Comment accélérer le rétablissement d’une blessure grâce à son alimentation ? Épisode 2- La tendinite

Comme promis, voici la suite de “Comment accélérer le rétablissement d’une blessure en soignant son alimentation ?”.

Vous avez repris le sport de façon très enthousiaste, certainement un peu trop fort… et là c’est la blessure…

Verdict ? Tendinite

Tendinite genou
Designed by Freepik

Pour vous, ce n’est pas la fracture donc vous échappez à l’immobilisation mais vous ne savez pas pour combien de temps vous êtes au repos: ce genre de blessure a tendance à traîner en longueur! Et même à revenir…

Objectif : accélérer notre rétablissement en réduisant l’inflammation de la tendinite et même agir sur une des causes dans certains cas…

Mais au fait, c’est quoi exactement une tendinite ?

Oui, je sais en terme de douleur vous savez…

On peut classer les tendinites en 3 catégories :

*Les tendinites purement mécaniques

*Les tendinites inflammatoires

*Les tendinites dites d’encrassage

1-Sur celles purement mécaniques, le meilleur traitement reste un passage chez l’ostéo et du repos. En effet, elles font suite à un geste violant ou dis-harmonieux qui a créé un déplacement au niveau de l’articulation qui met en tension les tendons.

La nutrition n’aura qu’un effet très limité et normalement, elle se rétablit rapidement.

2-Concernant les tendinites inflammatoires, elles ne sont que le témoin d’une inflammation liée à une autre pathologie (souvent type spondylarthrite, talon d’Achille…)

En effet, elles sont liées à une réponse immunitaire. Or, bonne nouvelle, l’alimentation influe très bien sur notre système immunitaire.

3-Les tendinites d’encrassage touchent très souvent les sportifs.

Elles ont comme caractéristiques d’être chroniques. C’est celle qui s’installe, insidieusement et que vous n’arrivez pas à soigner malgré l’ostéo, la cryothérapie, la mésothérapie, les semelles, le repos et j’en passe…

Cette tendinite provient de l’encrassage des cellules qui entretiennent nos tendons: celles qui produisent le collagène, l’élastine…

Micros lésions du tendon
Licence creative commons flickr by servier medical art

Ces cellules encrassées ne fonctionnant plus correctement, les tendons se fragilisent et les micros lésions habituellement réparées sans problème ne le sont pas correctement.

Imaginez, une entreprise de maçonnerie qui arrive après un repas bien arrosé: elle monte les murs de votre maison de travers, avec un mortier dont les proportions de sable et ciment ne sont pas respectées.

Résultats: les murs ne seront pas solides et le problème d’équerre aggravera la situation…

Et bien, pour nos tendons c’est la même chose sauf, que les micros fissures, les cicatrices et les excroissances sont douloureuses…

Hormis pour les cas extrêmes nécessitant une chirurgie, des changements alimentaires permettent de ne plus encrasser les cellules réparatrices, qui se remettent à fonctionner correctement et permettent ainsi de récupérer.

Comment l’alimentation peut-elle être à l’origine d’un encrassage de nos cellules ?

Pour faire court, notre alimentation moderne (produits raffinés, prédominance de produits laitiers et de céréales “mutées”) entraînent des dysfonctionnements de nos intestins qui laissent alors passer des morceaux de molécules dans notre circulation sanguine. Or, ceux ci devraient normalement être bloqués et évacués.

Ces molécules circulent dans le corps. Donc, selon leur taille et leur nature, elles vont rentrer dans certaines cellules. Si elles sont apportées en grande quantité, l’organisme est dépassé et n’a plus la capacité à s’en débarrasser. Ceci provoque une accumulation qui va gêner le fonctionnement de la cellule : c’est l’encrassage.

Vous l’avez compris, tout se joue au niveau de l’intestin, alors il vaut mieux être vigilant à ce qu’on met dans notre assiette pour ne pas l’agresser et le rendre poreux.

Aliments à éviter :

1-Les produits laitiers:

Produits laitiers
Designed by Pixabay CC

Les protéines laitières bovines, ovines et caprines ne sont pas faites pour être digérées dans notre intestin d’humain. C’est notamment la présence de facteurs de croissance inadaptés à nos besoins …quand nous en avant besoin…c’est-à-dire de 0 à 2ans !

D’ailleurs, la composition du lait de vache est loin d’être identique à celle du lait maternel humain même quand il est « maternisé » industriellement.

Et là, je vous entends vous dire:

“Se passer du bol de lait ? Compliqué ! Mais jouable.

Les yaourts ? Aïe! Hyper compliqué avec les enfants…

La crème fraîche, le gruyère râpé ? Comment je vais faire mes pâtes carbonara ?

