alors pourquoi ce serait différent pour toutes les autres résolutions et en particulier pour l’alimentation hypotoxique?

Déjà, être conscient de la principale raison de ses échecs, c’est un premier pas. C’est en effet toujours plus simple de combattre un mal visible qu’un mal invisible.

Et là, vous devez vous dire, oui c’est pas faux, ce qu’elle dit mais on s’y prend comment maintenant pour y remédier?

Ma meilleure astuce pour réussir la suppression des produits laitiers et du gluten

alimentation Seignalet conseil

Je pourrais vous conseiller plusieurs dizaines de choses mais sans ça, vous ne pourriez pas tenir sur la durée:

Accordez vous un peu de clémence et de bienveillance!

Ça changera pour une fois! ! Et si au lieu de vous fixer des objectifs vous changiez vos habitudes ?

Au lieu de focaliser sur vos manquements, essayez de vous focaliser sur vos réussites, et arrêtez de vous comparer aux autres! Les autres, c’est bien au début pour l’élan collectif mais je ne sais pas si vous avez remarqué? On a plutôt tendance à se comparer à quelqu’un qui parait mieux que nous, or c’est le meilleur moyen pour se dévaloriser.

On croit que ça motive mais en fait, c’est l’inverse, on se dévalorise et on se démotive !
D’ailleurs, vous voyez la réussite et le résultat aujourd’hui!

Mais étiez-vous là quand cette personne a démarré ? Savez-vous combien d’écarts, elle a fait au départ ?

Sa force ?

C’est d’avoir persévéré…

Comment persévérer dans le sans gluten et sans lait?

Car il ne s’agit pas non plus de dire:

je le fais à moitié quand ça m’arrange et ce sera très bien…

Le but, ce n’est pas de revoir nos objectifs à la baisse… (quoique selon les personnes, ça pourrait se discuter)

Et si vous faisiez le point à la semaine, vous verrez que de semaines en semaines vos écarts seront moins fréquents et que vos habitudes s’ancrent petit à petit dans la durée.  L’idée, c’est plutôt de développer votre autodiscipline (je n’aime pas trop ce mot qui a une consonance rigide) donc si vous avez un mot pour le remplacer, je suis preneuse (hop en commentaire !). Si, vous voulez aller plus loin, sur comment développer votre autodiscipline, je vous invite à lire cet article sur les 5 piliers de l’autodiscipline du blog devenir Meilleur.

régime hypotoxique pas à pas

Quand il s’agit de changements profonds et radicaux vous pouvez découper votre objectif en vous fixant des étapes ou des objectifs intermédiaires qui vous paraîtront plus atteignables et vous permettront de réaliser que vous progressez bien dans la globalité. On peut apparenter ça à la méthode des petits pas.  Votre progression sera concrète et visible pour vous. Vous serez naturellement focus sur le positif et bien plus bienveillant avec vous-même.

N’oubliez pas non plus que ceux qui réussissent sont ceux qui savent apprendre en toute circonstance

Une défaillance, un manquement à votre ligne de conduite?  Que pouvez vous en tirer pour le futur?

Juste que vous êtes nul et que vous n’y arriverez jamais?

Ou votre prise de recul, va vous permettre d’analyser pourquoi c’est arrivé, et comment y remédier la prochaine fois ?

Et puis RE-LA-TI-VI-SEZ… Est ce vraiment dramatique? Ou juste un petit dérapage contrôlé ?

Alors, je vous rassure, naturellement, notre éducation va nous pousser à culpabiliser dans un premier temps et à se dévaloriser, mais VOUS avez la possibilité de modifier tout ça.

En tout cas, c’est comme ça que moi que j’ai réussi à changer d’alimentation durablement. C’est comme ça que j’ai réussi à supprimer les produits laitiers, le gluten puis à suivre l’alimentation hypotoxique du professeur Seignalet. Voici comment j’y suis prise:

Le démarrage du régime hypotoxique, chez Soigne ton assiette:

petit déjeuner sans gluten et sans lait

En ce qui nous concerne, grâce à cette bienveillance, depuis 7 ans, on a grandement amélioré notre alimentation et on l’a fait petit à petit.

