Bienvenue

Comment réussir un pain d’épices sans gluten que même votre mari va adorer?

Savez-vous pourquoi la plupart des gens abandonnent l’idée de supprimer le gluten et les produits laitiers de leur alimentation au bout de quelques semaines ?

Ça tient en 2 raisons : c’est une histoire de « goûts » et de « couleurs » … Et bien pour le pain d’épices voici la recette qui mettra tout le monde d’accord avec et sans gluten 😉.

Vous êtes sans doute comme moi. Ça vous est surement déjà arrivé d’acheter des pains d’épices au supermarché, au marché de Noël ou chez votre artisan préféré… Et peut-être même que vous êtes tombé sur un immangeable… En tout cas, vous vous voyez mal tenter d’en faire un sans gluten vu la variabilité sur ceux avec gluten, lait et beurre…

Surtout que la dernière fois que vous vous êtes essayé à faire une recette différente de celles que vous maitrisez, ça vous a dégoutté : C’est dur quand les critiques sont à la hauteur du temps perdu que l’on passe dans notre cuisine…

Ce qu’il vous faut, c’est passé IN-CO-GN-I-TO

sans gluten sans produits laitiers

Je ne vois pas le rapport entre les lunettes de soleil et le pain d’épices sans gluten ??? Mis à part sur la « couleur » peut être ?

Alors on fait quoi, on le mange en portant des lunettes de soleil ?

Mais non ! C’est la recette qui est « INCOGNITO ». Beh oui…

PAS besoin de dire que votre pain d’épices est sans gluten, ni lait, ni beurre, ni œuf… puisque personne ne s’en rendra compte…

Tout le monde va le trouver délicieux, même votre mari… c’est garanti !

Vous voulez surprendre tout le monde ?  Pas besoin d’aller sur un marché artisanal, juste de suivre ma recette pas à pas et mes 2 conseils … Oui ! la clef tient en 2 conseils 😉.

Pourquoi c’est très simple de rater un pain d’épices avec ou sans gluten ?

Eh bien pour une fois ce n’est pas la faute au gluten…

En fait si peut être un peu quand même… Car souvent les pains d’épices ratés sont immangeables car ils sont élastiques. Et là, le côté élastique, c’est bien la faute au réseau que forme le gluten avec tout le sucre et le miel…

Bon ok, alors sans gluten ça sera mieux

Tout à fait, mais attention, j’ai aussi dit que le sucre et le miel jouaient leur rôle. Donc dans ma recette j’ai purement et simplement divisé la quantité de miel et de sucre par 2. Eh oui, par 2 ! Et, à ceux qui se disent,

« Il y a de la farine de riz et c’est une farine à indice glycémique élevée… »

Vous pouvez remplacer la farine de riz par un mélange de farines de sarrasin et de lupin ou de coco pour encore faire baisser la charge glycémique de ce pain d’épices.

Oui mais si vous ne vous occupez que des ingrédients et pas de la cuisson…Vous pourrez essayer toutes les recettes de pain d’épices avec ou sans gluten, sans garantie d’avoir un pain d’épices délicieux…

La cuisson votre meilleure ennemie

Elle est SUPER MEGA importante !

D’abord, parce qu’elle joue sur l’aspect : c’est en partie grâce à elle que votre pain d’épices « monte » correctement.

Et ensuite parce qu’elle impacte très fortement le moelleux… C’est la différence entre…

Un Pain d’épices « dégueu… » et un pain d’épices délicieux.

Voici comment un pain d’épices m’a ridiculisée…

Je suis invitée chez une amie à une soirée bijoux. C’est vendredi soir et il y a le marché de Noël de l’école de ma fille. Je voulais apporter un gâteau mais je sais que je n’aurai pas le temps de le faire.

A l’époque, je mange encore occasionnellement avec gluten, alors quand je passe devant le stand de cet artisan traiteur, ses jolis pains d’épices me font de l’œil. 8 euros pièce, ce n’est pas donné, mais c’est un pain d’épices artisanal…alors go !

Sauf qu’au moment de manger le dessert, j’ai failli étouffer tout le monde avec ce pain d’épices…Immangeable, le jugement est sans appel : il est beau mais il est trop cuit, trop compact…Il finira intégralement à la poubelle !

Vous imaginez bien qu’après ça, que je n’avais aucune envie de tester par moi-même de faire un pain d’épices et encore moins un « sans gluten » !

Jusqu’à ce que… Je goûte celui de Françoise avec gluten mais délicieux…et que je travaille sur la cuisson pour d’autres plats…  

Clic- clac ! Tout se met en place :

La recette de Françoise pour base + mes connaissances en formulation et biochimie + maitrise de la cuisson = un pain d’épices sans gluten DE-LI-CIEUX !

Mais Qui est Françoise ?

Mais vous voulez tout savoir ma parole !  Et bien pas aujourd’hui 😊…  Par contre si vous voulez la recette….

Vous voulez la méthode complète pour la réussir ? La voici :

Ma recette du Pain d’épices sans gluten INCOGNITO

Evidemment j’ai testé cette recette plusieurs fois avant de vous la proposer pour m’assurer qu’elle était bien inratable !

Mais je l’ai également faite passée devant plusieurs jurys de gourmands expert ou novices du « sans gluten ».  Bon ok, il s’agit en réalité de mes enfants, mon conjoint et des amis pris pour cobayes à l’occasion d’un repas improvisé…

Verdict ? 

Plusieurs fois testé et approuvé,

Durée de vie moyenne de ce pain d’épices à 4 personnes : 20min !

Et cette recette alors ?

On y vient, on y vient !

Voici votre liste de courses : (Tout se trouve très facilement en magasin Bio et si vous avez testé certaines de mes recettes comme celle du pain sans gluten vous avez déjà quasiment tout.)

quatre épices

Les ingrédients : 

  • 230g de farine de riz complet
  • 20g Farine de châtaigne (facultatif et sinon de riz ou autre)
  • 80g de sucre Rapadura
  • 2 c à soupe de miel
  • Psyllium 2 c à soupe (INDISPENSABLE)
  • 220g (ou ml) de lait végétal
  • 1 c à soupe de bicarbonate de sodium
  • 1 c à soupe de graines de chia (facultatif)
  • 2 c à soupe de mélange d’épices pour pain d’épices ou de « 4 épices »
  • 1 c à soupe de cannelle

Facultatif :1 c à café de farine de graine de caroube (pour une couleur plus bronzée sans grill 😉)

Pour être sûr de réussir, voici :

La recette pas à pas du pain d’épices sans gluten et sans lait + mes 2 astuces pour le réussir

5min de préparation + 45min de cuisson environ

  • Mélangez toutes les farines, le sucre, les épices, le psyllium et les graines.
  • Veillez à bien mélanger le bicarbonate à la farine pour un développement homogène
  • A part, faire tiédir le lait végétal et y ajouter le miel
  • Bien remuer pour le dissoudre complètement
  • Ajoutez le mélange miel-lait végétal à votre mélange de poudres
  • Bien travailler la pâte
  • Versez-la ensuite dans un moule à cake préalablement recouvert d’un papier cuisson.

Première astuce : « présentation »

Avant de passer à la cuisson, tracer un trait à la spatule ou au couteau au centre, à la surface de la pâte (comme dans la vidéo ci-dessous).

Ajoutez-y un filet d’huile d’olive.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Cette petite « manip », vous permet d’avoir une jolie crevasse sur le dessus du pain d’épices. Je ne sais pas pour vous, mais moi, c’est ça qui me fait saliver…

Si vous voulez la version pratico pratique, de l’article allez voir la recette en vidéo.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Vous y verrez la texture de la pâte.

La Cuisson

Deuxième astuce : « Texture »

pain d'épices sans lait
  • Direction votre cuiseur vapeur pour 45 min

Que vous aurez fait préalablement chauffer.

L’avantage ? un moelleux incomparable et une cuisson plus « hypotoxique » grâce à la vapeur… Hypotoxique ? J’ai écrit cet article qui est une chronique du livre l’alimentation ou la troisième médecine pour un autre blog, si vous voulez en savoir plus.

  • Et sinon, on enfourne dans un four chaud et plein de vapeur…

Remplir à moitié votre plaque « lèche frittes » d’eau bouillante (à faire à la bouilloire) que vous aurez préalablement placée à mi-hauteur dans votre four.

IMPORTANT : Attention à la manipulation de la plaque à ne pas vous brûler en renversant l’eau, et tenez les enfants éloignés pendant toutes vos manipulations de début et de fin de cuisson…

140°C chaleur tournante si possible…

Au bout de 35min pour le four, 45min pour le cuiseur vapeur,

On teste la cuisson ! Comment ? On plante un couteau comme pour les gâteaux, c’est cuit quand la pointe est quasi-sèche. (Attention, ça reste quand même humide)

On sort du four, on démoule sur une grille pour laisser refroidir avant de déguster… Humm !!!! Cette bonne odeur d’épices…

Alors celle- ci c’est la version express, pour les mamans pressées mais vous pouvez encore l’améliorer…Comment ?

Comment faire un pain d’épices sans gluten irrésistible ?

Pour les « goûts » voici quelques variantes :

Pour ceux qui aiment le goût anisé :

La bonne nouvelle c’est que vous avez déjà la texture avec les graines de chia, qui miment le croquant des grains d’anis.

Donc, soit vous rajoutez à la pâte une demi-cuillère à café de grain d’anis, soit vous ajouter quelques grains de badiane (anis étoilé) et sinon une demi-cuillère à café de Ricard* ou de Pastis* fera l’affaire 😉.

*l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération

Pour ceux qui aiment les agrumes :

Vous pouvez ajouter à la pâte le zeste d’une orange (ou même d’un citron) non traité ou bio. Et sinon quelques gouttes (3 à 5 gouttes) d’huile essentielle d’orange ou de citron bio. Et pourquoi pas de mandarine…

Pour les « couleurs » voici quelques variantes :

Vous aviez compris, en fait, il est plus question ici de présentation…puisque je vous ai déjà mis dans la recette la possibilité (c’est facultatif) de mettre un petit peu de farine de graine de caroube pour la couleur…D’ailleurs, j’y pense, 1 c à café de cacao pur en poudre fera le même effet visuel 😉.

Pour épater, vous pouvez napper le dessus de votre pain d’épices d’un sirop de sucre ou d’un peu de miel (faire chauffer avant, pour l’étaler plus facilement, oui je sais c’est dommage…).

Ainsi il aura un aspect brillant et gourmand. L’avantage c’est que vous pourrez y faire tenir de la décoration digne d’un pâtissier comme par exemple :

  • Des morceaux de bâtons de cannelle
  • Une ou 2 étoiles de badiane ou de cardamone
  • Des demi-tranches d’orange
  • Des zestes d’orange
  • Des orangettes…
zeste de citron

Vous trouverez bien quelque chose… Laissez-vous inspirer !

Alors, qui allez-vous régaler en premier avec votre pain d’épices sans gluten ?

Si j’étais vous,  je commencerais par moi… 😉histoire de tester !

Pour le matin…pour le goûter, et hop, vous voilà avec une recette de plus, facile et rapide à faire pour tous les jours…  

A ajouter à la panoplie INCOGNITO sans gluten et sans produits laitiers :

Testez et dites-moi en commentaire le temps que votre pain d’épices aura résisté aux gourmands conscients ou inconscients d’ailleurs 😉.

Epinglez moi sur Pinterest 😉
 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 141
  •  
    141
    Partages

Comment réussir son pain sans gluten? 5 points indispensables

Vous devez supprimer le gluten ? Oui… Mais vous avez un gros problème c’est le pain ! Celui du commerce ? Il est soit spongieux soit bien plus cher que votre regrettée baguette ?  Alors vous vous êtes certainement dit que vous alliez tester de le faire vous-même.

Vous vous êtes même équipé d’une machine à pain qui prend de la place et la poussière dans votre cuisine ? Il faut dire que vous avez essayé 3 fois de faire la recette du bouquin sans jamais arriver à faire quelque chose de correct… Peut-être la machine ?

A moins que ça ne soit la recette…

Franchement, encore une recette de pain sans gluten que vous allez rater et que vous serez la ou le seul(e) à manger parce que quand même vous vous êtes donné(e) du mal : ça vous a pris du temps.

Et puis, les farines sans gluten, même si on se fait le pain soit même, ce n’est pas le même prix que la farine de blé…

Vous voulez enfin réussir votre pain sans gluten ? Pas besoin de machine, juste de ma recette et de ces 5 tuyaux qui feront la différence…

Pourquoi faire du pain sans gluten, c’est si compliqué ?

Et bien parce qu’il n’y a pas de gluten, tiens !

Oui, et c’est le gluten qui permet au pain classique de lever. (Au passage gluten vient de glue 😉).  Ses protéines créent un réseau (un peu comme des toiles d’araignée) qui emprisonne l’air. C’est grâce à ça que l’on a une jolie mie aérée.

Donc sans gluten, plus de toile d’araignée, et si plus de toile d’araignée, plus d’air emprisonné…plus de mie aérée…

Résultat : un pain compact, qui descend direct dans les talons sauf s’il se coince et vous étouffe au passage…

Ok, mais on fait quoi ?

2 solutions :

Première solution :

Acheter un mix de farines spécial pain sans gluten Schär (par exemple) tout prêt et suivre leur recette à la lettre.

Les résultats sont au rendez-vous, à ce que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux.

Bon beh, ta recette Virginie, elle ne sert plus à rien alors…C’est quoi cette arnaque !

Vous pouvez fermer cette page et aller acheter un de ces mix tous prêts si ça vous dit…Et ne jamais savoir « pourquoi j’ai opté pour ma deuxième option… »

Pourquoi je n’utilise pas de mix de farines sans gluten tout prêt ?

Je suis sure qu’il y en a qui ont une petite idée…

Farine de maïs et céréales modernes

céréales et régime hypotoxique
céréales et sans gluten

Je n’utilise pas de mix de farine tout prêt car j’évite aussi les céréales « modernes » (maïs, épeautre…). Le gluten n’est en fait que la partie visible de l’iceberg. D’ailleurs le saviez-vous ?

On parle du gluten, alors qu’en fait on devrait parler des « glutenS »…

Parce qu’en fait, le gluten est une alliance de plusieurs protéines :

  • La gluténine (famille glutéline)
  • La gliadine (famille prolamine).