Pas de gruyère râpé, de camembert, de roquefort, de cantal… ?”

Bien que le fromage fasse parti de notre patrimoine culinaire français, il doit rester un aliment plaisir exceptionnel… Chez nous aussi, on adOoore le fromage…

2-Les céréales « mutées »

Blé
Designed by Freepik

C’est notamment leur teneur en gluten qui est mise en cause. Celui-ci crée une sorte de colle (d’où le mot gluten pour glue), qui asphyxie les cellules intestinales qui finissent par se désolidariser les unes des autres: c’est l’origine de la perméabilité intestinale.

Principales céréales mutées à éviter : blé et maïs, puis seigle, épeautre, kamut, avoine, orge, millet…

Allez, pas de regret pour le gruyère et la crème fraîche de vos pâtes carbonara… 😉

En revanche, vous pouvez trouver comme alternatives : riz, sarrasin et quinoa.

3-Les aliments cuits à haute température

Barbecue
Designed by freepik

C’est-à-dire cuits au dessus de 110°C (micro-ondes, cocotte minute, friteuse, barbecue, cuisson au four traditionnel…) en raison de la destruction de la majorité des vitamines et de la présence de:

  • Molécules nocives qui sont crées lors des cuissons à haute température (par exemple l’acrylamide).
  • Molécules modifiées que l’on ne retrouve pas à l’état naturel et que notre organise est incapable de traité (sucre polymérisé, huile oxydée, protéines glyquées et autres molécules de Maillard pour ceux qui ont des restes de Biochimie 😉 .

 

4-Les huiles raffinées : en raison des solvants utilisés lors du raffinage dont il reste des traces après traitement…

90% des huiles que vous trouvez en supermarché sont raffinées (hormis l’huile d’olive vierge).

Pour le savoir, regardez l’étiquette: une huile non raffinée est étiquetée « vierge ». Elles sont extraites uniquement par pression mécanique sans solvant. On en trouve facilement dans les magasins spécialisés et biologiques.

On évite également tous les autres produits raffinés comme le sucre blanc (lui préférer le roux) car le raffinage fait perdre de précieux oligoéléments.

Aliments à favoriser :

1-Les aliments crus beaucoup plus riches en vitamines et minéraux nécessaires aux cellules pour leur bon fonctionnement

Ou cuits à basse température (vapeur, cuisson au four à basse température de 60°C à 110°C )

Crudités
Designed by Unsplash Dan gold

Vous pouvez remplacer la carbonara par un tartare ou un plateau d’huîtres. 🙂

Abusez des crudités, des fruits et légumes frais !!!

2-Les huiles végétales non raffinées

L’huile d’olive vierge

Et pour l’élasticité des tendons des huiles riches en “omégas 3 et 6 “(colza, lin, noix), des fruits à coques (amandes, noix), des poissons « gras » et en plus, vous bénéficierez de leur effet anti-inflammatoire ;).

3-Les Ferments lactiques

Choucroute
Designed by Pixabay

Attention, pas ceux du yaourt mais tout autre produit fermenté : choucroute, « yaourt au soja »,…

4-Les produits bruts:

De préférence d’origine Biologique moins pollués que dans l’agriculture conventionnelle et exempts d’additifs.

Bio
Designed by Agence Bio

Pour conclure,

Tous cela vous semble compliquer à mettre en œuvre ?

Ce régime alimentaire est celui du Professeur Jean Seignalet. Il a été baptisé régime hypotoxique et il a fait l’objet de nombreux cas d’études sur des dizaines de pathologies différentes durant de nombreuses années, dont la tendinite. Il rejoint d’autres préconisations comme celle d’un régime alimentaire basé sur l’équilibre acido-basique de nos repas (j’en ferai un article prochainement).

En tout cas, ces principes alimentaires donnent des résultats probants.

Je m’en suis inspirée entre autres pour tous les changements alimentaires que j’ai effectués dans mes habitudes. Il est certain que changer du tout au tout est très compliqué surtout en famille…

Par contre, ces changements peuvent faire l’objet de petites modifications progressives et durables dans nos habitudes.

Ce sera un des sujets de mon deuxième Blog que j’ouvrirai d’ici la semaine prochaine 😉

Abonnez vous juste en dessous, directement, en remplissant le formulaire,

ou Partagez cet article sur Facebook,

si vous voulez être sûr de recevoir les futurs articles dès leur publication 😉

Sources: L’alimentation ou la 3eme médecine Professeur Jean Seignalet
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Partages
  • 13
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Comment accélérer le rétablissement d’une blessure grâce à son alimentation ? Épisode 2- La tendinite”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.