  • D’abord, réduire les produits laitiers puis les arrêter
  • Augmenter notre consommation de fruits et légumes et réduire notre consommation de produits à base de céréales.
  • Réduire notre consommation de produits sucrés et transformés et revoir nos petits déjeuners (cliquez ici pour voir mon petit déjeuner hypotoxique)
  • Supprimer le gluten de notre alimentation
  • Favoriser le cru et les cuissons douces.

C’est sûr que si on s’était dit un 1er janvier:

« On arrête, les produits transformés, les céréales, les produits sucrés, les produits laitiers. On va manger cru et bio maintenant. »

On n’y serait jamais arrivé!

Et puis, quand on fait un “écart”, ce n’est pas dramatique (même si pour moi c’est mal de tête le lendemain 2 fois sur 3)… Nos filles ont bien droit aux bonbons à volonté le samedi… Oui! Oui!

Au contraire, on mesure le chemin parcouru et le bien que l’on fait à notre corps en soignant notre assiette tout le reste du temps. C’est bien grâce à cette bienveillance et à ces extras que nous avons changé nos habitudes en profondeur sans grande frustration!

D’ailleurs, si vous souhaitez que je vous accompagne dans votre démarche, c’est possible. Je vous explique comment juste ici.

Alors quelles ont été vos bonnes résolutions cette année?

Partagez les dans les commentaires, histoire de les graver dans le marbre!

Personnellement, je reprends la course à pied parce que je n’ai jamais eu autant d’énergie… C’est mon toubib qui va encore être étonné…

Winking smile

Et pour le reste, pourquoi pas la continuité de celles de 2021 …

Tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite dans vos bonnes résolutions!

Cet article participe à l’évènement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez meilleur.

Illustrations: résolution by geralt by pixabay.com licence creative commons/la principale raison de votre échec by geralt by pixabay.com licence creative commons/ ma meilleure astuce by geralt by pixabay.com licence creative commons/ étapes by terimakasih by pixabay.com licence creative commons/ astuce résolution alimentaire by ejaugsburg by pixabay.com licence creative commons/

 
Partagez cet article
 
 
  6 
6
Partages

6 astuces pour gérer les excès alimentaires

Les repas en famille, ou entre amis tellement de bons moments partagés et de quantités de nourriture aussiWinking smile!

Ces repas ne sont généralement pas adaptés à votre santé ou simplement à vos habitudes alimentaires, mais peu importe, il faut savoir aussi profiter de ces moments là et s’autoriser ce que certains appellent de “petits écarts”!

Ce qui me dérange quand on parle d’”écart”, c’est la culpabilité sous-jacente…Et le risque c’est bien ça… Alors on s’assume et on arrête de culpabiliser.

Le clef est là: ASSUMER!

Quoi? Vous pensiez peut être que j’allais vous publier un menu type festif qui soigne votre assiette?

Profitez de ces moments conviviaux avec plaisir, c’est bon pour le moral!

Ne vous inquiétez pas, il vaut mieux prendre soin de son assiette 360 jours par an. Et puis, ces petites entractes ponctuelles vous permettent de tenir sur la durée.

Alors concrètement, voilà comment on gère tout ça chez moi.

excès alimentaireChez nous, comme dans plusieurs familles recomposées, les repas se multiplient pour notre plus grand bonheur et celui des enfants. Le revers de la médaille, c’est le marathon de repas qui en découle Winking smile.

Donc comme pour tout marathon, on se prépare un peu avant, et surtout, on récupère après…

1-La veille, ce sera repas léger…

On fait le plein de vert, on se met au vert!

2-Le petit déjeuner sera “solide”

petit déjeuner copieuxAvant le grand repas de midi, on va veiller à bien déjeuner, c’est à dire que l’on évite le sucre et on favorise un œuf à la coque, un avocat, un fruit…

 

 

ça vous parait bizarre de bien manger avant un gros repas?

C’est tactique!