Et c’est la famille des prolamines qui nous em…

Et alors ?  Et alors on en retrouve aussi dans le maïs ! Et on n’est pas plus équipé « enzymatiquement » pour les découper et les digérer. Donc, plus il y a de prolamines dans une céréale, plus elle posera de soucis… C’est pour cela que j’élimine également: blé, maïs, seigle, avoine, orge, millet, kamut, épeautre et leurs dérivés, de mon pain sans gluten. (conformément aux préconisations du Professeur Seignalet)

Quantité de prolamine dans les céréales

Céréales Teneur et nom de la prolamine
Blé (froment) 69 % d’alpha gliadine
Épeautre 69 % d’alpha gliadine
Kamut 69 % d’alpha gliadine
Seigle 30 à 50 % de sécaline
Orge 46 à 52 % de hordénine
Maïs 55 % de zénine
Millet 40 % de panicine
Avoine 20 à 30 % d’avenine
Riz 5 % d’orzénine

Sources : biologie-autisme.com Maria ACOSTA

Oui mais sans « glutens », plus de réseau, plus de toile d’araignée pour retenir le gaz carbonique et aérer la mie…Donc, dans ces mix, pour que vous réussissiez le plus facilement possible votre pain sans gluten, il y a généralement des épaississants que j’évite aussi…

Les épaississants

Ils sont souvent présents dans les mix de farines : gomme de guar ou de xanthane. Ils sont étiquetés comme des additifs « épaississants ». Après recherche, ce ne sont pas des additifs controversés à proprement parlé. (Et bien oui, je fais des recherches quand même avant d’écrire un article…)

Néanmoins la gomme de guar est une cause d’intolérance relativement fréquente et pas forcément connue des personnes…Donc, si on peut faire sans, on fait sans 😉…

Oui, mais on a besoin d’épaissir la pâte des pains sans gluten pour que ça se tienne… Donc les mix contiennent aussi, ou à la place, de la fécule ou de l’amidon. Et alors ?

Fécules, amidons et index glycémique ne font pas bon ménage

Et bien, la fécule et l’amidon c’est la même chose…Ce sont des sucres complexes, mais « pré transformés » pour bien absorber l’eau… et le problème, c’est la charge glycémique. Si vous voulez comprendre je vous laisse aller voir cet article (il y a un passage sur les sucres et la charge glycémique).

Les diabétiques comprendront 😉.

Alors non, je ne fais pas un pain sans gluten qui ressemble à une baguette comme vous aviez l’habitude de la manger…Désolé !

Mais plutôt un pain qui ressemble aux pains aux « céréales » ou aux graines que l’on achète pour les jours de fêtes.

Sauf, que là, vous pourrez vous le faire chaque semaine 😉.

Je vous donne ma recette et je vous dis comment je fais…et même comment le manger ?

Non ! Pour ça il n’y aura pas besoin…

Ma recette de pain sans gluten et mes 5 conseils pour la réussir

J’ai testé plusieurs variantes pour le plus grand plaisir de mes filles avant de vous proposer cette recette. Oui j’ai bien dit pour « le plus grand plaisir » et pas « au plus grand désarroi ». Bon ok, c’était vrai pour les 7 derniers tests, mais pas pour quand j’avais ma machine à pain.

Voici comment je suis arrivée à cette recette de pain sans gluten :

A vrai dire, j’avais renoncé à faire du pain sans gluten « potable » à MES conditions (voir plus haut si vous avez sauté les paragraphes précédents 😊) …

Si bien qu’on avait tout bonnement supprimer le pain de nos repas et de notre table.

Pas simple, quand votre conjoint avait l’habitude d’acheter 2 baguettes tous les jours (une pour le repas et l’autre pour le trajet…) mais possible…

Jusqu’à ce qu’un jour, il en achète une fois à « la ruche qui dit oui » à un artisan spécialisé en pains anciens et spéciaux. Juste pour tester… 😉

Tout ça pour vous expliquer, que ce pain de cet artisan n’avait rien à voir avec une baguette (ni en prix, ni en goût) donc il était dégusté comme une bonne brioche… Parce que oui, ce pain bien qu’aux antipodes d’une baguette, est délicieux…

Et comme je n’étais pas arrivée à faire une baguette et que plusieurs de mes lecteurs me demandaient une recette de pain sans gluten, (vous vous reconnaissez ?), je me suis repenchée sur la question mais avec un nouvel angle et surtout un nouvel objectif :

Faire un pain sans gluten qui s’approche du pain d’Éric… (c’est qui Eric ? C’est le prénom du boulanger !)

Et cette recette alors ? On y vient, on y vient, voici votre liste de courses : (Tout se trouve très facilement en magasin Bio.)

Les ingrédients :

  • 160g de farine de riz complet
  • 60g de farine de sarrasin
  • 30g Farine de lupin
  • 30g Farine de châtaigne
  • Psyllium 2 c à soupe (le petit plus INDISPENSABLE)
  • entre 70g et 110g de graines (tournesol, courge, lin, sésame…Tout ce que vous voulez, pourvu que ce soit comestible et que ça vous donne le sourire)
  • ½ « pain » de Levure fraîche de boulanger (vous n’en voulez pas ? Je vous donne 2 alternatives un peu plus loin.)

Facultatif : 2 g de farine de graine de caroube (pour la couleur bronzée et le goût malté)

Je ne mets pas de sel. Si vous le souhaitez, mettez en une pincée que vous mélangerez bien à la farine.

(Coût indicatif avec des ingrédients bio: entre 2euros et 2.5euros le pain selon les graines que vous y mettez.) 

Mais comme cette recette ne vaudrait rien sans un guidage précis, voici :

La recette pas à pas de mon pain aux graines sans gluten

5min de préparation + 1h10 de repos + 45min de cuisson environ

1ere astuce: la température de l’eau

  • Dans 60g d’eau tiède (pas chaude, juste tiède), diluez votre ½ pain de levure fraîche.
  • Couvrez-le.
  • Mélangez toutes les farines ensemble sauf le psyllium et les graines.
  • Ajoutez à votre mélange d’eau et de levure 2 c.à soupe de votre mélange de farines.
  • Remuez et laissez reposer 10min.

2ème astuce: mettre le chauffage

pour faire en sorte que votre pain lève rapidement et correctement…

  • Mettez votre mélange de farines à « tiédir ».

C’est-à-dire ?

Si vous avez un four avec une fonction « rising » ou la possibilité de régler la température à 40°C, mettre le mélange de farines à cette température ainsi que votre ramequin avec vos levures.

Beh oui, elles sont comme nous, elles préfèrent pour se réveiller quand il fait bon que quand il gèle…Quoi ? ça ne vous est jamais arrivé de repousser le réveil et de rester un peu plus longtemps emmitouflé dans votre couette quand vous entendez le vent dehors ?

Alors il faut les chouchouter ces levures et surtout ne pas les brusquer…

  • Après les 10 min de repos, si vous en avez bien pris soin, vous devriez avoir une sorte d’écume qui s’est formée à la surface de votre mélange eau- levure. C’est signe que tout ce petit monde est bien vivant et prêt à travailler pour vous dans votre pain…

Donc au boulot,

  • Mélangez votre « Mix de farine » avec le psyllium et les graines (que vous pouvez broyer préalablement pour l’assimilation de leur nutriments et pour votre mie 😉 )
  • Puis ajoutez-y votre mélange levures +eau +farines
  • Ajoutez 230g d’eau tiède, oui on fait attention à la température autour de 30°C ça ne doit ni être trop froid ni être chaud, on ne s’est pas donné tout ce mal pour cramer tout le monde par maladresse…
  • Bien pétrir

Si vous avez un robot de cuisine, c’est l’occasion de s’en servir…ça pétrit mieux, plus vite et sans coller aux mains.

3eme astuce: une pâte collante est une pâte élastique

  • La pâte vous parait un peu trop sèche ? N’hésitez pas à rajouter un peu d’eau tiède…La pâte doit être bien souple pour lever un peu.
  • Former une boule (si vous y arrivez et sinon…)

4eme astuce: un moule à cake

  • Utilisez un moule à cake par exemple, ainsi vous n’aurez pas peur d’une pâte collante.
  • Couvrez et laissez pousser 1h environ
    • Soit au four à 40°C en mode « rising »
    • Soit derrière une fenêtre au soleil,
    • Sur un radiateur,
    • Devant une cheminée…

Bref vous avez compris, dans un endroit douillé pour mettre nos levures dans les meilleures conditions pour travailler !

Et, servez-vous une tasse de thé, et allez prendre une bonne douche relaxante par exemple.

Déjà 1h ! Allez, à la cuisson !

Minute…On veut qu’il soit joli notre pain, non ? Beh oui, on mange d’abord avec les yeux…Je ne sais pas vous mais moi entre une tranche de pain de mie et un pain du boulanger, c’est celui du boulanger qui me ferait faire une entorse à mon alimentation…

  • Alors, on entaille la surface d’un à deux centimètres de profondeur (en plus, ça aide pour la cuisson 😉),
  • On mouille ses mains et on caresse la surface, c’est pour avoir une jolie couleur et puis ça permet de faire tenir les graines si vous voulez en rajouter dessus…

Si vous voulez la version pratico pratique, de l’article allez voir la recette en vidéo.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo


Vous y verrez « l’écume » et la texture de ma pâte (bien que vous puissiez la faire plus collante sans problème en ajoutant un peu d’eau).

La Cuisson

5ème astuce: encore de l’eau!

  • On enfourne dans un four chaud et plein de vapeur…

Remplir à moitié votre plaque « lèche frittes » d’eau bouillante (à faire à la bouilloire) que vous aurez préalablement placée à mi-hauteur dans votre four.

IMPORTANT : Attention à la manipulation de la plaque à ne pas vous brûler en renversant l’eau, et tenez les enfants éloignés pendant toutes vos manipulations de début et de fin de cuisson…

180°C chaleur tournante si possible…

  • Et sinon pour une cuisson plus « hypotoxique » au cuiseur vapeur, (ça marche aussi mais vous n’aurez pas de « croûte », ça dépend si vous préférez le moelleux…). C’est à vous de tester et de choisir…

Au bout de 45min,

On teste la cuisson ! Comment ? On plante un couteau comme pour les gâteaux, c’est cuit quand la pointe est quasi-sèche.

On sort du four, on démoule sur une grille pour laisser refroidir avant de déguster… C’est chaud, ça brûle ! Et en attendant, profitez de la bonne odeur de pain frais dans votre maison. Humm !!!!

STOP…ça c’est dans la vie idéale, quand on a de la levure fraîche dans le frigo…

Avec 10 jours de date, il y a peu de chance que vous en aillez,sauf si vous l’avez achetée exprès 😉. Si vous en aviez, laissez-moi un commentaire en bas de l’article 😊…

Comment faire mon pain sans gluten sans levure fraîche ?

Eh oui, sinon cette recette ne servira pas à grand monde finalement !

Pas de problème, vous pouvez faire exactement la même recette avec de la levure de boulanger lyophilisée en sachet

A la place du demi-pain de levure fraîche,

  • Mélangez un demi-sachet à de l’eau tiède (je sais, je radote mais la température est super importante !)
  • Ajoutez-y toujours 2 c. à soupe de votre mélange de farines,
  • Mélangez bien
  • Et laissez reposer dans un endroit douillet 😉.

Au bout de 15 minutes,

Vous devriez avoir une sorte d’écume qui s’est formée à la surface de votre mixture. C’est signe que tout ce petit monde est bien vivant et prêt à travailler pour vous dans votre pain… (vous n’avez plus qu’à reprendre la recette et continuer)

Si ce n’est pas le cas,

  • vérifier bien que vous êtes entre 30°C et 40°C
  • vous pouvez ajouter 1 c. à café de sucre pour réveiller ces gourmandes
  • Mais surtout, laissez-leur un peu plus de temps…

Si au bout d’un quart d’heure supplémentaire,

Vous n’observez aucun changement, c’est qu’il y a un problème avec vos levures… Soit, vous recommencez avec un autre sachet, soit on passe au plan B.

Vite un plan B, car mine de rien, on vient de perdre 30 min avec ces satanées levures…

Oui et puis, vous n’avez peut-être pas le temps de faire pousser votre pain, 1h avant de le cuire aujourd’hui.

Un pain sans gluten, sans levure, sans temps de repos

Oui c’est possible ! Il sera prêt en moins d’une heure cuisson comprise !

N’oubliez pas de faire préchauffer votre four ou votre cuiseur vapeur.

  • Il suffit de sauter l’étape de « culture des levures ».

A votre mélange de farines, poudre et graines, vous allez simplement rajouter 2c à café de bicarbonate de sodium pour faire lever la pâte.

  • Et au lieu de n’ajouter que 230g d’eau tiède au pétrissage, vous en ajouterez 290g.
  • Pas de temps de repos nécessaire pour notre pâte puisqu’il n’y a plus de levure.

On la met en forme, on l’a fait belle…comme tout à l’heure,

Et hop à la cuisson !

Efficace, non ?

Personnellement, je trouve que la levure de boulanger apporte un goût exquis et une délicieuse odeur dans la maison…

En fait, c’est ça que j’aime dans le pain, plus que le pain lui-même…

Donc vous l’avez compris, si je peux, je réalise la version de mon pain sans gluten avec levure.

D’ailleurs vous savez quoi, je pars de ce pas m’en faire un pour demain matin…Avec un peu de miel, c’est à en oublier le beurre!

Ça changera des pan cakes et des crêpes sans gluten et sans lait. Et ça fera plaisir à mon chéri !

Si vous souhaitez d’autres recettes simples et efficaces sans gluten ni produits laitiers (dont celle des pancakes) n’hésitez pas à télécharger mon ebook gratuit de 10 recettes.

Testez et dites-moi en commentaire si vous avez réussi ma recette de pain sans gluten.

Ou partagez-nous-la votre pour varier les plaisirs 😉.

Pain sans gluten

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 100
  •  
    100
    Partages

Supprimer le gluten et les produits laitiers: 21 jours de Défis pour démarrer Seignalet

Vous aimeriez supprimer le gluten et les produits laitiers, faire le régime Seignalet ou hypotoxique ?
Vous devriez pour votre santé ?
Vous avez envie d’essayer ?
Vous voulez essayer pour votre entourage qui mange déjà « sans »?

Mais vous ne savez pas par où commencer ?

Il faut dire que c’est l’invasion…Le gluten et les produits laitiers sont très ancrés dans notre culture culinaire et dans notre gastronomie. Il suffit d’ouvrir le placard et le frigo pour se rendre compte qu’il y en a partout!

supprimer le gluten
Un petit coup de pouce pour supprimer le gluten et les laitages, et prendre soin de votre assiette ça vous dit ?

Je vous propose un défi (gratuit) de 21 jours pour changer ses habitudes alimentaires et aller vers une alimentation sans gluten et sans produits laitiers pour démarrer le régime Seignalet ou hypotoxique
J’alternerai un changement d’habitude sans lait et un changement d’habitude sans gluten et si vous ne voulez faire que l’un et pas l’autre vous aurez le double de temps pour appliquer.

Ce défi est fait pour vous accompagner pas à pas et progressivement pour limiter au maximum les sentiments de frustration trop forts qui provoquent dans la très grande majorité des cas:

  • dégoûts,
  • craquages,
  • découragement
  • et abandon

En plus, le fait de partager ce changement avec toute la communauté soigne ton assiette vous évitera de vous sentir isolé, seul dans votre coin, (encore une raison d’abandon supplémentaire). C’est notamment pour cette raison que je vous encourage vraiment à partager ce défi à vos amis et votre famille pour créer une dynamique positive autour de vous, vous soutenir et vous challenger mutuellement!

Si vous avez déjà songé à supprimer de vos habitudes ces aliments de plus en plus contestés, sans être réellement passé à l’action, c’est vraiment l’occasion d’essayer !

Attention cependant, ces changements alimentaires peuvent avoir des effets secondaires comme le regain de forme et d’énergie ! 😉

sans gluten sans lait

Est ce que ça va vous prendre beaucoup de temps?

Non!

