repas serein en famille

3 freins à lever et 3 astuces pour des Repas sereins avec les enfants

Vous avez dit « repas serein »? En famille?

Si pour vous, comme pour beaucoup, ce moment rime trop souvent avec cauchemar, cet article va vous intéresser!

Cet article fait suite au carnaval d’articles “Vos astuces pour des repas sereins en famille” organisé par Nath du blog https://www.nutri-momes.com.

On ne va pas se mentir. Nombre de parents n’en peuvent tellement plus le soir après leur journée, qu’affronter un repas en famille avec les enfants est une véritable épreuve…

Et pour cause, tout le monde a eu sa journée bien remplie de choses ultra excitantes à raconter ou au contraire de nombreuses difficultés ou contrariétés à gérer…Dans les deux cas, le niveau de tension est tel qu’à la moindre étincelle, ça explose ou les situations se crispent…

D’ailleurs nombre de parents, renoncent à infliger ça, à tout le monde à chaque repas. Et ils décident de faire manger les enfants et, de se faire un plateau TV ou de se mettre à table en deuxième partie de soirée.

Vous vous reconnaissez là?

Repas dissociés parents enfants: Pour ou contre?

Pour

Biensur ponctuellement, cette alternative peut s’avérer être une bouffée d’oxygène quand on est très stressé ou à cran. Et c’est en même temps un moment en tête à tête sans les enfants pour les parents (à condition qu’il n’y ait pas la télé clip_image002 ). Je ne sais pas chez vous, mais à table avec les enfants, c’est souvent très difficile d’en placer une…alors avoir une petite discussion entre adultes, est une utopie!

Contre

Le danger, c’est de prendre l’habitude de dissocier parents et enfants trop souvent lors des repas… D’ailleurs si on y réfléchit bien, arrivez vous à prendre tous ensemble le petit déjeuner, le repas du midi? Non? C’est bien classique et c’est le cas de la majorité d’entre nous en raison de nos différents rythmes de vie et de la pression du temps… Alors si vous vous privez en plus des repas du soir tous ensemble, vous vous privez des échanges, de la communication et de la cohésion qui sont l’essence même d’une famille.

repas serein en familleSans compter, que le partage des repas permet aux enfants de progresser dans leur découverte des saveurs et des plats. En effet, les plus jeunes sont influencés par les réactions des autres. Leur curiosité est suscitée et leur envie de goûter de nouveaux plats est plus spontanée!  N’oubliez pas que le changement et la nouveauté font peur et c’est humain! On est toujours plus rassuré si quelqu’un l’a fait avant nous…

Donc, dissocier parents-enfants lors des repas, pour décompresser de temps en temps, OUI. Mais ça ne peut pas être une solution dans la durée. Mieux vaut s’attaquer aux causes plutôt que de fuir la situation !

3 facteurs insoupçonnés qui contribuent à pourrir l’ambiance d’un repas en famille

1-Les écrans:

Montrez l’exemple et imposez: pas de téléphone pendant les repas!

Les premiers temps, vous pouvez même décider de les passer en mode avion ou de couper le Wifi pour éviter toute tentation quand un message arrive ou que le téléphone sonne…

Avec des ados, une solution consiste à décider d’un endroit ou tout le monde (y compris vous) pose son téléphone après l’avoir déconnecté, avant de se laver les mains pour passer à table par exemple.

Bien sur qui dit « pas d’écran », dit « pas de télévision »!

ça parait évident, mais parfois certains parents demandent à leur enfants d’arrêter avec leur téléphone alors qu’ils sont eux même entrain de regarder les infos à la télé…Soyons cohérents et nous gagnerons en crédibilité!

2-Les exigences de bienséance:

Combien de fois par repas répétez vous ce que vous avez entendu vous même pendant vos repas en famille durant votre enfance?

“On reste à table tant que tout le monde n’a pas terminé…”

“Assied toi correctement”

“Ta tête est lourde? Tiens toi correctement! “

“Tes coudes!”

“On mâche la bouche fermée….”macher

Et j’en passe!

Alors bien sûr apprendre les bonnes manières est essentiel pour vivre en société et cela rend les repas plus agréables…Oui, mais quand ça tourne à la mitraillette à reproches, les conflits pour les faire respecter, n’ont plus rien de pédagogiques…

Choisissez vos batailles, au risque de vous épuiser…Et puis chaque enfant selon son âge acquiert la capacité d’intégrer ces règles de bienséance les unes après les autres, au fur et à mesure qu’il grandit… Savez vous les efforts que ça demande à un enfant de maternelle de se canaliser pour rester assis toute la journée à l’école?  Et aux plus grands, de se concentrer sans bouger en cours?

Arrivés à la maison, on leur redemande encore la même chose. Or, ils sont comme vous en fin de journée, ils n’en peuvent plus!