Les gros repas commencent toujours avec un apéro et des toasts, et on se met réellement à table vers 14h, autant vous dire que vous avez faim pour l’apéro…D’autant plus, si vous avez commencez la journée par un petit dèj sucré…Le cercle vicieux, “insuline – appel de sucre” démarre et vous arrivez à l’apéro avec une faim de loup…(pour comprendre ce mécanisme et comment l’éviter au mieux, je vous laisse lire mon article sur comment réduire sa consommation de sucre.)

Or comme j’évite le gluten, c’est un bon moyen pour moi d’éviter de me jeter sur les toasts. Si j’en ai envie, j’en mangerai 1 ou 2 mais ce n’est pas mon estomac qui prendra le pas sur mes enviesWinking smile.

Pour les repas du soir, il vous suffit de faire un goûter salé ou à base de fruits…

3-Faites vous plaisir!

repas de fêtesOn y est LE REPAS…

Manger ce qui vous plait Winking smile !

Mais n’oubliez pas d’alterner verre d’eau et verre de vin ou d’alcool, ça vous évitera une déshydratation. En revanche, ça ne gomme pas les effets néfastes de l’alcool qu’il faut consommer avec modération.

4-Brûlez

marcher pour brûlerUne petite marche digestive ou pour les plus courageux une petite séance de sport soft. Pourquoi pas un peu de gainage? On est resté affalé à table ou sur le canap’ un certain temps, ça ne nous fera pas de mal!

Cette petite activité physique soulagera votre foie en brûlant une partie des glucides circulants, que le foie aurait dû transformer pour les stocker sous forme de glycogène ou de graisses afin de réguler votre glycémie.

5- Le repas suivant sera léger voire sauté!

temps de repos digestifLoin de moi l’idée de vous inciter à sauter régulièrement des repas pour compenser votre mauvaise conscience. Rien à voir ici!Devil

En sortant de table à 17h ou 18h, on n’a généralement pas très faim à 20h. Je propose des fruits ou une soupe de légumes à mes enfants mais généralement, on se fait juste une infusion. Pour Loïs, verveine, pour nous au thym, et la petite? Elle s’est endormie!

Ainsi on met au repos un système digestif très sollicité ces dernières heures pour digérer tout ce qu’on a ingurgité…Lui aussi, à besoin d’un peu de repos… L’idéal est de lui offrir une période de repos de 12h… Pas toujours simple pendant ce marathon! Un minimum de 5h est plus que souhaitable en tout cas!

6-Une cure détox ?

Autant vous dire, que ce sera une première cette année, j’ai commencé à creuser le sujet à travers des lectures sur le jeûne, la mono-diète etc… Mais pour tout vous dire, ça m’a parut un peu extrême pour nous…En tout cas, pour débuter!

Alors, on va tester sur quelques repas la dissociation alimentaire.

C’est une technique utilisée par des naturopathes pour aider le corps à se détoxifier plus facilement ou pour préparer une période de jeûne. Nous reprendront ensuite notre alimentation habituelle qui se veut déjà hypotoxique. Le but n’est pas d‘en faire une habitude alimentaire dans la durée, mais juste de permettre au système digestif de prendre un peu de vacances de temps en temps.équilibre intestinal

Qu’est ce que la dissociation alimentaire?

Vous le savez peut être déjà, notre corps met un certain temps à digérer nos repas…Et si vous avez été attentifs, vous avez déjà certainement remarqué que selon le contenu de votre assiette, vous mettez plus ou moins longtemps à digérer: en fait de 4h à 12h voire plus….

Entre 4h et 12h, l’impact sur notre organisme n’est pas le même en terme d’énergie dépensée, de fermentation, d’inflammation etc…

Ceci est dû au fait que chaque famille de macronutriment (glucides, protéines, lipides) nécessite des conditions différentes pour être digérées. Une entrecôte restera par exemple 5 heures dans l’estomac, quand une portion de riz ou de pâtes n’y restera que de peu de temps.

Bref l’idée est de chercher à optimiser tout ça.