Durant 3 minutes par jour, le défi consiste à visionner de courtes vidéos facilement applicables dans votre vie quotidienne. Un enchaînement progressif de vidéos pour s’attaquer à 4 aliments très ancrés dans nos cuisines nos placards et nos habitudes.

Pourquoi ces 4 aliments?

Parce qu’ils donnent du fil à retordre à tous ceux qui démarrent une alimentation sans gluten et sans lait ou le régime Seignalet. Et pourtant vous verrez qu’on peut s’en libérer avec sérénité.

Une vidéo sera diffusée gratuitement tous les jours à tous les participants.

Rejoignez vite le défi 21 jours pour supprimer le gluten et les produits laitiers en vous inscrivant ici :

Le défi est terminé.

Le défi est terminé.

Cependant si vous souhaitez être accompagné, je vous propose en ce moment la formation :

« Tout le monde peut petit déjeuner sans gluten et sans produits laitiers » cliquez ici pour la découvrir

(elle est en prévente à prix cassé jusqu’au 06/04/2020)

Chaque suppression d’aliment sera traitée par un enchaînement de vidéos qui vous permettra de supprimer et de remplacer durablement vos habitudes.

Les vidéos sont disponibles ici sur la chaîne You tube.

Qu’est ce que va m’apporter ce défi 21 jours?

Le but est de créer un ensemble solide de raisons et de solutions afin que votre résolution résiste aux difficultés que vous rencontrez aux quotidiens et ce même au-delà de notre défi.

lire les étiquettes sans gluten

En 21 jours, vous aurez démarré votre transition vers le sans gluten et sans laitages,

* vous saurez choisir vos produits quand vous faites vos courses

* vous verrez toutes vos habitudes alimentaires d’un nouvel œil

* vous aurez déjà testé et adopté des alternatives concrètes dans votre quotidien.

Bref, vous serez lancés sur la bonne voie de votre changement d’habitudes alimentaires sans avoir l’impression de trop vous priver…

Est ce que tout le monde peut y participer?

OUI bien-sur!

Par contre, à noter, plusieurs effets secondaires bénéfiques notamment sur votre digestion et votre niveau de forme 😉 : j’attends vos retours ! (ce n’est pas moi qui le dit, ce sont les reportages à la télé, mais j’ai pu au travers de mon expérience le vérifier 😊 )

vous serez reconnecté à vos habitudes alimentaires,  tout en ayant l’esprit plus clair et des émotions plus stables.

Comment participer gratuitement à ce défi ?

C’est très simple!
Rejoignez le défi en cliquant ici!

Ce défi est terminé.

Cependant si vous souhaitez être accompagné, je vous propose en ce moment la formation :

« Tout le monde peut petit déjeuner sans gluten et sans produits laitiers » cliquez ici pour la découvrir

(elle est en prévente à prix cassé jusqu’au 06/04/2020)

Préparez vous à réussir !

PS : Plus nous serons nombreux, plus vous serez motivés dans cette démarche d’améliorer votre alimentation.

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •  
    4
    Partages

Mon Gâteau au yaourt délicieusement SANS…

Qu’est-ce que c’était pratique, pour le goûter, un bon gâteau au yaourt…Un vrai jeu d’enfant…Oui mais voilà, vous avez décidé ou vous devez supprimer le gluten et, ou les produits laitiers de votre alimentation et là, faire un gâteau, c’est tout de suite plus compliqué ? Psitt ! En fait, non, pas du tout !  Allez ! Je vous donne ma recette du gâteau au yaourt à la farine de riz, sans gluten et sans produit laitier…Donc oui sans yaourt…au lait de vache du moins 😉.

Une de mes solutions pour un goûter sans gluten et sans produit laitier, c’est de le faire maison… Alors, je vous ai déjà proposé ma recette des muffins sans gluten au chocolat, sauf, que quand il s’agit de faire un gâteau pour une classe de petits gourmands, un gâteau au yaourt c’est plus pratique et encore plus rapide…Oui, il y a plus rapide que les muffins ! Et comme pour les muffins, cette recette sans gluten et sans lait pourra être faite à 4 mains pour optimiser votre temps 😉.

Ma recette de gâteau au yaourt à la farine de riz…sans yaourt

Cette fois ci, je ne vous ai mis qu’un seul type de cuisson. Pourquoi ? Eh bien parce que c’est la meilleure 😉. Comme vous le savez, je mange sans produit laitier, sans gluten et hypotoxique, le plus souvent possible, en raison de mon alimentation Seignalet, pour ceux qui connaissent. Cela dit, beaucoup d’entre vous, ne souhaitent pas aller aussi loin et recherchent simplement une recette de gâteau au yaourt sans gluten et sans lait mais surtout très rapide et facile à réaliser. Ne vous inquiétez pas, on ne se prendra pas non plus la tête avec la cuisson…

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Les ingrédients : (pour 4 personnes)

 (Pour le gâteau d’anniversaire de l’école doublez les doses et faîtes en 2 😉)

Et pour la maîtresse qui demandera la recette, proposez-lui d’aller faire un tour sur soigne ton assiette…

Ingrédients :

  • 3 pots de farine de riz
  • 1 pot de sucre intégral (Rapadura)
  • 1 yaourt végétal (soja)
  • 3 œufs
  • 1 c. à café de bicarbonate de sodium 
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • Ingrédient mystère n°1
  • Ingrédient mystère n°2

Matériel :

  • Une balance
  • Un fouet (à main)
  • Un moule à gâteau (j’aime bien le moule à cake, mais ça fonctionne très bien dans les moules à manquer ronds)

Ma recette pas à pas du Gâteau au yaourt sans gluten  

5 min de préparation + 20 min de cuisson

  • Préchauffer votre mode de cuisson (voir le paragraphe suivant pour en savoir plus).
  • Pendant ce temps, casser les œufs,
  • Ajouter le sucre et bien battre le tout au fouet.
  • Ajouter le yaourt au soja puis mélanger.
  • Ajouter l’huile d’olive puis mélanger.
  • Puis ajouter la farine de riz et le bicarbonate de sodium.
  • Bien mélanger.
  • Ajouter des pépites de chocolat ou des raisins secs si vous le souhaitez
  • Répartir la préparation dans le moule
  • Mettre à cuire

Comment ? Combien de temps ? A quelle température ?

Vous pouvez faire comme avant, au four à 180°C en chaleur tournante…Mais franchement, vous ne trouvez pas que le gâteau au yaourt, ça a tendance à être sec ?

Ce que je vous propose c’est de tester un autre mode de cuisson, qui ne vous prendra pas plus longtemps, qui sera meilleur pour la santé et en prime, qui rendra votre gâteau au yaourt sans yaourt et sans gluten, ultra moelleux…

Je vous ai fait saliver ?

Alors, vous êtes à point, pour tester la cuisson à la vapeur

Vous n’avez pas de four vapeur ? ça tombe bien on n’en a pas besoin !

La cuisson au four pour ceux qui n’ont pas de four vapeur (c’est-à-dire ceux qui sont comme moi 😉) :

Avec cette cuisson, ils sont plus moelleux qu’à 180°C

gateau au yaourt sans gluten sans lactose

·        Faites préchauffer votre four à 140°C en chaleur tournante.

·        A mi-hauteur dans votre four, remplir à moitié votre plaque « lèche frittes » d’eau bouillante (à faire à la bouilloire).

·        Enfourner votre moule pour 20 min environ (à surveiller selon la forme de votre moule)

IMPORTANT : Attention à la manipulation de la plaque à ne pas vous brûler en renversant l’eau, et tenez les enfants éloignés pendant toutes vos manipulations de début et de fin de cuisson…

La cuisson à la vapeur douce « hypotoxique » :

Avec cette cuisson, ils sont hyper moelleux

·        Faire préchauffer votre cuiseur vapeur. Chez nous, c’est le vitaliseur.

·        Quand l’enceinte est saturée de vapeur, déposer le moule dans le panier.

·        C’est parti pour entre 15 et 20 min de cuisson (à surveiller selon la taille du moule).

Laisser refroidir avant de déguster, mes petits gourmands conscients ! Une dizaine de minutes après cuisson…

C’est chaud, même sorti du cuiseur vapeur 😉 !

Petite astuce supplémentaire pour ceux qui lisent l’article…

Sorti du four, ou du cuiseur vapeur, vous pouvez couvrir le gâteau avec une cloche à micro-onde par exemple. Vous limiterez ainsi le ressuage et le dessèchement (ce qui veut dire aussi qu’il se conservera moins longtemps…, mais je ne me fais pas de soucis sur ce point, au prochain goûter il sera mangé 😊).

Et si vraiment, il n’est pas attaqué par une ribambelle de gourmands, pour le conserver jusqu’au lendemain, pensez à le mettre dans une boite hermétique pour éviter qu’il ne se dessèche.

Pas mal ce gâteau au yaourt sans yaourt, non ?

Un gâteau au yaourt, fait maison pour le goûter ou un anniversaire

Vous aussi la semaine de l’anniversaire de votre enfant, vous avoisinez les 8 gâteaux à faire ? Je dois dire que ce gâteau au yaourt sans gluten rapide et facile à faire m’a très souvent sauvé la mise 😊… Et si vous voulez varier il y a dans le bonus gratuit, le fondant au chocolat de Loïs.

Dans tous les cas, c’est toujours mieux que les goûters industriels… Mais comme parfois, même si c’est rapide à faire, on n’a pas toujours le temps, vous serez certainement intéressés par cet article sur comment lire les étiquettes pour choisir plus facilement les produits que vous achetez.

Et n’oubliez pas de mettre aussi des fruits au goûter ! C’est le meilleur moment de la journée pour en manger…C’est là qu’ils seront les plus digestes.

Vous voulez peut-être mes 2 ingrédients mystères qui feront que personne ne soupçonnera qu’il s’agissait juste d’un simple gâteau au yaourt ? C’est pour ça que vous êtes restées jusque-là…

Alors vous les avez bien mérités les voici !

Voici mes 2 ingrédients magiques pour un délicieux gâteau au yaourt sans gluten

Cette recette de gâteau au yaourt sans gluten peut être aromatisée de différentes façons : c’est un peu comme pour la pâte à crêpes et c’est très bon. Cela dit, vous pouvez rendre votre gâteau encore plus surprenant…à tel point que personne ne se doutera qu’il est sans lait et sans gluten ! Pour ceux qui me lisent, vous savez à quel point j’aime bien utiliser cette astuce pour détourner l’attention…

Donc, au moment où vous ajouterez l’huile d’olive dans la recette, je vous suggère d’ajouter également :

Du citron :

zeste de citron

Soit le zeste d’un citron non traité

Soit 10 gouttes d’huile essentielle de citron bio

 

Du mélange d’épices à pain d’épices :

cannelle

 

Personnellement, je rajoute une c. à soupe, mais après ça dépend des goûts !

gâteau au yaourt sans lactose
Epinglez moi sur Pinterest!

Effet garanti ! D’ailleurs, ma petite dernière se l’est appropriée donc après le gâteau au chocolat de Loïs, voici le gâteau au yaourt et aux épices de Chiara 😉 (en plus, avec sa sœur, elles savent le faire toutes seules 😊, bien sûr sauf, la cuisson qui demande la surveillance d’un adulte.)

Les vacances scolaires arrivent à grands pas, je vous propose donc de tester cette recette de gâteau au yaourt sans gluten et de poster vos photos sur Facebook ou Instagram en identifiant @Soigne ton assiette :).

Si vous souhaitez d’autres recettes simples et efficaces sans gluten ni produit laitier, n’hésitez pas à télécharger mon ebook gratuit de 10 recettes.

Mon petit doigt me dit qu’il y aura d’autres recettes qui viendront bientôt rejoindre celles des crêpes sans lait et sans gluten, de la quiche sans lait et sans gluten et des yaourts au soja

J’allais oublier de vous dire, je vous prépare une Méga surprise pour les prochains jours ! Vous ne voulez pas la rater ? Songez à vous abonner à la chaîne Youtube 😉

A très bientôt pour de prochaines vidéos !

Laissez moi un commentaire!

Crédits photos :
photos gateau au yaourt sans gluten Soigne ton assiette tous droits réservés
Surprise Image parRyan McGuire de Pixabay
Poudre magique Image parPublicDomainPictures de Pixabay
Zest de citron Image parAjale de Pixabay
Epices à pain d’épices Image parДарья Яковлева de Pixabay
 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 39
  •  
    39
    Partages

Comment choisir sa poêle, ses tupperwares… Interview d’un expert

Est-ce que vous soigner votre assiette ? Oui ! super ! Vous faites quoi ? Vous mangez bio ? Vous cuisinez vous-même des produits frais et locaux ? Vous êtes peut-être même en train d’aller plus loin…Vous allez supprimer le gluten et les produits laitiers ou même vous cuisinez hypotoxique et faites cuire vos aliments à basse température… Super ! Et si je vous disais que tout ça ne sert à rien, si …Vous ne vous préoccupez pas des poêles et des contenants dans lesquels vous cuisinez ou dans lesquels vous conservez les aliments ? …Vous ne savez pas comment choisir votre poêle ou vos tupperwares ? Est-ce qu’un plastique micro-ondable est suffisant ? Est-ce que des biberons sans bisphénol A, c’est suffisant ?

Et bien, aujourd’hui, je vous emmène à la rencontre d’un expert en alimentarité.

En quoi ? Un expert en ALIMENTARITE, c’est-à-dire un expert en matériaux d’emballages et en ustensiles de cuisine en général.

Pourquoi ?

Pour arrêter de gâcher, tous les efforts que vous faites au quotidien, pour manger sainement à cause des matériaux que vous utilisez pour cuisiner. Je n’ai pas peur de le dire, mal utilisés, vous vous empoisonnez à petit feu…

On va voir dans cette interview qu’elles sont les principales erreurs que l’on fait au quotidien et quel matériau choisir, en fonction de l’usage que l’on en fait ?

C’est parti !

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Interview d’un expert pour vous aider à choisir vos ustensiles de cuisine

Qui est cet expert ?

Virginie : Bienvenue Fabien dans cette interview soigne ton assiette.  Je vous remercie de nous accueillir dans ce laboratoire pour répondre à mes questions sur l’alimentarité.

Je vous laisse peut-être vous présenter.

Fabien Riera : Merci Virginie pour l’invitation donc je suis Fabien Riera et je suis chargé d’affaires chez Pure laboratoire.  On est une société spécialisée dans l’évaluation de la conformité des emballages et des matériaux au contact des denrées alimentaires. J’ai travaillé pour plusieurs laboratoires par le passé et c’est dans ce cadre là, que j’avais croisé Virginie qui était responsable qualité.

Virginie : Une autre vie…Pour nos auditeurs et pour ceux qui ne connaissent pas du tout, est ce que vous pouvez nous rappeler dans les grandes lignes : qu’est ce que c’est que l’alimentarité d’un emballage ou d’un contenant ?

Qu’est ce que c’est que l’alimentarité ?