Essayez de lâcher du leste… Chez soigne ton assiette, on leur demande d’essayer de manger proprement car pour nous c’est ce qui est le plus insupportable, pour le reste, on laisse couler… On verra dans quelques années pour les autres règles.

Diminuez son niveau d’exigence, c’est diminuer le niveau de tension clip_image002[1].

3- Êtes vous vraiment là?

Êtes vous présent à vous même? Êtes vous disponible?

Souvent une des raisons des conflits à table, vient de l’indisponibilité intellectuelle d’un des deux parents. On pense à autre chose et du coup, on n’est pas disponible pour écouter et échanger, on s’agace et le ton monte!sérénité

Mais là, ce n’est pas la faute de vos enfants, ils ne peuvent rien y faire…Et, je parle en connaissance de cause! Alors lâchez vos préoccupations et concentrez vous sur le moment présent, en l’occurrence le repas et les sujets de discussion avec vos enfants…Vous gagnerez en qualité de communication et en sérénité.

 

L’appétit et …..Les goûts et les couleurs!

je n'aime pasLes 3 facteurs que l’on vient de voir, contribuent à l’ambiance du repas. Et le niveau de tension d’un repas n’est jamais étranger aux réactions des enfants…

“j’aime pas….”

“j’ai pas faim…”

En effet, l’état d’esprit dans lequel on est, est capital quand on va travailler vous le savez bien…et bien c’est la même chose à la maison, pour les devoirs et les repas!

Plus l’ambiance est détendue et agréable et plus votre repas se passera dans la sérénité… Après avec des enfants, sérénité ne veut pas toujours dire calme…Mais l’animation a aussi du bon clip_image004. Alors bien sur, le niveau de tension ne peut à lui seul tout expliquer…

Il existe d’autres facteurs qui rentrent en ligne de compte :

Le manque d’appétit:

“J’ai pas faim”: pas de problème, il faut respecter ce que ressentent les enfants.

Surtout ne pas les encourager à nier le sentiment de satiété qu’ils ressentent, au risque qu’ils perdent ce repère important pour le reste de leur vie. Nombre d’adultes en surpoids, le sont aujourd’hui, car ils ont perdu cette écoute des signaux de satiété durant l’enfance.

Donc, on ne force pas à finir son assiette, jamais!

Je vous invite d’ailleurs pour approfondir à lire cet article  NON, NON, Ne finis pas ton assiette.

Après, certains petits malins pourraient prendre cela pour habitude afin de ne manger que ce dont ils ont envie…

Donc chez nous, la règle est claire,

« Tu n’as pas faim pour le plat, tu n’as pas faim non plus, pour le dessert… »

Cela sous entend que les portions sont servies en accord avec l’enfant,voire un peu en dessous de ce qu’il mange habituellement afin qu’il puisse se resservir ou pas. Tout ça, sans être pénalisé sur son dessert. Je précise que cette règle s’applique aussi à nous les parents…

Et aucune crainte, les enfants ne se laissent jamais mourir de faim (conseil d’un pédiatre).

Ne faites jamais du repas, un enjeu, au risque d’inviter inconsciemment l’enfant à y transposer un mal-être ou un conflit avec vous.

Mes 3 astuces face aux “J’aime pas”

3 clefs pour des repas sereins en famille

  • Première astuce:

“Les goûts et les couleurs ça ne se discutent pas” ?

Et bien pour nous, au moins ça se commente!

C’est à dire que pour pouvoir dire “je n’aime pas”, TOUT le monde goûte…On a expliqué aux enfants à travers des exemples de notre vécu que les goûts changeaient avec le temps. Et pour être sûr que l’on n’aime pas quelque chose, il faut au moins goûter un petit peu à chaque fois…

Et puis, on leur a aussi expliqué que le cerveau est conditionné par notre souvenir de la dernière fois où on a goûté. Donc qu’il y a de forte chance, qu’avant d’avoir pu réellement analyser les goûts, il nous dise “j’aime pas!”.

Donc pour empêcher ce coquin de décider à notre place, on a mis un petit stratagème en place…Au lieu de dire « j’aime » ou « j’aime pas », on doit essayer de reconnaître les saveurs (salé, sucré, amer, acide). On doit deviner par exemple, quels sont les ingrédients de la soupe ou du plat!

Vous pouvez même imaginer que celui qui gagne a un privilège. Mais attention, à ne pas créer trop d’esprit de compétition, selon l’excitation, ça peut être contreproductif…

  • Deuxième astuce

Laissez vos enfants reprendre le contrôle. Se sentir maître de ses actes est un puissant levier!

Comment? Proposez lui d’agrémenter son plat avec ce qu’il veut et laissez le faire seul!

Mettez lui des condiments, des herbes aromatiques sèches ou fraîches (si vous en avez au jardin) ou des épices à disposition.