Pour celà, on va éviter de coupler protéines et glucides au cours du même repas par ce que le temps de digestion n’est pas le même et les conditions de pH nécessaires sont opposées. L’entrecôte aura besoin d’un pH très acide, alors que les pâtes auront besoin d’un pH à l’opposé basique… (pour comprendre  le fonctionnement de votre équilibre acido-basique allez voir cet article).

Autant vous dire, que demander au corps de faire les deux choses à la fois, prend du temps et surtout beaucoup d’énergie, pour un résultat très insatisfaisant: des molécules résiduelles trop grosses pour être utilisées par le corps et à l’origine de putréfaction et d’inflammation.

En pratique, 7 principes à respecter:Illustration of document icon

  1. Les glucides (sucres, amidon) ne seront jamais associés aux protéines (viandes, poissons): Associez les glucides aux légumes.
  2. Les protéines en revanche peuvent être associées à des légumes sans problème.
  3. Vous veillerez à respecter 4h minimum entre un repas contenant des protéines et un constitué de glucides.
  4. Mais à ces repas, pas de produits sucrés donc pas de dessert. L’idéal est de conserver les douceurs et le sucré pour le goûter.
  5. Dans la même logique, les fruits se transforment de préférence en petit encas à déguster au cours de la journée mais loin des repas.
  6. Pas de produits laitiers
  7. Favorisez le “feu de l’estomac”: ne terminez pas le repas par de la glace mais plutôt une infusion ou une boisson chaude. Et si votre système digestif vous le permet, ajoutez des épices et des aromates.

Concrètement

Un pot au feu sans pomme de terre, sera parfait!

En revanche, on boudera pendant quelques jours, les plats de viandes en sauce habituellement accompagnés de pomme de terre, de riz ou de pâtes. Donc pas de chili con carne, ni de cassoulet, vous allez me dire avec tout ce qu’on vient de manger, on n’a pas trop envie de ça. Vous voyez même votre cerveau se détourne de tous ces plats!

Par contre, un poisson en papillote avec sa fondue de poireau passera beaucoup plus facilement!

Faites la place aux soupes, potages…

jus de légume détoxVous avez un extracteur de jus?

Faites vous des jus de légumes en entrée, re-minéralisant et plein de vitamines!

Ne vous sentez donc pas obliger de terminer ce qui vous reste des repas gargantuesques ou alors, si comme moi vous ne supportez pas le gaspillage alimentaire, veillez à y appliquer ces principes pour que ce soit plus léger.

  • Ce qui reste de votre volaille se mariera très bien avec une salade verte ou une soupe.

salade de saumonIdem pour le saumon fumé délicieux avec une salade de roquette et de fenouil.

  • Il vous reste des pommes de terre ou du riz?

Aucun problème, sur des repas différents, associez les à des légumes et uniquement des légumes. (Produits laitiers et fromages interdits: ce sont des protéines difficiles à digérer).

Par exemple, associez les à une ratatouille ou une salade verte avec des noix ou des graines ou une fondue de poireau pour lui donner du corps et en faire un risotto…

N’oubliez pas de rehausser tous vos plats d’épices et d’aromates aux vertus sous estimées (gustatives, digestives, anti-inflammatoires…) !

Laissez votre créativité s’exprimer et partagez vos idées avec nous dans les commentaires! Email

comment gérer les excès alimentaires
épinglez moi sur Pinterest!

Souces: Le miracle du jeune de Pierre Lefebvre Anne-Claire Meret/ Le charme discret de l’intestion, tout sur un organe mal aimé de Giulia Enders

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

*Les liens partagés sont des liens affiliés.*

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrai pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats!

Illustrations: Gourmandise by pexels by pixabay.com licence creative commons/excès alimentaire by johnhain by pixabay.com licence creative commons/ petit dejeuner copieux by Moira1st by pixabay.com licence creative commons/ repas de fêtes by stef54 by pixabay.com licence creative commons/ marcher pour brûler by Fotorech by pixabay.com licence creative commons/temps de repos digestif by freephotos by pixabay.com licence creative commons/équilibre intestinal by silviarita by pixabay.com licence creative commons/ 7 principes designed by rawpixel.com by freepik.com jus de légumes détox by milivanily by pixabay.com licence creative commons/ salade de saumon by jungyeon by pixabay.com licence creative commons
 
Partagez cet article
 
 
  7 
7
Partages

Saumon sauvage ou d’élevage?