Fabien Riera : Alors, en fait, on parle plutôt d’aptitude au contact alimentaire c’est-à-dire de la capacité d’un matériau à pouvoir rentrer en contact avec des aliments sans présenter de danger pour la santé du consommateur qui veut les utiliser. À défaut, beaucoup de gens utilisent le terme alimentaire. Or c’est un langage un peu abusif. En tout cas, ça peut prêter à confusion puisque ça voudrait dire que l’alimentarité est une caractéristique innée du matériau. Ce qui est faux puisqu’on est vraiment sur une « aptitude » qui va dépendre de plusieurs composantes :

  • La température de contact entre matériau et aliment
  • La durée de contact : plus elle est longue, plus le matériau va céder des substances aux denrées alimentaires
  • La nature des aliments au contact, qui vont, en fonction de leur acidité ou de leur taux de matière grasse, pouvoir favoriser la migration de molécules depuis le matériau dans l’aliment.

Virginie : Je suppose que c’est à cause de ces molécules qui migrent dans les aliments que l’aptitude au contact alimentaire est importante pour la santé.

Pourquoi l’aptitude au contact des aliments est elle importante pour la santé ?

Fabien Riera : Tout à fait, les autorités se sont rendues compte qu’avec les développements scientifiques, aujourd’hui, il y avait toujours plus de matériaux sur le marché. Or, ces matériaux sont composés de différentes substances qui vont parfois présenter des dangers pour la consommation, notamment, en raison de la quantité qui va être absorbée par le corps humain.  Car comme on dit, c’est la dose qui fait le poison.  D’ailleurs, il y a déjà des règles notamment pour les pesticides et les métaux lourds au niveau des denrées alimentaires. Et on s’est rendu compte que le fait d’emballer nos aliments avec des emballages qui sont aujourd’hui rentrés dans nos modes consommations : soit parce qu’on fait de la consommation nomade, soit parce qu’on va congeler ou on va réchauffer au micro-ondes n’était pas anodin. Toutes ces pratiques n’existaient pas chez nos alleux. On ajoute ainsi de nouveaux polluants à nos aliments.

Au final, on va utiliser tous ces matériaux dans différentes configurations où ils vont pouvoir éventuellement céder des substances plus ou moins dangereuses, aux aliments que nous allons ingérer.  Donc les autorités ont légiféré pour bien encadrer la conformité des emballages pour qu’ils puissent être utilisés par les consommateurs sans risque pour la santé.

La Réutilisation des emballages : 3 habitudes à bannir

Virginie : Et en tant que consommateur, quels sont les principaux piègent à éviter, quels sont les principaux risques ? Je suppose qu’on commet des erreurs dans nos utilisations quotidiennes.

Fabien Riera : Il y a bien des labels qui sont utilisés au niveau des aliments, comme par exemple le label bio ou d’autres chartes qui vont permettre aux consommateurs de s’y retrouver facilement au niveau de la qualité des produits consommés. Mais, au niveau de l’emballage, il n’existe pas de charte similaire donc c’est un peu difficile de se repérer.

L’important, c’est d’acheter des matériaux de bonne qualité: généralement, le prix est un indicateur de la qualité du matériau qu’on achète.

1-Le jus de fruit dans la bouteille de lait :

Et c’est vrai que souvent les fausses bonnes idées, c’est de réutiliser un matériau comme par exemple, une bouteille de lait qu’on va réutiliser pour faire un jus de fruit maison par exemple. Or, comme vu tout à l’heure, la compatibilité entre le matériel et aliment va dépendre du type d’aliment qui est en contact. Parfois, en ayant ce genre de pratiques, on va favoriser la migration. Donc, attention aux fausses bonnes idées ! Être toujours prudent dans l’utilisation des matériaux, essayer de les dans les conditions pour lesquelles, ils ont été étudiés et éviter des expériences un peu hasardeuses quand on fait des produits maison : c’est dommage de cuisiner des légumes bio, mitonnés avec amour et de les conditionner dans un emballage qui n’est pas adapté, et qui va céder des substances toxiques à l’aliment.

2-Le vinaigre dans la bouteille d’eau minérale :

Virginie : Donc par exemple, mettre du vinaigre dans une bouteille d’eau minérale en plastique, ce n’est pas une bonne idée.bouteille plastique danger

3-La soupe dans une bouteille d’eau minérale + micro-onde

Fabien Riera : Ma mère, aussi, pour citer les cas qu’on a pu pratiquer, quand j’étais étudiant, me mettait de la soupe dans des bouteilles d’eau minérale justement. Je dois dire que c’était très pratique pour la transporter et aussi la chauffer.  Mais, on peut dire que c’était une fausse bonne idée d’un point de vu sanitaire en tout cas…

Virginie : (Je m’excuse auprès de la maman de Fabien. Loin de nous, l’idée de critiquer les soupes maison et surtout cette gentille attention 😉. D’ailleurs, j’en profite pour faire un clin d’œil à mon papa pour le vinaigre dans les bouteilles d’eau minérale, et aussi à tout ceux qui se sont déjà servis d’une boite de fromage blanc comme tupperware 😊).

A l’époque, on ne savait pas, et d’ailleurs aujourd’hui encore beaucoup de personnes l’ignorent ! Mais maintenant vous ne pourrez plus dire « je ne savais pas… »

Fabien Riera : Exactement !

Comment choisir son tupperware ?

Virginie : Quel serait le meilleur conseil que vous donneriez pour choisir par exemple des boîtes hermétiques pour conserver les aliments

Fabien Riera : Il n’y a pas de règles d’or malheureusement

Alors, Il y a quand même deux matériaux qui sortent du lot : ce sont le verre et l’inox. Mais un plastique très bien formulé et qui a été justement étudié pour un usage prévu, va pouvoir également respecter des critères d’inertie très intéressants.  Et puis, il n’existe pas de matériau totalement inerte même si le verre a de très bons critères d’inertie.

Et puis, attention, pour les gens qui vont faire des compotes ou des confitures à bien utiliser des pots de bonne qualité. Beaucoup ont tendance à réutiliser les pots x fois, or, les joints d’étanchéité des couvercles peuvent être dégradés.

Voici mes meilleurs conseils pour choisir n’importe quel ustensile :

* utiliser les contenants dans de bonnes conditions

Comme vu auparavant.

* éviter de réchauffer au micro-onde dans des récipients en plastique, en papier carton (plats cuisinés) et même si c’est prévu pour. Car au-delà de l’aspect pratique, ça favorise les migrations.plastique micro-onde

En tout cas, si vous ne le faites pas pour vous, adulte, essayez de le faire pour vos enfants et notamment pour les nourrissons.  Pensez à réchauffer par exemple le lait dans un verre et transvaser le ensuite dans le biberon, ça évitera de dégrader le matériau en le passant x fois au micro-onde.

*garder des matériaux en bon état

En effet, plus le matériau est abîmé, plus, il va céder des substances qui vont migrer dans les aliments.

*pour cuire

On a tous des poêles avec des revêtements antiadhésifs plus ou moins abîmées, rayées et même si on utilise une spatule en bois… Il faut donc éviter de les utiliser trop longtemps. Utiliser au maximum le verre et cuire dans de l’inox. Sauf pour les aliments acides, où il est préférable d’éviter les contenant les métalliques.

*et biberon plastique sans phtalates et sans bisphénol A ou bibi en verre

biberon sans bisphnol

Virginie :  Donc, je peux garder mes bibis en verre… (bon c’est vrai mes filles sont un peu grandes maintenant 😊, ça fait quelques années qu’ils ne sortent plus du placard)

Fabien Riera : C’est une très bonne idée à condition d’enlever les parties plastiques et la tétine quand on chauffe aux micro-ondes. Et sinon, pour ceux qui ont des bibis en plastique (même sans phtalates ni BPA), il y a la technique du verre au micro-onde.

Virginie : C’est vrai que j’avais eu du mal à trouver des biberons en verre.

Voici le lien vers ceux que j’ai utilisés:

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

Fabien Riera : Ça revient à la mode et c’est une bonne chose pour nos petites têtes blondes !

Comment choisir sa poêle pour notre santé ?

Virginie : Pour la cuisson, je peux garder une poêle inox ?

Fabien Riera : Oui, tout à fait. Après c’est une question d’habitude en cuisine, c’est vrai qu’un revêtement à base de téflon comme les marques Tefal pour ne pas les citer, bien qu’elles soient très intéressantes car antiadhésives mais ont des revêtements issus de la chimie qui peuvent céder des substances comme les dérivés fluorés qui ne sont pas souhaitables pour la santé.poêle tefal danger

Virginie : C’est aussi, nous en les utilisant, en les lavant, qui les endommageons et qui augmentons ces migrations.

Fabien Riera : Tout à fait. Il y a aussi d’autres alternatives avec les poêles en fonte de nos grands-mères que l’on entretient avec du sel ou de l’huile.

Et aussi, éviter de surcuire. Alors bien sur, pour les nutriments, mais aussi, pour limiter le phénomène de migration, car plus on chauffe les matériaux, plus, ils libèrent des substances.

Une démarche globale vis-à-vis des polluants

Fabien Riera : Et puis pour compléter, pensez également aux produits cosmétiques : ces habitudes peuvent être aussi à appliquer aux cosmétiques qu’on va également mettre toute la journée sur la peau ou les muqueuses comme les déodorants ou les dentifrices alors là aussi, on peut faire des produits maison car ces produits aussi contiennent pour la grande majorité des substances préoccupantes…

Virginie : C’est une très bonne piste pour compléter…Alors je vous donne l’adresse du blog de Caroline pour vous aider à faire vos cosmétiques naturels https://mesrecettesnaturelles.com

Fabien Riera : C’est un équilibre comme on dit !

Virginie : En tout cas, merci Fabien et j’en profite pour remercier aussi Pure Laboratoire qui nous a accueilli et rendu cette interview possible.

Revoir ces habitudes alimentaires, c’est aussi revoir tout ça pour maximiser les efforts que l’on fait déjà en soignant notre assiette !

Mes choix pour cuisiner :

En complément, pour vous aider à appliquer tous ces conseils dans le choix de votre poêle ou de vos boites hermétiques, je vous mets :

Les liens* vers une batterie de cuisine toute inox comme la mienne.

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

Ça peut paraître être un budget mais dès que vous aurait remplacer vos poêles antiadhésives une fois (si vous êtes raisonnable, c’est une fois par an…), ce sera rentabilisé, car l’inox c’est à vie 😉. Vous vous dites peut-être « aïe mais ça va accrocher ! »

Et bien, il faut mettre un peu d’huile au fond de la poêle bien sur… Mais cette croyance qu’il ne faut pas mettre de gras à la dent dure ! Eh ! oh !!!! Le gras c’est la vie ! Et puis non, ça n’accroche pas car on ne fait jamais chauffer trop fort, vous vous souvenez ? Et puis même si ça accroche un peu, je ne connais pas de matériau plus simple à nettoyer et à faire revenir que l’inox ! Car oui, en bonne étourdie, j’ai déjà fait cramer le fond de la cocotte et de la poêle…Et je les ai faites revenir sans aucun soucis 😊.

Et puis sinon, vous pouvez vous mettre aussi au 100% cru et à la cuisson vapeur…Plus besoin de poêle 😉.

Et pour les boites hermétiques ?

Et bien ça fait plusieurs années que j’utilise des boites en verre comme celle-ci…

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

Et j’adore ! J’ai plusieurs tailles pour les différents appétits ! C’est facile à nettoyer et ça ne donne pas de goût aux plats…Oui, oui ! Je trouvais que mes repas avaient le goût du produit vaisselle ou des pastilles lave vaisselle au citron…Beurk ! Sans parler des sauces tomates qui coloraient durablement le plastic ! Finalement, en plastic, elles coûtaient moins chers mais je les changeais souvent, sans compter les traces de couteaux…Alors que mes boites en verre, mise à part celles que j’ai remplacées à cause de la maladresse, je les ai depuis plusieurs années et elles passent du congélateur,au four sans soucis (juste ne pas oublier d’enlever le couvercle) !

Et puis, si vous n’avez pas encore posez votre question (vous savez ce truc qui vous embête concernant l’alimentation ou la préparation des repas, et bien posez là en commentaire …et oui ces vidéos, c’est pour vous que je les fais !)

Partagez cet article autour de vous, tout le monde a intérêt à faire attention à ces polluants même si on ne mange pas sans gluten et sans lait 😉…choisir sa pôele

*Les liens partagés sont des liens affiliés. *

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrais pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats !

Biberon sans BPA  OpenClipart-Vectors de Pixabay
Micro ondesparClker-Free-Vector-Images de Pixabay
Confiture faites maisons parRitaE de Pixabay
Bouteilles plastique et alimentarité parWillfried Wende de Pixabay
Poele flamme parCari Dobbins de Pixabay
Poele par takedahrs de Pixabay
Poele par Walter Bichler de Pixabay
 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
    2
    Partages

Feuille de vigne farcie au riz pour épater vos amis !

Florence, passionnée du monde végétal et autheur du blog Fais briller tes étincelles, nous partage son univers végétal pour Vivre Mieux dans sa Maison et se Sentir bien !  Florence est végétarienne et mange également sans gluten. En plus, c’est la saison des vendanges, alors en attendant les nouveaux crus, je vous propose de tester cette recette originale sans gluten et sans produits laitiers venue de la Méditerranée de feuille de vigne farcie au riz !

En ce moment, je suis nostalgique de mes vacances en Grèce et de ses paysages d’oliviers et de vigne…et des feuilles de vignes farcies! Du coup, j’ai développé une petite fixette sur les feuilles de vignes… Et j’organise des soirées Tapas entre amis et entre voisins. C’est fou ce que les gens aiment ça! Moi.. la première!

On organise ces soirées tapas pour fêter l’arrivée de l’été vers juin ou à la rentrée de septembre pour prolonger un peu les vacances, et on refait le monde durant la soirée en savourant nos petites tapas. Ce que c’est Bon!

Cette fois-ci, c’était moi qui recevais à la maison. Et je dois dire, que j’ai fait un tabac avec ma recette de Feuilles de vigne farcies au riz !

Avec quoi?

Avec ça! ⬇️

feuille de vigne pour faire des feuilles de vignes farcies au riz
des feuilles de vignes FF

OUI! Des feuilles de vigne mais…farcies! 😂 

 feuille de vigne farcie au riz
Dolmas tapas avec les feuilles de vigne farcies FF

Quelle drôle d’idée…

Origines des feuilles de vigne farcies

On les appelle en Grèce des Dolmas ou des Dolmadakias, dolmadès, phylla.

Je viens d’apprendre que l’origine du nom ‘dolmak’ est associé au différents verbes turcs et même turc ottoman désignant la notion de -remplir, être rempli, quelque chose à remplir-.

Vous l’aurez donc compris! L’empire ottoman à semé ses touches culinaires.

Ces feuilles de vignes sont farcies de multiples manières: à la viande, au fromage ou au riz suivant les pays où vous pourrez les déguster. On les retrouve au Liban, en Turquie, en Egypte, en Grèce pour ne citer qu’eux …

Je voyage depuis mon plus jeune âge et continue avec ma propre famille. Ce n’est pas toujours facile ces changements mais il y a de nombreux avantages à voyager…J’ai dégusté de nombreux plats végétariens et j’ai pu observer des utilisations judicieuses du Végétal dans l’habitat et le quotidien. Je vous invite à en découvrir quelques uns dans l’article que j’ai écrit récemment les intérêts à dépasser nos limites, il vous aidera si vous aspirez au changement.