NB : au supermarché, ils sont très souvent en panne de ketchup, ou je l’ai malencontreusement oublié… et je ne sais pas le faire zut…il n’y en a plus clip_image002[2] )

L’autonomie est très importante pour les enfants.

D’ailleurs parfois, le résultat de leur mixture est pire qu’au départ mais c’est eux qui l’on fait alors c’est super bon!!!! Ou pas…mais ils auront essayé…

  • Troisième astuce:

Mes deux premières astuces n’ont pas fonctionné…

Ne vous acharnez pas, après tout vous aussi, vous avez bien un ou deux plats que vous détestez… Mieux vaut ne pas cristalliser et reproposer une autre fois le plat ou l’ingrédient sous une autre forme (cuisson différente, association différente, assaisonnement différent…). On dit qu’un enfant n’aime réellement pas au bout de la 21eme fois qu’on lui propose le même plat…alors patience!

En complément, je vous invite à lire cet article sur comment faire goûter de nouveaux aliments aux enfants.

carotteEt comme vous êtes un super parent, et que vous connaissiez le risque sur ce plat, vous aviez prévu une crudité sur laquelle votre bambin pourra se rabattre…Et sinon une carotte, façon Bugs Bunny, fera très bien l’affaireclip_image002[3].

En tout cas, ne sous estimez pas le pouvoir de ces repas en famille, ne serait ce que par le mimétisme des enfants…

 

Le pouvoir des repas en famille clip_image006

Spéciale dédicace au papa clip_image008 de mes deux princesses, qui ne m’en voudra que dans 2 mois, de raconter cette anecdote …. Quand il arrivera à la lecture de cet article…clip_image010

Ne sous-estimez pas le pouvoir du collectif y compris sur les parents…

Notre super papa n’avait plus mangé de poisson depuis ses 4 ans…Une telle aversion qu’on croyait même à une allergie alimentaireclip_image012. Mais après analyse, le verdict est tombé: pas d’allergie.

dégoûtantOr notre première princesse venait d’avoir 1 an et il ne voulait pas risquer de communiquer ce dégoût qui relevait presque de la phobie à sa fille.

Alors, avec l’aide d’une seconde motivation santé par rapport au sport (je vous passe les détails mais je vous invite à lire cet article sur comment guérir plus rapidement une tendinite grâce à son alimentation), super papa a décidé que puisque c’était dans la tête, il fallait qu’il réessaie de manger du poisson. Il voulait petit à petit arriver à surmonter son aversion.

Et c’est ce qu’il a fait!

Bravo!!! Et Merci!

Moi qui adore le poisson, je ne suis plus freinée pour en cuisiner!

On ne peut pas dire qu’il saute de joie quand il y a du poisson au menu, ni qu’il se ressert. Mais aujourd’hui, il mange même les maquereaux…accompagnés d’un verre de vin* blanc. Ça passe presque tout seul clip_image002[4]  et surtout, il est un exemple pour nos filles!

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération!

Pour Conclure:

Des repas sereins en famille, c’est la meilleure base pour une alimentation santé et éviter les carences fer, magnésium, vitamine C ou attraper les virus qui trainent.

Or, Apprendre à nos enfants à soigner leur assiette ne peut se faire que dans le cadre de repas sereins pour qu’ils y trouvent plus de plaisir qu’au Mc Do Vampire bat !

Cet article vous a plu?  Ou pas?   

Partagez avec nous dans les commentaires, vos difficultés ou vos astuces pour des repas sereins avec les enfants

EmailSi vous avez aimé cet article, cliquez sur Partager l’article !

 

Illustrations:  relax by AlexaFotos Designed by Pixabay licence creative commons/  repas serein en famille designed by freepik.com licence creative commons/ macher designed Kdsphotos by pixabay.com licence creative commons/sérénité designed by congerdesign by pixabay.com licence creative commons/ je n’aime pas by Livelaughlove by pixabay.com licence creative commons/ 3 clefs pour des repas sereins en famille congerdesign by pixabay.com licence creative commons/  carotte  by Openclipartvectors Designed by Pixabay licence creative commons/ dégoutant by Billithecat designed by Pixabay licence creative commons /

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    37
    Partages
  • 37
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “3 freins à lever et 3 astuces pour des Repas sereins avec les enfants”

  1. Hello, moi j’appuierai sur le êtes-vous vraiment là…..Pas facile tous les jours d’être dispo et à l’écoute.
    Nos enfants sont des éponges et passer 20 minutes pleinement avec eux vaut mieux que 1H30…à moitié là.
    En tout cas on essaye de réserver les moments de famille où tout le monde est bien présent. Pas d’écran, pas de téléphone, pas d’autres tâches à faire….
    A plus. jeanbaptiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.