Une fois n’est pas coutume, mais avec les repas de fêtes qui approchent, je me suis dit qu’un petit éclairage sur le saumon pourrait vous être utile au moment de faire vos achats! Je ne parle pas ici de saumon de Norvège par rapport à de l’écossais ou de l’irlandais vous allez comprendre que ce n’est pas l’origine géographique qui est importante mais la façon de “faire” ce saumon: sauvage ou elevage?

saumon sauvage ou elevageAlors le saumon c’est riche en acide gras essentiel notamment les oméga 3 DHA, et c’est Le poisson santé par excellence dans l’esprit de beaucoup de personnes.

Oui, mais alors, pourquoi en Norvège, dans le pays où le saumon est l’emblème national, le gouvernement préconise-t-il aux habitants de limiter sa consommation à 2 fois par semaine?Who me?

Eh bien le problème ce n’est pas le saumon mais plutôt ce qu’il mange…

Vous allez me dire, le mieux c’est le saumon sauvage! En êtes vous sûrs?

Personnellement, je ne suis pas si catégorique…OUI OUI, vous avez bien compris, moi qui prône une alimentation naturelle, locale, bio, je ne suis pas catégorique pour du saumon sauvage… Pourquoi?

Eh bien pour 3 raisons:

Les inconvénients du saumon sauvage

Raison n°1:

Le saumon est un gros poisson. Il n’est donc pas au début de la chaîne alimentaire des poissons. Et ça c’est un problème, car en se nourrissant d’autres poissons qui ont eux même consommé des poissons plus petits qui auront déjà eux même mangé des poissons encore plus petits, la saumon concentre toutes les toxines, pollutions, métaux lourds ingurgités par tous les autres plus petits poissons de la chaîne alimentaire.

Concrètement cela veut dire que, quand vous mangez du saumon, vous mangez, certes des omégas 3 essentiels bons pour votre santé mais également  tout un tas de polluants néfastes pour votre corps.

Raison n°2 :

C’est mon côté écolo, qui parle, mais il faut savoir que l’exploitation des milieux naturels pour l’élevage de saumon, fait qu’aujourd’hui, les réserves de saumons sauvages ont significativement baissées…Chaque année, la reproduction en rivière est nettement en baisse.

Raison n°3:

Et pas des moindre, le saumon sauvage, il va manger là où il y a le plus de nourriture disponible facilement. Et devinez où il va pour cela?  Eh bien, rendez-vous autour des bassins d’élevages qui sont au large des côtes, et où les poissons sont nourris par l’homme.

Vous ne voyez pas où est le problème? Et bien il s’agit des conditions d’élevage de ces saumons et de leur alimentation.

Les inconvénients du saumon d’élevage

bassin d'élevage de saumon

Premier inconvénient:

Concentrés sur peu de surface en rapport à leur nombre,  ils ne peuvent pas nager correctement, cela donne des saumons très gras, aux nageoires atrophiées…Ce n’est pas uniquement mon côté écolo qui parle…D’ailleurs je n’ai pas parlé de la concentration de leur excréments jusque làSick smile

Deuxième inconvénient:

Cette concentration de poisson, nécessite des traitements antiparasitaires, antibiotiques, vaccins afin d’éviter des mortalités trop importantes liées à leur concentration.

Troisième inconvénient:

Vous vous doutez bien, que compte tenu de leur concentration dans ses parcs d’élevage, ils ne sont pas nourris avec les poissons du milieu naturel…D’ailleurs, entre parenthèse, heureusement, sinon la mer du nord serait vidée de ses poissons! Quoique…Retenez ça pour quand on parlera du label rouge…

Eh bien de quoi se nourrissent- ils  alors?

Pas d’idée?

Allez, je vous donne un indice: c’est interdit dans l’alimentation des bovins, des caprins et des ovins?