De fil en aiguille, je suis devenue végétarienne depuis un an. D’ailleurs, si cela vous tente, vous découvrirez comment en lisant mon défi 30 jours végétarien je me suis régalée avec des dolmas et des les tomates farcies .

Les feuilles de vigne: Pourquoi en manger et comment les choisir?

Pour les gourmands impatients,

je vous invite à aller directement 🏂 à -la recette qui est en dessous – Mais 🗽quand même…Je vous conseille de ne pas sauter les bienfaits des ces feuilles de vigne, ça peut servir… et aussi où vous en procurer ça reste utile aussi! Quelques secondes de cueillette pour cueillir astucieux et vous deviendrez des dieux du rouleaux. 😅

Les bienfaits connus des feuilles de vigne

Alors, bien sur vous l’avez compris, les feuilles de vigne sont comestibles. D’ailleurs elles sont aussi utilisées en infusion pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse des jambes lourdes, la digestion, les troubles de la ménopause, les troubles de l’appareil urinaire, le foie, les problèmes liés à la fragilité capillaire comme les saignements de nez, les hémorroïdes et enfin pour soulager les rhumatismes, l’arthrite et l’hypertension.

Où en trouver?

Pour trouver des feuilles de vigne, vous pouvez les trouver sèches ou en saumure dans les magasins orientaux et grecques ou dans des boutiques en ligne. Si vous habitez dans une région baignée par du bon vin demandez en au vignoble et assurez- vous qu’elles ne soient pas pulvérisées de pesticides. Vous pouvez aussi faire un tour chez vos voisins pour proposer d’aérer gratuitement la vigne en retirant des feuilles qui font de l’ombre aux grappes et éviter l’apparition des maladies😎. Les miennes viennent de mon unique pied de vigne.

Comment bien choisir les feuilles de vigne fraîches pour les farcir?

 cueillette de feuille de vigne
cueillette de feuilles de vigne FF

Choisissez des feuilles bien jeunes, vertes et grandes pour qu’elles soient tendres-celles du printemps sont idéales- à la fin août/septembre il en reste encore. Préférez- les sans trous, ni tâches et peu découpées. Vous aurez plus de facilités à les farcir et les rouler. C’est grâce à Dyonisos et les Thébains que manger des feuilles de vigne est devenu courant. Au-delà de ce moment d’histoire, vous développerez au moment du choix des feuilles, un moment de Grâce en pensant à …Adam et Eve qui devaient changer de feuille tous les jours!

– » Tu es où Eve? »

– « Dans les vignes! »

Voici, sans plus tarder, la version végétarienne des Dolmas

Ma RECETTE de Feuille de Vigne farcie au riz

🌿 Ingrédients

  • 50 feuilles de vignes de la taille d’une main -d’adulte
  • 150 gr de riz basmati
  • 1 gros oignon
  • 50 gr de pignons de pin ( vous pouvez aussi mettre des noix des raisins secs, des amandes effilées grillées et des petits dès d’aubergines cuits)
  • 1 citron jaune
liveche
Herbe Maggi ou Livèche photo Ivabalk
  • 1 c à soupe de sauce Marmite OU 3 c à soupe de sauce Maggi on en trouve au Supermarché Ou un morceau de feuille de Livèche (conseillé par Virginie 😉 ). Vous la trouverez sous le nom de ‘célèri perpétuel’, ‘Herbe à maggi’, ‘ache des montagnes’, ‘levistichum officinalis’ en pépinière.
  • 40cl d’eau pour le bouillon
  • Quelques pincées d’origan, je suis fan d’origan 😊 mais, vous pouvez mettre tout aussi bien un mélange de coriandre et de persil.
  • Quelques feuilles de menthe
  • De l’huile d’olive
  • du Poivre

🚲 Les Etapes pas à pas

1/ Prendre les feuilles de vigne non traitées et les dépoussiérer sans les laver pour ne pas les abîmer. Couper les tiges. Faîtes- les blanchir dans l’eau chaude durant 7 minutes puis égouttez-les et laissez les refroidir.

2/ Peler l’oignon et couper le finement en petits morceaux. Prendre une sauteuse et le faire blondir dans l’huile d’olive durant 5 minutes.

3/ Ajouter le riz et le faire rissoler dans l’huile et l’oignon jusqu’à ce qu’il devienne lui aussi translucide.

sauce marmite
sauce marmite

4/ Verser l’eau et 1 cuillère à soupe de sauce Marmite (Ou avec 2 feuilles de Livèche) dans le riz.

Mélanger pour diluer le bouillon et laisser cuire le riz avec un couvercle environ 10 minutes à feu doux puis laisser refroidir. Si le riz n’est pas tout à fait cuit, c’est tout aussi bien, il continuera de cuire dans les rouleaux. 😉

5/ C’est le moment d’ajouter la poudre d’origan à votre riz (ou votre mélange de coriandre et menthe) dans votre sauteuse et remuer. Goûter et poivrer, ajuster à votre goût. Je ne rajoute pas de sel comme je mets de la sauve Marmite. Si vous optez pour les feuilles de Livèche alors il vous faudra saler. Ajouter les pignons de pins, mélanger.

🌿 Fabrication des feuilles de vignes farcies

feuille de vigne à l'envers
on travaille la feuille de vigne à l’envers

6/ La feuille de vigne se travaille face envers. Prendre une feuille de vigne blanchie et la poser délicatement sur le plan de travail, la pointe en haut .

7/ Déposer 1 cuil à café de farce en bas de la feuille en formant un petit cylindre horizontal. Rabattre, les 2 lobes du bas de la feuille vers le centre ensuite rabattre les 2 côtés -à droite, à gauche – vers le centre et rouler jusqu’en haut comme un cigare. Ne serrez pas trop en roulant car le riz va continuer de cuire en gonflant, et les feuilles risquent de percer comme les miennes! 😂

8/ Tapissez le fond de la cocotte de feuilles de vignes à plat et déposer vos dolmas bien serrés sur les feuilles. Versez 20cl d’eau avec le jus d’un citron et un filet d’huile d’olive.

cuisson des feuilles de vignes farcies au riz
Dolmas posée sur les feuilles de vigne qui couvrent le fond de la marmite

9/ Renversez une assiette sur les rouleaux de vigne pour les couvrir.

Poser les restes de citron et un caillou propre sur l’assiette pour bien tasser et cuire à l’étouffée.

Rajouter environ de l’eau jusqu’à 2cm au dessus des bords de l’assiette.

cuisson des dolmas il faut ajouter un caillou si possible
cuisson des dolmas il faut ajouter un caillou si possible
cuisson des dolmas avec le caillou, ajouter le reste de citro
cuisson des dolmas avec le caillou, ajouter le reste de citron

Fermer la marmite et porter à ébullition.

Dès ébullition, baisser le feu et laisser cuire durant 1 heure à feu doux.

Surveiller que cela ne brûle pas et s’il manque de l’eau, rajoutez en.

10/ 1 heure est passée. Hors du feu, laisser à refroidir. Dégustez froid avec une sauce au soja.

feuille de vigne farcie au riz
dolmas: feuille de vigne farcie au riz

Sauce à la crème de soja en accompagnement des Dolmas

😉 une bonne suggestion pour accompagner vos dolmas

  • 150 g de crème soja sans gluten
  • 1 cuil à café de miel
  • 1 cui à café de Sésame grillé
  • 1 cuil à soupe d’Huile d’olive
  • sel et poivre

Vivre & Profiter de l’Instant Présent

Dites moi en commentaire, si ça vous a plu de lire une invitée (Pensez à aller faire un tour sur Fais briller tes étincelles)

Cet article et cette recette de feuille de vigne farcie vous ont plu ? Epinglez-les sur Pinterest !

recette de dolmas

crédit photo:
 Nourriture photo créé par azerbaijan_stockers – fr.freepik.com et Florence du blog fais briller tes étincelles
 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 20
  •  
    20
    Partages

Comment prendre du poids naturellement ? 6 astuces

Non, je ne me suis pas trompée dans le titre.  Le sujet, aujourd’hui, c’est bien comment prendre du poids naturellement ?

Le premier qui me dit encore:

« Mais tu as encore maigri non ? ».

Je m’énerve !

Car oui, prendre du poids, ça peut être un vrai problème comme pour ceux qui veulent en perdre.

Vous aussi vous avez déjà entendu cette phrase, elle vous énerve.

Vous avez du coup l’impression d’être peut-être trop maigre ?

Quelque part, le regard des autres vous inquiète quand même un peu, on ne va pas se mentir…

Et si on voyait comment prendre un peu de poids sainement ?

Dans cet article, je réponds à la question d’Olivier sur une précédente vidéo.

« Dès que je commence à « bien manger » je perds du poids… Comment continuer à manger sainement sans devoir manger du poulet et des shakers de protéines tous les jours ? « 

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

D’ailleurs si vous n’avez pas encore posé votre question (vous savez ce truc qui vous embête concernant l’alimentation ou la préparation des repas, et bien posez là en commentaire en dessous de l’article…

Et oui, ces articles et ces vidéos, c’est pour vous que je les fais !)

Je remercie donc Olivier pour sa question qui tombe bien, car moi aussi, en mangeant sainement sans gluten et sans produits laitiers, j’ai perdu du poids. Et, on ne va pas se mentir, entendre les autres me dire « mais tu as encore fondu non ? » alors que je mange bien et le plus sain possible, ça m’énerve !

En plus, même si je me sens en super forme, à force, ça m’a inquiété un peu quand même…

Alors, est ce que c’est inquiétant réellement ?

Je ne peux pas vous le dire, seul votre médecin peut répondre à cette question.

Moi, ce que je vous propose, c’est de voir les 3 comportements à éviter et 3 astuces qui devrait vous aider à reprendre du poids naturellement et sainement.

Les 3 comportements à éviter pour prendre du poids naturellement

Et au contraire, 3 choses à faire qui vont vous aider à reprendre un peu de poids naturellement.

C’est parti ! Voici les 3 choses à ne pas faire :

1-Se rabattre sur les produits sucré et grasmanger gras et sucré

Se dire qu’on va faire l’inverse de ce que font les gens au régime…c’est-à-dire se rabattre sur le sucre !

et la malbouffe ah !

et votre santé ?

Si vous pouviez choisir, vous le rajouteriez où ce poids?

Arrêtez de rêver, si le gras (que l’on fabrique à partir du sucre entre autres) était téléguidable, ça se saurait …

Privilégiez les bons gras : huile d’olive, de colza…

2-Stresser

Par la même occasion, arrêtez de stresser aussi !

Il y en a certain que ça pousse à manger et qui grossissent et d’autres qui au contraire maigrissent…

Car dans votre cas, le stress « bouffe » les calories, crée un « nœud » au niveau de l’estomac qui réduit l’appétit !

Dans tous les cas, vous l’avez compris, il faut absolument l’éviter !

Surtout qu’en plus c’est un cercle vicieux et en plus vous grignoter vos réserves en magnésium.

3-Remplir votre estomac d’eau

Et si vous arrêtiez de boire 3 verres d’eau, pendant les repas ?

C’est sur quand votre ventre est rempli d’eau parce que vous n’avez pas pris le temps de vous hydrater le reste de la journée…

ça distend votre estomac et accélère la satiété ! En d’autres termes, ça vous coupe l’appétit…

Surtout, qu’en plus ça coupe aussi le « feu » de l’estomac, c’est ce qu’en enseigne l’Ayurveda. Donc ça gêne son travail et le processus de digestion…

Alors que boire 30min avant le repas, c’est idéal et l’eau passe tout droit, direct dans l’intestin ! Bon bien sûr si votre repas est sec, c’est bien de boire un peu pour l’hydrater et faciliter la digestion mais vous aviez compris…tout est question de mesure !

Les 3 choses à essayer pour prendre du poids sainement

1-Prendre des collations

Ça parait évident, mais avant tout, ne pas sauter de repas !

Au contraire, faire des collations dans la journée et oui je goûte ! Attention, pas un Kinder Bueno…Un fruit, des fruits secs, ou même aller, vous avez droit à un petit muffin (voici la recette sans gluten 😉) ou même un peu de chocolat noir.

muffin sans beurre
Epinglez moi sur Pinterest !

Petite précision, vous ne pourrez pas prendre de poids si votre balance calorique est déficitaire…C’est-à-dire qu’il vous faut manger plus de calories que ce que vous dépensez.

Mais bon à y être on consomme des calories « pleines » c’est à dire des calories issues d’aliments sains qui apportent aussi vitamines et minéraux d’où l’importance de continuer à manger sainement.

L’idée n’est pas de grignoter continuellement mais de rajouter une ou 2 collations par jour, pour ne pas sur-solliciter votre système digestif qui a besoin de repos.

Donc, tout ça en respectant une période de repos intestinal (c’est souvent la nuit) de 12h à 13h idéalement…

2-Faire une activité physique

Faites du sport ! Eh oui, faire du sport permet d’augmenter le métabolisme, et ça ouvre l’appétit !

Et saviez-vous qu’à volume égal, le muscle pèse plus lourd que le gras ?

Hop, hop, hop ! Je vois venir…

Pour faire un peu de muscle, inutile de se bourrer de shaker de protéines, de substitut de repas, de compléments alimentaires ou de manger de la viande à chaque repas…

Et si vous augmentiez un peu vos apports en protéines végétales ?

En mangeant un peu plus de légumineuses par exemple ? Ainsi vous ferez d’une pierre 2 coups puisqu’on augmente aussi les apports en minéraux. Je vous mets le lien vers un article pour varier un peu avec 2 recettes de lentilles corail.

3-Se détendre

Et puis, je vous ai dit tout à l’heure qu’il fallait absolument arrêter de stresser…

Un petit peu de méditation ou de relaxation devrait vous y aider et pourquoi ne pas manger en pleine conscience ?

Mastiquer correctement pour faciliter la digestion et l’assimilation des aliments et manger avec plaisir, ça ouvre l’appétit.

Si ça vous intéresse, dites-le-moi dans les commentaires, j’ai animé des ateliers sur manger en pleine conscience, je peux très bien faire une petite vidéo ou un article sur le sujet…relaxation

 

Est-ce que manger sans gluten fait maigrir ?

Eh bien, ça dépend plus de comment vous avez modifié votre alimentation,  que du simple fait d’avoir supprimé le gluten.  Vous mangez certainement moins de biscuits, de pâtes et de pain mais plus, de fruits et légumes.

Même chose si vous suivez un régime hypotoxique comme le régime Seignalet, en vous éloignant des produits transformés, vous vous éloignez du sucre ce qui n’est pas plus mal pour votre organisme, au passage.

D’ailleurs, certaines personnes qui mangent sans gluten ne vont pas maigrir et vont même grossir.

Pourquoi ?

Simplement, parce qu’elles ont substitué les produits avec gluten par des « produits sans » de même nature : des biscuits sans gluten, des pâtes sans gluten… Or comme en général, l’index glycémique de ces produits est plus élevé que celui des produits avec gluten, les sucres rapides provoquant des pics d’insuline, ont tendance à être stockés sous forme de graisses et notamment de graisse abdominale.

Donc vous l’avez compris, le régime sans gluten basique n’est pas un régime pour perdre du poids.

C’est la modification de vos habitudes alimentaires qui en est responsable. Mais au fait, quel est votre poids de forme ?

Connaissez-vous votre IMC ?

Je vous mets le lien ici pour calculer votre indice de masse corporelle. Ça vous donnera une indication, mais attention rien de mieux que d’en discuter avec votre médecin traitant pour savoir s’il y a lieu de vous inquiéter ou pas.

On récapitule ?

Pour reprendre du poids naturellement, on a dit :

  • Pas de mal bouffe et attention à boire modérément au cours des repas
  • 2 collations saines dans la journée
  • Faire du sport
  • Stop au stress et vive la méditation
  • Manger en pleine conscience pour manger avec plaisir et s’ouvrir l’appétit

Vous avez remarqué ? Ce sont les mêmes conseils que l’on donne aux personnes qui veulent perdre du poids.

Alors, faites la paix avec votre corps, écoutez votre niveau de forme et d’énergie.

Lâchez votre balance, votre poids idéal n’est pas celui de votre voisin et votre constitution est ainsi.

Tout le monde n’a pas le même métabolisme, même si ça parait injuste, dans un cas comme dans l’autre…

La malbouffe est un poison que vous deviez prendre du poids ou en perdre… Tant que vous n’avez pas peur de manger…tout va bien !

En tout cas moi, tant que je garde ma gourmandise et que j’ai de l’appétit, je ne fais pas plus de soucis que ça…

D’ailleurs cette obsession du manger sain qui se transforme en peur, on appelle ça l’orthorexie, ça pourrait faire l’objet d’un futur article.

Surtout, n’ayez pas peur de manger sain si vous voulez prendre du poids naturellement.

D’ailleurs, si vous voulez avoir quelques recettes simples et efficaces sans gluten ni produits laitiers, n’hésitez pas à télécharger mon ebook gratuit de 10 recettes.

Dites-moi en commentaire, si vous préférez une vidéo sur l’orthorexie ou une sur manger en pleine conscience, si ces thématiques vous intéressent.

Partagez cet article à tous ceux de votre entourage qui se demandent « comment prendre du poids naturellement », ou pour qui vous craignez qu’ils aient perdu beaucoup de poids depuis qu’ils mangent sans gluten.

A très bientôt pour de prochaines vidéos et n’oubliez pas de soigner votre assiette !

stabiliser son poids de forme
Epinglez moi sur Pinterest!

Crédits photos: comment prendre du poids naturellement Image parPublicDomainPictures de Pixabay, Malbouffe et Manger en pleine conscience Image parRenata Hille de Pixabay

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 162
  •  
    162
    Partages

Mes muffins sans gluten maison pour le goûter

Ça y est vous êtes rentrés ? Et bientôt les enfants aussi ?  Et vous allez y mettre quoi dans la boite à goûter des petits ? Et des grands… ?  Un muffin sans gluten, sans beurre et sans aucun produit laitier, ça serait sympa non ?

C’est pour ça, qu’aujourd’hui, je vous donne ma recette de muffin sans gluten au chocolat !

sans laitsans gluten

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Alors, c’est promis, je continuerai à répondre à vos questions dans les prochaines vidéos…Mais là, je me suis dit que vous étiez peut-être comme moi, pris et prises par la rentrée de vos enfants ou par votre propre rentrée…Et qui dit rentrée dit goûter ! Et pas que pour les enfants !

Une de mes solutions pour un goûter sans gluten et sans produit laitier, c’est de le faire maison…Et c’est là que le muffin sans gluten au chocolat intervient. Car en plus, c’est une recette délicieuse et très rapide, à faire à 4 mains pour optimiser votre temps 😉.

Ma recette de Muffin sans gluten et sans beurre

beurre huile et alimentation cetogèneComme dans mes dernières recettes, j’ai décidé dans l’article de vous mettre 3 modes de cuissons différents. Pourquoi ? Eh bien parce que je mange sans produit laitier, sans gluten et hypotoxique, le plus souvent possible, en raison de mon alimentation Seignalet, pour ceux qui connaissent. Mais, il y a certainement beaucoup d’entre vous, qui ne souhaiteront pas aller aussi loin et qui recherchent simplement une recette de muffin sans gluten au chocolat, sans se prendre la tête avec la cuisson…

Ce n’est pas un problème pour moi, j’ai mis en recette principale ma recette hypotoxique et j’ai rajouté les variantes « non hypotoxiques » en violet ;).

Les ingrédients : (pour 12 mini muffins ou 6 muffins taille normale)

  • 90 g de farine de riz complet
  • 30 g de farine de pois chiche
  • 2 œufs
  • 1  demi ou 1 c. à café de bicarbonate de sodium (ça dépend des bicarbonates 😉 )
  • 30g de sucre intégral (Rapadura)
  • 60g d’huile d’olive
  • 50ml de « lait » végétal (dans cette recette, de loin notre préféré, c’est le lait noisette)
  • 50 à 60g de pépites de chocolat noir bio ou encore mieux, des éclats de fèves de cacao (Ma petite adore, c’est croquant et ça enlève encore un peu de sucre à la recette)

Matériel :

  • Une balance
  • Un fouet (à main)
  • Moules à muffins ou caissettes en papier (Eh oui, on peut faire des muffins sans moule)

Ma recette pas à pas : Muffin sans gluten sans lactose

5 min de préparation + 15 min de cuisson

  • Préchauffer votre mode de cuisson (voir le paragraphe suivant pour en savoir plus).
  • Pendant ce temps, casser les œufs,
  • Ajouter le sucre et bien battre le tout au fouet.
  • Ajouter l’huile d’olive puis mélanger.
  • Puis ajouter la farine de riz, la farine de pois chiche et le bicarbonate de sodium.
  • Bien mélanger.
  • Ajouter le lait végétal en 2 fois tout en continuant à mélanger pour obtenir un mélange bien homogène.
  • Ajouter les pépites de chocolat ou les éclats de fèves de cacao
  • Mélanger soigneusement pour les répartir le plus uniformément possible dans la pâte.
  • Répartir la préparation dans les moules ou les caissettes.
  • Mettre à cuire

Comment ? Combien de temps ? A quelle température ?

Il existe trois façons de faire pour cuire ces muffins. Peut-être plus…En tout cas, j’ai testé ces 3 !

3 cuissons possibles

La cuisson classique au four :

·        Faites préchauffer votre four à 180°C en chaleur tournante

·        Enfourner vos muffins sans beurre et sans gluten, au milieu du four pour 15 min environ (à surveiller selon la taille de vos moules)

La cuisson au four (pseudo hypotoxique) :

Avec cette cuisson, ils sont plus moelleux qu’à 180°C

·        Faites préchauffer votre four à 140°C en chaleur tournante.

·        A mi-hauteur dans votre four, remplir à moitié votre plaque « lèche frittes » d’eau bouillante (à faire à la bouilloire).

·        Déposer y votre moule en silicone (Pas les caissettes papiers !).

IMPORTANT : Attention à la manipulation de la plaque à ne pas vous brûler en renversant l’eau, et tenez les enfants éloignés pendant toutes vos manipulations de début et de fin de cuisson…

·        Enfourner vos muffins pour 20 min environ (à surveiller selon la taille de vos moules)

La cuisson à la vapeur douce (hypotoxique) :

Avec cette cuisson, ils sont hyper moelleux!

·        Faire préchauffer votre cuiseur vapeur. Chez nous, c’est le vitaliseur.

·        Quand l’enceinte est saturée de vapeur, déposer les moules individuels dans le panier.

·        C’est parti pour entre 10 et 15min de cuisson (à surveiller selon la taille de vos moules).

Vous l’avez peut-être déjà compris, je préfère faire des mini muffins au lieu de muffins. Pourquoi ?

Parce que « tout ce qui est petit est mignon » ?

Parce que pour les enfants, c’est mieux de mettre dans le sac, 2 petits, plutôt qu’un gros ? (On évite ainsi le gaspillage ?)

Alors oui, c’est vrai, ils sont mignons et quand c’est petit, en plus, c’est déculpabilisant… C’est vrai aussi, selon leur appétit, les enfants risquent de ne pas manger un gros muffin entier. Et puis, on veut aussi qu’il mange un fruit, non ? Surtout que la farine de pois chiche aide bien pour les rendre rassasiants sans qu’ils soient non plus étouffants !

Mais c’est surtout, que plus ils sont petits, plus ils sont rapides à cuire…Vous me suivez ?

C’est plus rapide, je gagne du temps. Et surtout, même à la vapeur douce ou au four à 110°C, en limitant le temps de cuisson, je limite aussi la formation des molécules de Maillard. Moins on cuit les composants, mieux c’est ! Ce n’est pas parfait mais c’est acceptable. Surtout si on est raisonnable et qu’on mange un fruit voire 2 en accompagnement !

  • Laisser refroidir avant de déguster, mes petits gourmands conscients ! Une dizaine de minutes après cuisson…C’est chaud, même sorti du cuiseur vapeur 😉 !

muffin sans gluten sans lactose

Pas mal ces muffins sans gluten non ?

Des muffins sans gluten, fait maison pour un goûter gourmand et intelligent

En plus, je ne sais pas vous, mais moi, ça m’embête de mettre des biscuits industriels suremballés et des gourdes de compote dans la boite à goûter de mes enfants ou dans la mienne.

Si vous êtes comme moi, vous serez certainement intéressés par cet article sur comment lire les étiquettes pour choisir plus facilement les produits que vous achetez.

Surtout, que quand on mange sans gluten et ou sans produit laitier, c’est encore autre chose… Bien sûr en cherchant vous trouverez des biscuits sans gluten et sans lait, mais la composition n’est pas mieux sur les autres plans, que dans les biscuits industriels classiques (additifs, huile de palme, sucre et je ne vous parle même pas de l’index glycémique ! (Ce dernier point vous intéresse en particulier ? Je vous invite à lire cet article).

Ici on est à seulement 2.5g de sucre par mini muffin contre 7ou 8g habituellement sur les gouters industriels moelleux au chocolat de même format …

N’oubliez pas de mettre aussi des fruits au goûter ! C’est le meilleur moment de la journée pour en manger…C’est là qu’ils seront les plus digestes.

Il ne reste plus qu’à les emporter, et pour les transporter, si vous craignez qu’ils ne s’écrasent dans le sac, je vous conseille une boite à goûter en inox (sans BPA, sans plastique) comme celle-ci.

 

Surtout que le deuxième compartiment vous permettra d’y mettre un fruit entier ou des fruits secs.

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de ws-eu.amazon-adsystem.com.

Charger le contenu

Vous voulez peut-être mes 2.5 astuces maintenant ? C’est pour ça que vous êtes restées jusque-là eh ! Pas pour ma tirade sur le goûter ?

Alors vous les avez bien méritées les voici !

Voici mes 2.5 astuces pour vous simplifier la vie

1ere astuce :

D’ailleurs vous vous dites peut-être :

« Ouais c’est sympa comme recette mais comme d’habitude il me manque un ingrédient, je n’ai pas de pépites de chocolat noir…pfff ! c’est dommage j’avais envie de la faire : cette recette de Virginie a l’air délicieuse » (oui je me la raconte je sais !)

Eh bien justement, je reviens à mon astuce, vous n’avez pas de pépites ? Pas de problème ! Vous avez bien un morceau de tablette de chocolat dans le placard… NON ? sûr ? allez au pire on pioche dans les chocolats de pâques qui restent, ça fera l’affaire !

Attention, je vois déjà certains gourmands qui se disent : « pépites de chocolat + morceaux de chocolat= humm ! »

Là c’est un peu trop gourmand !

2eme astuce

Je double les proportions et je fais 2 plaques de muffins et si vous n’avez pas 2 plaques de moules, vous pouvez aussi utiliser des caissettes en papier. Ensuite, je les garde dans ma boite hermétique en verre aux réfrigérateurs comme ça, ça devrait normalement faire plusieurs goûters…Vous pouvez même les congeler si vous voulez, mais je doute qu’ils résistent jusque-là…

Et ma demi-astuce ?

C’est ma préférée… Car ce n’est pas moi qui les fais. Je supervise juste pendant que je fais un autre repas (comme ça j’ai quand même un œil sur ma cuisine !) . Et bien sûr, je m’occupe de la cuisson. Mais pour le reste, ce sont mes filles qui s’y attellent. Si ça ce n’est pas une astuce pour gagner du temps et occuper en même temps les enfants ?

Le tout est de garder un minimum de contrôle sur votre cuisine ! …

muffin sans beurre
Epinglez moi sur Pinterest !

Je vous propose de tester cette recette de muffins sans gluten et de poster vos photos sur Facebook ou Instagram en identifiant @Soigne ton assiette.

Si vous souhaitez d’autres recettes simples et efficaces sans gluten ni produit laitier, n’hésitez pas à télécharger mon ebook gratuit de 10 recettes.

Mon petit doigt me dit qu’il y aura d’autres recettes qui viendront bientôt rejoindre celles des crêpes sans lait et sans gluten, des mugs cake choco orange et des yaourts au soja

Dites-moi en commentaire, si ça vous intéresse d’autres recettes de biscuits et gâteaux sans gluten et sans produit laitier pour le goûter.

surprise sans gluten
Cliquez sur l’image pour vous abonner à la chaîne Youtube et être tenu au courant!

Songez à vous abonner.

A très bientôt pour de prochaines vidéos !

Crédits photos : Soigne ton assiette tous droits réservés

Femme photo créé par freepik – fr.freepik.com

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 517
  •  
    517
    Partages

Décrypter les étiquettes alimentaires sans y passer 4h

Peut-être que comme moi, vous devez éviter certains ingrédients pour votre santé. Que vous soyez allergiques, intolérants ou sensibles, savoir décrypter les étiquettes alimentaires devient très rapidement indispensable… Oui mais voilà, ça vous parait long et fastidieux et vous n’avez pas 4 h à passer dans les rayons pour faire vos courses. Eh bien figurez-vous que je suis une experte en réglementation sur l’étiquetage des produits alimentaires et que je vais plus vite que Yuka pour savoir si un produit convient ou pas à mon alimentation sans gluten, sans produits laitiers et hypotoxique. Pas simple ?

Comment je fais ? Mon petit secret, c’est que j’ai travaillé de nombreuses années en industrie agroalimentaire et je m’occupais, entre autres, de créer les étiquettes des produits. C’est pour ça qu’elles n’ont plus aucun secret pour moi 😉…

Pourquoi savoir décrypter les étiquettes alimentaires alors qu’il existe Yuka ?

lire les étiquettes avec yukaAlors, c’est vrai, vous pourriez vous contenter de télécharger la célèbre appli Yuka ou une autre selon vos besoins (depuis peu l’abonnement premium permet de signaler si le produit contient du gluten ou des produits laitiers). Sauf, que ça vous demanderait à chaque produit de le scanner…Ces applis sont pratiques mais c’est quand même toujours fastidieux. Et puis, rien n’est plus sûr que l’emballage du produit lui-même surtout quand on parle d’allergie. Eh oui, ces applications mettent un certain temps à être mises à jour, lorsque il y a un changement sur un produit, car elles comptent sur les signalements des utilisateurs.