Toujours pas d’idée?

C’est interdit pour l’alimentation du bétail depuis la crise de la vache folle!

OUI! OUI! On les nourrit avec des farines végétales mais aussi animales.

En réalité, on les appelle plutôt PAT pour protéines animales transformées. Ça fait moins peur Ghost! En tout cas, protéines animales transformées ou farine végétales, ils mangent des granulés qui ressemblent à des croquettes pour chats…

granulés d'alimentation saumon élevage

Alors, certes, le saumon peut être considéré comme carnivore, mais carnivore de poissons jusqu’à preuve du contraire, je n’ai jamais entendu dire que le saumon mangeait du poulet ou du porc Rolling on the floor laughing… (Quid des protéines végétales que l’on verra après).

Comment vous ne saviez pas? Et bien c’est normal, médiatiquement ça n’a pas fait de bruit quand la règlementation a ré-autorisé des protéines animales terrestres dans l’alimentation des poissons, on était en plein tapage médiatique des lasagnes au cheval…Cherchez l’erreur… (Les scandales alimentaires passent souvent à côté d’autres problèmes, si vous ne l’avez pas lu vous serez peut être intéressé par mon article sur le Bœuf dans le yaourt.)

Et puis, la question se pose de l’intérêt nutritionnel d’un point de vu micro nutrition d’un saumon nourri et élevé dans ces conditions…

Un saumon mange essentiellement d’autres poissons. De quelle qualité micro-nutritionnelle sera notre saumon qui a mangé à la place une majorité de protéines et huiles végétales (dont on y ira pas s’interroger sur l’origine et l’impact écologique de celles ci) et des protéines animales transformées d’origine terrestres?…Eye rolling smile

Certes, la Norvège a pris des mesures pour garantir une alimentation sans OGM et sans protéines animales terrestres mais pour autant….

Un petit bémol (ou pasThinking smile) à ce tableau noir, vous jugerez par vous même:

Les saumons d’élevage Label rouge:

saumon label rougeIl faut savoir que le label rouge contrairement à d’autres labels est un signe officiel de qualité. Et après lecture du cahier des charges validé par l’INAO, les saumons sous label rouge, doivent entre autre:

  • être élevés dans des conditions de densité de population plus faible afin de produire des poissons moins gras. C’est à dire qu’au lieu d’avoir 25kg de poissons/m cube, il y en aura 15kg/m cube pour le label rouge. C’est mieux pour ces pauvres poissons mais c’est surtout pour le goût. Ces poissons sont moins gras et supérieurs gustativement par rapport aux autres saumons d’élevage.
  • aucune malformation de nageoire n’est toléréeGhost
  • les manipulations génétiques ne sont pas autorisées sur les œufs (on est rassuré de le savoir!)
  • être nourris avec des aliments d’origine marine à 51% minimum et les farines animales d’origine terrestre sont interdites. Tout activateur de croissance, hormone pour stimuler l’appétit et la croissance sont interdits…C’est déjà ça…

En revanche, il faut aussi le savoir, pas de contrainte supplémentaire concernant les traitements parasitaires et antibiotiques ni aucune obligation par rapport à la concentration des excréments.

Ça parait mieux comme ça que le saumon d’élevage classique, car ici, on a du saumon qui mange des croquettes en majorité à base de poissons comme dans son milieu naturel…pas les croquettes, les poissons!

Sauf que, les farines de poissons sont faites notamment à partir d’espèces de poissons pêchées non consommées par l’homme. Donc tout le paragraphe sur les polluants, concernant le saumon sauvage, s’applique aussi ici. Tant et si bien que d’après des analyses réalisées par des associations de consommateurs, les saumons les plus pollués en PCB seraient les saumons d’élevage sous label rouge ou BIO…

Bilan: Saumon Sauvage ou d’Elevage ?  3-3 match nul, la balle au centre…

saumon sauvage ou élevageLe saumon d’élevage sous label, ou pas, est loin de faire rêver…Difficile, en sachant tout ça, de se dire qu’en en mangeant, on fait du bien à son corps en apportant des omégas 3.