Or, sur l’emballage des produits que vous achetez c’est obligatoire, les informations doivent être à jour : zéro tolérance ! C’est réglementaire donc si vous savez décoder les étiquettes des produits c’est sans risque…

Vous allez me dire OK…Mais comment fait-on, compte tenu :

  • De la liste d’ingrédients de chaque produit,
  • Sans parler des valeurs nutritionnelles,
  • Du nutriscore,
  • Des logos de « qualité »
  • des photos
  • Et des noms des produits…

Il y a de quoi en perdre son latin (oui, j’ai fait du latin…).  Sans compter que manger « sans », n’est pas non plus la seule chose qui vous intéresse dans un produit…

Je suppose que certains veulent également être vigilants :

  • Au sucre,
  • À l’index glycémique,
  • À la présence d’additifs
  • Ou d’ingrédients controversés pour des raisons éthiques ou environnementales comme l’huile de palme… Et j’en passe !

Alors comment faire ?

Voici mes 6 astuces :

Mes  6 astuces pour lire très rapidement les étiquettes des produits

Ma première astuce :

Je ne regarde jamais ce qui est écrit en gros devant. C’est généralement du marketing et c’est souvent soutenu par une jolie photo qui nous induit en erreur. Donc, vous voulez gagner du temps ? Eh bien, tournez immédiatement le paquet de votre produit à la recherche de la liste d’ingrédients. C’est-à-dire de la composition du produit. Voilà à quoi ça ressemble :lire les ingrédients sur une étiquette

Deuxième astuce :

Avant de vous plonger dans cette liste d’ingrédients, juste au-dessus de celle-ci, vous trouverez ce que l’on appelle la dénomination légale de vente du produit. C’est la description la plus juste du produit que vous vous apprêtez à acheter. Elle est sans artifice marketing et vous donnera une idée précise de la réalité.

Troisième astuce :

Quand vous regardez la liste d’ingrédients, il faut savoir que les ingrédients y sont inscrits par ordre d’importance décroissant dans le produit.

C’est-à-dire que le deuxième ingrédient le plus important dans ces biscuits, c’est le Sucre !

Quatrième astuce

Tous les allergènes « majeurs » sont très facilement repérables dans la liste d’ingrédients et bonne nouvelle, pour les intolérants au lait et les cœliaques, les produits laitiers et les céréales contenant du gluten en font partie !

Voici la liste des allergènes majeurs de la DGCCRF :

Céréales contenant du gluten (blé, seigle, orge, avoine, épeautre, kamut ou leurs souches hybridées) et produits à base de ces céréales.
Crustacés et produits à base de crustacés
Œufs et produits à base d’œufs
Poissons et produits à base de poissons
Arachides et produits à base d’arachide
Soja et produits à base de soja
Lait et produits à base de lait (y compris de lactose)
Fruits à coques (amandes, noisettes, noix, noix de : cajou, pécan, macadamia, du Brésil, du Queensland, pistaches) et produits à base de ces fruits.
Céleri et produits à base de céleri
Moutarde et produits à base de moutarde
Graines de sésame et produits à base de graines de sésame
Anhydride sulfureux et sulfites en concentration de plus de 10mg/kg ou 10 mg/l (exprimés en SO2).
Lupin et produits à base de lupin
Mollusques et produits à base de mollusques

Ces allergènes « majeurs » doivent obligatoirement être mis en évidence dans la liste d’ingrédients soit:

  • en gras,
  • soulignés,
  • en MAJUSCULE
  • Soit par la phrase : « Contient… »

C’est la réglementation étiquetage qui l’impose aux fabricants.

Il sera donc très facile de repérer d’un coup d’œil, si un produit contient des produits laitiers ou des céréales contenant du gluten…

En revanche, pour les allergiques et les cœliaques, il faudra aussi rechercher une petite phrase qui commence par :

  • « Peut contenir… »
  • « Traces éventuelles de … »
  • « Traces possible de… »
  • « Fabriqué dans un atelier où… »

Il faut savoir que cette mention n’est PAS obligatoire mais vivement conseillée pour les fabricants. Donc la majorité des produits de supermarché en comporte une.

Qu’est ce que veulent dire ces phrases concrètement ?

Quel risque prend-on si on consomme les produits en étant sensibles, allergiques, intolérants ?

Ça veut dire que vous pouvez retrouver dans ces produits des traces de ces allergènes sans qu’il n’apparaissent dans la recette du produit au départ. Comment c’est possible ?

Plusieurs cas de figure :

  • Sur la ligne de fabrication ou d’emballage où est passé votre produit, d’autres produits contenant cet allergène ont été, ou peuvent être, fabriqués.
  • Votre produit peut être fabriqué sur une ligne de fabrication différente mais dans le même atelier qu’un autre produit contenant cet allergène, et le fabricant craint une contamination aérienne (poudre, poussière) ou par le personnel.
  • Un des ingrédients utilisés pour fabriquer le produit que vous avez entre les mains est étiqueté avec une de ces phrases et le fabricant de votre produit le reporte sur l’étiquette.

Le problème, c’est que sous la même phrase, le niveau de contamination et le niveau de risque sont très différents d’un produit à l’autre, ou même d’un jour à l’autre. Et comme aucun seuil d’analyse n’est défini, la prudence est de rigueur pour les allergiques et les cœliaques ce qui rend très compliquer la séance de courses au supermarché…

Pour les cœliaques, il existe le logo de l’AFDIAG qui garantit un seuil inférieur à moins de 20 mg/kg de gluten résiduel dans les produits.

AFDIAG sans gluten

  Et si vous êtes allergiques au Kiwi ?

Ne vous offusquez pas si vous êtes allergique au Kiwi et qu’il n’apparait pas dans la liste ci-dessus de la DGCCRF, je vous comprends. Ce n’est pas moi qui dis, qu’ils sont majeurs, c’est la réglementation. D’ailleurs, l’ANSES réclame la mise à jour de cette liste avec les allergènes émergents suivants :

Kiwi, banane, pêche, figue, mangue, pomme, avocat, lait de chèvre ou de brebis, sarrasin, pois, lentilles, pignons de pins, α-galactose (présent dans la viande de mammifère), anisakis (un parasite qu’on retrouve dans certains poissons et mammifères marins)

Mais ATTENTION, ils ne sont pas encore soumis à des règles d’étiquetage spécifiques, donc ils sont pour l’instant plus compliqués à repérer. Espérons que ça viendra assez rapidement pour les personnes allergiques.

Ma cinquième astuce

=>Je regarde toujours la fin de la liste d’ingrédients.

Pourquoi ? Parce que c’est là qu’on y trouve les additifs

Et moins il y en a, mieux on se porte…Ils sont toujours inscrits avec leur nom de catégorie « colorant : » par exemple, suivi d’un nom en toute lettre ou d’un code commençant par E et suivi de 3 chiffres comme « E120 » par exemple.

C’est donc très simple de les repérer ! Quand je travaillais en industrie agroalimentaire si on mettait le code EXXX à la place du nom, il pouvait y avoir 2 raisons :

  • Gagner de la place sur l’étiquette : vous avez remarqué comme les inscriptions sont nombreuses sur les produits ?
  • Éviter de mettre un nom « barbare », peu vendeur, en toutes lettres…

Donc si vous ne connaissez pas les codes et que vous ne voulez pas aller jusqu’à chercher sur

www.additifs-alimentaires.net pour savoir s’ils sont peu controversés, douteux, ou très controversés, mon conseil :

Éviter les, quand il y a un code et éviter les colorants.

La fin de la composition est aussi intéressante, car on y trouve des informations sur la nature des arômes utilisés dans le produit.

=>En fin de liste : les arômes

Là c’est très simple, s’il y a écrit simplement « arômes » sans qu’il n’y ait écrit « naturel » ou « extrait » ou « huile essentielle », c’est qu’ils sont artificiels, dans 90% des cas…

Tout ça c’est bien. Mais si, en plus d’une intolérance ou d’une allergie spécifique, c’est la teneur en sucre qui vous préoccupe ?  Bien que la position des aliments sucrés dans la composition vous donne déjà une bonne idée, les informations nutritionnelles seront plus précises.

Comment lire les informations nutritionnelles sur les produits ?

2 solutions :

  • Soit vous vous fiez au Nutriscore par ce que vous n’avez pas le temps ni l’envie d’aller chercher plus loin,
  • Soit on se penche sur le tableau des valeurs nutritionnelles.

La 1ere, le Nutriscore:

Le Nutriscore établit une note en fonction de la composition des produits (présence de fibres, fruits et légumes…contre taux de sel, de matières grasses saturées et de sucre). On ne le retrouve pas sur tous les produits car c’est une démarche volontaire des fabricants de le mettre ou pas…comment savoir si un produit est bon

En même temps, sur des biscuits ou des bonbons, on ne s’attend pas à avoir un A, n’est-ce pas ?

Cela étant, tout dépend vos besoins, mais d’après moi, la meilleure solution reste de jeter un coup d’œil rapide au tableau des valeurs nutritionnelles, car tout le monde n’a pas les mêmes attentes.

La 2ème, Comment lire le tableau des valeurs nutritionnelles ?

Si votre préoccupation, c’est le sucre:

Après tout, c’est vrai, on nous parle souvent de « sucres cachés » … Voici mon moyen pour les débusquer 😉.

lire les informations nutritionnellesIl vous faudra regarder « glucides dont sucres », « sucres » veut dire « sucres simples » et pas uniquement sucre ajouté. On y trouve aussi tous les sucres simples naturellement présents dans les aliments, comme le fructose dans les fruits et le miel, ou le lactose apporté par les produits laitiers par exemple.

La différence entre glucides et sucres, c’est l’amidon. Mais si votre objectif est de réduire votre consommation de sucre, je vous conseille de lire cet article pour creuser la question de la charge glycémique et des sucres « lents/ rapides ».

Si votre préoccupation, ce sont les matières grasses:

« Éviter de manger trop gras »  dit la pub (manger bouger.fr)…

Donc, voici ce qu’indique le tableau des valeurs nutritionnelles à minima concernant, les lipides :

« Matières grasses » : il s’agit de tous les lipides confondus…Vous avez encore peur du gras ? La faute au discours officiel depuis des années ! Et pourtant « le gras, c’est la vie ». Vous n’en êtes pas convaincus ? Je vous invite à lire cet article ou à regarder la vidéo

« Dont acide gras saturés » : à ne pas diaboliser non plus…Même si je favorise personnellement les acides gras insaturés. Comment savoir combien il y a de ces « bons acides gras insaturés » ?

Ici aussi, c’est la différence entre matières grasses et acides gras saturés.

Ce qu’il faut absolument éviter ce sont les Acides gras Trans.

Si votre préoccupation est ailleurs 😉:

Vous pouvez aussi être intéressé par les protéines ou les fibres ou encore le sel, ou simplement les calories.

Mais, j’ai un aveu à vous faire, je me préoccupe, en fait, peu de ce tableau des valeurs nutritionnelles, puisque en lisant la liste des ingrédients, j’ai déjà toutes les informations dont j’ai personnellement besoin.

C’est peut-être parce que je n’ai jamais cherché à compter mes calories, en fait je n’ai même pas de pèse personne. Mon meilleur indicateur ?  Ma santé.

Et pour ceux qui font attention à leur ligne, leur pantalon !

Surtout, que quand on parle de « valeurs nutritionnelles », ici, on ne parle que de « macros », il est très rarement question de minéraux ou de vitamines.

Or l’intérêt nutritionnel d’un aliment, aujourd’hui, réside aussi et surtout dans ses apports en minéraux et vitamines dont notre alimentation est globalement appauvrie. (Je détaille pourquoi dans cet article sur la carence en magnésium si ça vous intéresse). Je vous conseille donc au maximum d’acheter des produits frais et brut et de les transformer le moins possible avant de les consommer pour éviter justement la destruction de ces vitamines.

Et si Tout ça vous parait encore bien trop compliqué à appliquer…

Voici mes 3 ultimes astuces pour décrypter les étiquettes alimentaires des produits,

  1. Choisissez les produits avec une liste d’ingrédients la plus courte possible: mes conseils pour décrypter la liste d’ingrédients en début d’article seront plus vite appliqués,  et les allergènes plus facilement repérés !
  2. Vous voulez éviter les additifs, la réglementation pour les produits bio est très restrictive en la matière. Très peu sont autorisés (ce qui ont montré patte blanche) et leur utilisation est très encadrée et limitée.
  3. Achetez le moins possible de produits transformés et préparez vous-même au maximum vos repas. (Vous manquez de temps pour cela ? Cet article a déjà aidé plusieurs lecteurs de ce blog 😉). Ainsi, vous réduirez le nombre de produits à étudier et vous saurez exactement ce que vous avez mis dedans, sans compter votre sécurité vis-à-vis des allergènes ! Il deviendra inutile de regarder le tableau des valeurs nutritionnelles.

Car je ne suis pas sûre que vous boiriez avec le même plaisir votre verre de soda, si vous ajoutiez vous-même le nombre de morceaux de sucre qu’il contient…

Pour décrypter les étiquettes alimentaires soi-même, ce qu’il faut retenir :

Votre cerveau sera toujours plus rapide et fiable qu’une appli aussi bien soit elle pour décrypter les étiquettes des produits alimentaires.  Je vous sens un peu dubitatif (ve), on récapitule ?

Méthode express 😉 pour lire une étiquette alimentaire

  • Retourner le paquet du produit !
  • Quel est le nom juste au-dessus de la liste d’ingrédients ? ça correspond bien à ce que vous voulez ? OK ? on continue…
  • (Pour les allergiques et les intolérants au gluten ou au lactose par exemple, où ceux qui mangent Seignalet comme moi) Quels sont les ingrédients mis en relief ? C’est OK ? =>si je suis allergique ou cœliaque : vite la phrase sur les « traces possibles »
  • Quels sont les 3 premiers ingrédients de la liste ?
  • Quels sont les 3 derniers ingrédients ? Y a-t-il des E… ?
  • Facultatif : que dit le tableau des valeurs nutritionnelles ? Sucre ? matières grasses ? fibres ?

Et voilà c’est déjà fini !

Sans que ça devienne non plus une obsession, on ne va devenir orthorexique non plus, il est finalement rapide de juger un produit selon vos propres critères ou vos propres besoins, là où une application ne pourra jamais totalement s’adapter à vos attentes ni vous garantir une totale sécurité si vous êtes cœliaque ou allergique.

Et puis, ce n’est pas parce que vous êtes intolérant au lactose que vous souhaitez supprimer l’huile de palme… Et ce n’est pas parce que je mange hypotoxique (sans gluten, sans produits laitiers, que je favorise une alimentation « vivante » …) que je ne m’autorise pas un plaisir sucré. Vous connaissez ma gourmandise…

A chacun de faire sa propre combinaison d’exigences, en fonction de ses attentes et de ses besoins.

Et vous, c’est quoi que vous traquez sur les étiquettes alimentaires pour vouloir les décrypter ?

Partagez-le avec moi dans les commentaires !

et Epinglez moi sur Pinterest!