Et le saumon sauvage, lui, cumule les polluants liés à l’accumulation des polluants du milieu naturel en raison de son positionnement dans la chaîne alimentaire et les polluants liés à l’élevage (antibiotiques, pesticides, alimentation aux farines animales).

Concrètement cela veut dire que, quand vous mangez du saumon, vous mangez, certes des omégas 3 essentiels bons pour votre santé mais également tout un tas de polluants différents néfastes pour votre corps.

Donc pour moi,

Le saumon sauvage ou d’élevage, c’est à consommer avec modération!

Sans oublier, que si vous le consomsardinesmez fumé, il est en plus chargé de molécules venant du fumage (benzopyrène cancérigène) pas vraiment recommandables pour votre santé… Donc pour moi, ce sera un peu de saumon mais aussi toast de sardines! (la recette est dans mon ebook gratuit 10 recettes faciles et rapides pour soigner son assiette.”)

C’est important les omégas 3 notamment pour le cerveau et le système cardio vasculaire.

Un bon moyen d’assurer ses apports, c’est de manger des:

  • sardines,
  • anchois,
  • maquereaux

2 fois par semaine, en plus de:

  • l’huile de colza,
  • des noix,
  • du soja,
  • du lin
  • et des œufs selon l’alimentation des poules

(si vous avez suivi, vous l’avez compris, plus le poisson est petit, moins il est concentré en polluant…)

Euh…oui, sauf pour les PCB qui ne suivent pas les mêmes règles et pour lesquels, c’est la sardine la plus contaminée…On ne s’en sort plus!

Néanmoins, si on :

  • se limite à une consommation de poisson d’une portion de 110g, 2fois/semaine,
  • varie les différents types de poissons consommés,

On n’atteint pas les seuils maximums de précaution fixés par l’AFSSA.

Pas convaincu par le saumon sauvage ni par le saumon d’élevage ? Heureusement, il reste les huîtres pour se consoler Winking smile.

De toute façon, que ce soit en terme de poisson, ou d’alimentation en général, le mieux est de varier.

Donc alternez les poissons gras, les origines, un peu de saumon, un peu de sardines, du hareng, du maquereau. Vous limiterez ainsi votre exposition à un polluant en particulier…C’est le principe de la dilution!

Pour varier les polluants, variez les plaisirsRolling on the floor laughing!!!

Et puis les omégas 3 DHA sont essentiels pour votre santé!

Pas festives les sardines?

Vous ne connaissez pas encore ma recette?

Je vous invite à télécharger mon bonus gratuit 10 recettes faciles et rapides pour soigner son assiette.”

Faites vous plaisir en soignant votre assiette! Et si je faisais un article sur les volailles?Laughing out loud

Très bonnes fêtes de fin d’année à tous!

Ce n’est pas vous qui faites le repas, vous êtes invités. EmailEnvoyez un message subliminalDevil à votre hôte en partageant cet article Winking smile!

choisir son saumon
Epinglez moi sur Pinterest 😉

 

Sources: ifremer.fr/ règlement européen n°56/2013 modifiant le règlement 999/2001/ étude EAT2 2011/ étude CALIPSO/ recommandations de l’ANSES sur la consommation des poissons 2010/ FAO.org/fishery/legal/framework/nalo-norway / règlement européen  2017/962 sur l’interdiction de ethoxynine en tant qu’additif alimentaire de l’alimentation animale

Illustrations:  saumon sauvage ou elevage designed by congerdesign by pixabay.com Licence creative commons/ saumon sauvage ou élevage designed by publicdomain pictures by pixabay.com / ferme d’élevage de saumon designed by gerdmeissner by pixabay.com Licence creative commons/ granulés d’alimentation saumon d’élevage designed by pzbasnik by pixabay.com Licence creative commons/ saumon sauvage ou elevage designed by mutantmommy by pixabay.com Licence creative commons / sardines designed by monicore by pixabay.com Licence creative commons/

 
Partagez cet article
 
 
  1 
1
Partage