Décrypter les étiquettes alimentaires

Crédits photos:

décrypter les étiquettes alimentaires Image parPublicDomainPictures de Pixabay / décoder les étiquettes alimentaires avec YUKA Image parNeiFo de Pixabay / décoder les étiquettes alimentaires, de soigne ton assiette tous droits réservés / étiquette alimentaire sans gluten de soigne ton assiette tous droits réservés/ lire un nutriscore sur un produit alimentaire de www.mangerbouger.fr / décoder tableau des valeurs nutritionnelles soigne ton assiette tous droits réservés

Sources:

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Allergene-alimentaire

https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex%3A32011R1169

www.mangerbouger.fr /

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
    2
    Partages

Lentilles corail: 2 modes de cuisson pour les cuisiner

Vous connaissez certainement ces jolies lentilles corail à la couleur saumon. Vous avez peut-être déjà essayé de les cuisiner et comme moi vous avez constaté que la première difficulté avec les lentilles corail, c’est la cuisson… Sauf, si vous avez décidé d’en faire une soupe ou une purée 😊.

Je dois dire que c’est vite fait, d’obtenir de la bouillie de lentilles corail.

On appelle ça des lentilles mais leur goût est bien différent des lentilles vertes ou noires que l’on a l’habitude d’utiliser traditionnellement en petit salé. Or, ces lentilles-là, cuisent longtemps sans qu’on risque d’en faire de la bouillie. C’est d’ailleurs généralement le contraire. On a plutôt tendance à s’impatienter devant les fourneaux le temps que ça cuise suffisamment quand on utilise des lentilles vertes. D’ailleurs faites-vous souvent des lentilles pour le repas ?

Et pourtant, quand on supprime le gluten de son alimentation comme moi, une fois, qu’on a enlevé les pâtes (oui toutes sortes de pâtes) et la semoule de blé, on a besoin d’alternatives. Or les premiers temps, ce n’est pas toujours évident d’augmenter la proportion de légumes dans son alimentation…On peut avoir l’impression, que « ça ne nous tient pas au corps », non ? Et c’est là que les légumineuses interviennent !

Pourquoi manger des lentilles corail ?

Les bienfaits des lentilles corail

Premier point:

Elles sont rassasiantes.  A quoi c’est du ? A leur teneur en protéines végétales et en fibres(8g/100g). Et du coup, elles ont une charge glycémique basse : seulement 15g de glucides pour 100g de lentilles corail cuites.

Deuxième point:

Les lentilles corail constituent des apports intéressants :

  • En minéraux :

Magnésium 25 mg/100g de lentilles cuites

Phosphore 110mg/100g de lentilles cuites

  • Mais également en vitamines du groupe B (B3 et Vitamine B9 (folates) 23 microgrammes/ 100g de lentilles corailles cuites
  • En catéchines, et en procyanidines de la famille des flavonoïdes qui sont des antioxydants.

Et derniers points:

Elles apportent des protéines végétales (24g de protéines / 100g de lentilles sèches et 11g/100g de lentilles cuites).

Et alors ?

Des protéines, on en trouve dans la viande…Oui mais, c’est l’aspect qualitatif des protéines et pas le quantitatif qui nous intéresse… Les compositions en acide aminés des protéines végétales et animales sont différentes. Bien sûr, on retrouve les mêmes acides aminés mais dans des proportions différentes. Et quand on sait que certains acides aminés conditionnent l’absorption d’autres acides aminés, on comprend l’intérêt de varier ses apports et de ne pas se contenter de manger un steak 😉.

D’ailleurs, saviez-vous qu’aujourd’hui, on mange 7 fois moins de protéines végétales qu’en 1970 ?

Petit bémol néanmoins sur les protéines :

Généralement, on mange déjà beaucoup trop de protéines animales dans notre alimentation (produits laitiers, viandes, charcuterie…). Or, qu’elles soient végétales ou animales, il ne faut pas oublier que les protéines sont acidifiantes pour l’organisme, donc il faut toujours veiller à son équilibre acido-basique, en mangeant un maximum de fruits et légumes : ce point est développé dans cet article.  Donc, penser à réduire ses apports en protéines animales et ne pas exagérer sur les quantités de légumineuses que l’on mange, semble être une bonne chose.

Comme toujours, c’est la dose qui fait l’équilibre 😊.

Les Inconvénients des légumineuses :

légumineuses

Et puis, on l’a vu, les légumineuses ont quelques désavantages :

-leur digestibilité, pour certains, est réellement un frein (ce n’est pas mon cas, mon Caterpillar supporte très bien les légumineuses. Mais je sais que pour certains, ça peut virer vite au cauchemar ou à l’orchestre symphonique 😉). Et je n’ai pas parlé de lectines ni de l’acide phytique qui peuvent vraiment être problématiques pour certaines personnes dans certaines pathologies selon comment vous les préparez…

-le temps de préparation : (cuisson et trempage, sauf si vous les achetez déjà cuisinées en conserve) Mais bon, personnellement, je préfère ne pas en manger, je trouve que les conserves ne sont vraiment pas terribles, sans compter, que ça ne colle pas du tout avec mon régime hypotoxique.

Et les lentilles corail dans tout ça ? Ce sont des légumineuses, oui mais…

Déjà par rapport aux autres lentilles, les lentilles corail sont les plus digestes et les plus rapides à cuire.

Lentilles corail et cuisson : Comment les préparer ?

Ce sont des légumineuses mais elles sont un peu particulières comme leur couleur…

Les lentilles corail étant dé-pelliculées, il est normalement inutile de les faire tremper pour éliminer l’acide phytique avant de les faire cuire. Et leur temps de cuisson est vraiment beaucoup plus court que les autres lentilles.

Mais bon, le trempage servant également au réveil du potentiel enzymatiques des graines et à potentialiser la teneur en vitamines…

Voici comment je procède:

  • Je les fais tremper comme les autres toute une nuit, (vous pouvez les faire tremper moins longtemps, vous l’avez compris).lentilles corail trempage
  • Je les rince
  • Je les égoutte bien
  • Puis, je les laisse 24h à température ambiante pour être sûre que la germination a bien eu le temps de démarrer (cette étape est facultative et demande de l’anticipation, de bien égoutter et rincer matin et soir. Or, nous n’avons pas toujours le temps, n’est-ce pas ?)
  • Vous pouvez les conserver 1 jour ou 2 au réfrigérateur, en pensant à les rincer si vous ne pouvez les faire cuire tout de suite.
  • Puis, je les cuis à la vapeur douce. (Je les mets dans mon cuiseur vapeur quand il y a de la vapeur).

Là, vous allez me demander : « combien de temps ? », et je sais que ce point là sera sujet à polémique (donc merci d’aller jusqu’au bout de l’article avant de vous indigner) 

 Personnellement, je les aime et je les digère très bien fermes avec leur jolie couleur saumon (ça n’engage que moi), donc je les fais cuire 7 min environ (en fait, je surveille la couleur : elle fonce dans un premier temps et je m’arrête avant qu’elles virent au jaune).lentilles corail vapeur

  • Puis je les refroidis sous l’eau froide pour arrêter la cuisson.

J’adore ensuite les déguster froides, arrosées d’un filet d’huile de noix.  L’association gustative est juste parfaite pour moi !

Pensez-y!

Ensuite pour optimiser l’assimilation des acides aminés et donc profiter au maximum de leur teneur intéressante en protéines (ce conseil est surtout à destination des végans), il est conseillé de les associer dans le repas avec des céréales: du riz par exemple (ou à défaut d’en manger dans la journée) …

En général, je n’en mange pas une assiette complète, et pour ça, voici une des façons dont mes filles les préfèrent :

Je les associe avec des carottes râpées et de l’orange (la recette est disponible dans l’ebook gratuit ici).  Comme ça, pas de risque, elles seront bien mastiquées et ont plus de chance d’être bien digérées.

L’ajout de certains aromates tels que la sarriette, le laurier, le clou de girofle, le curry ou la noix de muscade permettent également de faciliter leur digestion pour ceux qui sont plus sensibles.

Vous voulez d’autres idées de recettes ? De façon générale, les lentilles corail s’accommodent très bien avec des épices chaudes voici 2 recettes délicieuses très faciles à faire.

Une recette froide (ou chaude) lentilles corail en salade avec une Sauce citron-coco-curry

lentilles corail sauce curry coco

Je cuis mes lentilles corail comme expliqué juste avant et en parallèle, je prépare une sauce citron coco curry.

Ingrédients :

  • Lait de coco 150ml (non sucré)
  • 1 c. à soupe de Tapioca
  • Le jus d’1/4 de citron
  • 2 c. à soupe de curry
  • Sel, poivre

Préparation : (5min)

J’épaissis le lait de coco grâce au tapioca.sauce citron coco curry pour lentilles corail

  • Verser le tapioca dans le lait de coco
  • Bien mélanger
  • Faire chauffer sur feu doux tout en remuant
  • Ajouter en fin de cuisson le jus d’un quart de citron et 2 c. à soupe de curry.
  • Saler et poivrer à votre goût

Il ne vous reste plus qu’à servir vos lentilles accompagnées de votre sauce.lentilles corail cuite vapeur sauce curry

Et si vous ne supportez pas les légumineuses et les lentilles corail ?

Je vous conseille de lire cet excellent article de Marion Kaplan sur les lectines.

Vous y êtes peut-être très sensible et avez besoin d’y prêter vraiment attention pour les détruire des légumineuses. Si vous avez une maladie intestinale ou des problèmes digestifs, je vous invite fortement à suivre les conseils suivants.

Les légumineuses doivent :

  • Tremper (idéalement une nuit),
  • Puis être précuites au cuiseur vapeur 20min.
  • Et enfin être cuite dans l’eau jusqu’à devenir molles (c’est à dire être très facilement écrasables à la fourchette).

Ce n’est qu’après ce traitement que les lectines sont détruites. Bon bien sûr, ne cherchez pas les vitamines, ni les enzymes. Vous profiterez des fibres et des protéines sans les désagréments intestinaux et c’est déjà pas mal 😉. Après tout, que contenaient les pâtes comme vitamines et enzymes ?

Alors, dans ce type de cuisson-là, on fait cuire les lentilles dans 2 à 3 fois leur volume d’eau. (Je vous conseille de commencer par 2 fois le volume d’eau et de rallonger en cours de cuisson si nécessaire, car c’est facile de rajouter de l’eau, mais c’est plus compliqué d’en enlever si on en a trop mis). Voici une recette qui s’adapte très bien à cette cuisson longue des lentilles corail.

Une recette chaude Lentille corail Au safran

lentilles corail safranCette recette est tout à fait compatible avec une cuisson vapeur de 20 min + une cuisson à l’étouffée prolongée. Juste pour la cuisson à l’étouffée, vous vous contenterez de couvrir les lentilles d’eau, car on rajoute ensuite du liquide.

NB : je ne sale pas l’eau de cuisson (le sel gêne la cuisson) et je ne rajoute pas de bicarbonate de sodium qui détruit la vitamine B1.

(Les quantités ci-dessous sont données pour 250g de lentilles sèches au départ).

Préparation + cuissons (vapeur et à l’étouffée) : 1h10 environ.

Ingrédients :

  • Lait végétal 350ml (soja, coco ou riz) (j’utilise du soja)
  • Safran (quelques pistils selon votre goût)
  • Huile d’olive
  • 2 oignons
  • 4 gousses d’ails
  • Cumin en graine ou à défaut en poudre (1 c. à café ou 1 c à soupe pour ceux qui aiment le cumin comme moi 😉)
  • Curcuma (1 c à café)
  • Piment ou paprika (½ c. à café ou une pointe de couteau selon si vous aimez quand c’est relevé ou pas).

Préparation :

Pendant que mes lentilles cuisent sur feu doux,

  • Je pèle et je hache l’ail et l’oignon
  • Je les mets dans une casserole avec un filet d’huile d’olive sur feu doux tout en remuant régulièrement.
  • Quand les oignons sont translucides, j’ajoute mon lait végétal. Je chauffe sur feu doux quelques minutes, puis je coupe le feu (je n’attends pas d’arriver à ébullition).
  • J’ajoute les épices puis, je couvre et je laisse infuser.
  • Quand, mes lentilles ont pompé toute l’eau de cuisson de départ, j’ajoute mon lait végétal infusé.
  • Je mélange bien.
  • Je laisse sur feu doux 3 min, ou plus, si je souhaite une texture qui s’écrase sous la fourchette.

Petite variante :

Vous souhaitez éviter le lait de soja ?

Remplacez le lait de soja par du lait de coco et ajoutez 1 c à soupe de curry. Résultat onctueux  et gourmand garanti 😉.

Lentilles corail et cuisson : ce qu’il faut retenir…

Vous l’avez compris, il ne s’agit pas uniquement de dire comment et combien de temps cuire les lentilles corail…

Pour ou contre les légumineuses et donc les lentilles corail ?

Ma réponse : chacun est unique et doit tester pour se faire sa propre idée…

En tout cas, parmi, les légumineuses, la lentille corail semble être une des plus digestes.

Donc si la suppression des produits à bases de gluten, pâtes, couscous et compagnie, vous pose problèmes, les lentilles corail sont une des alternatives les plus intéressantes à condition de rester raisonnable sur les quantités. Ne pas perdre de vue, qu’une forte proportion de fruits et légumes dans l’alimentation reste l’idéal. Comme toujours en nutrition, il n’y a pas qu’une seule vérité unique, mais plusieurs vérités.

Quelle cuisson ?

Vous l’avez compris, il y a au moins 2 modes de cuissons possibles pour les lentilles corail :

* un mode de cuisson qui privilégie le respect de la couleur, et une texture ferme (c’est mon préféré) : une cuisson courte et rapide

* et un mode de cuisson qui est plus destiné aux personnes qui ont des problèmes intestinaux, car en cuisant longuement les lentilles, on détruit les lectines génératrices de ces désagréments.

Vous l’avez compris, l’idée est plutôt d’adapter la consommation et la cuisson à chacun en fonction de son micro-biote.

Et vous comment préparez-vous vos lentilles corail ? Avez-vous fait pareil que moi, la première fois, un « lentille saucisse » qui s’est transformé en purée orange saucisse 😉 ?

J’allais oublier. C’est la question de Laura sur YouTube qui m’a inspiré cet article, merci Laura ! J’espère que ces deux recettes répondront à ta question 😊.

Cet article et les 2 recettes vous ont plu ? Epinglez-le sur Pinterest !

lentilles corail cuisson pinterest

Sources :

https://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/legumineuses-pourquoi-et-comment-en-manger-2421

http://www.sante-et-nutrition.com/mangez-des-lentilles/

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments

https://ciqual.anses.fr

Protéines légumineuses et céréales (azote et purines) Thierry casanovas : https://youtu.be/8zqQjHU0p0I

https://www.vitaliseurdemarion.fr/officiel/advices/les-consequences-lectines-notre-digestion/

https://www.vitaliseurdemarion.fr/officiel/advices/se-trouvent-les-lectines/

crédit photos :

lentilles corail par cocoparisienne de Pixabay
lentilles corails cuites au safran Image parUlrike Leone de Pixabay
légumineuses Nourriture photo créé par lifeforstock – fr.freepik.com
safran pixabay

autres photos soigne ton assiette tous droits réservés

 
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 45
  •  
    45
    Partages