choisir sa poele pour sa santé

Comment choisir sa poêle, ses tupperwares… Interview d’un expert

Est-ce que vous soigner votre assiette ? Oui ! super ! Vous faites quoi ? Vous mangez bio ? Vous cuisinez vous-même des produits frais et locaux ? Vous êtes peut-être même en train d’aller plus loin…Vous allez supprimer le gluten et les produits laitiers ou même vous cuisinez hypotoxique et faites cuire vos aliments à basse température… Super ! Et si je vous disais que tout ça ne sert à rien, si …Vous ne vous préoccupez pas des poêles et des contenants dans lesquels vous cuisinez ou dans lesquels vous conservez les aliments ? …Vous ne savez pas comment choisir votre poêle ou vos tupperwares ? Est-ce qu’un plastique micro-ondable est suffisant ? Est-ce que des biberons sans bisphénol A, c’est suffisant ?

Et bien, aujourd’hui, je vous emmène à la rencontre d’un expert en alimentarité.

En quoi ? Un expert en ALIMENTARITE, c’est-à-dire un expert en matériaux d’emballages et en ustensiles de cuisine en général.

Pourquoi ?

Pour arrêter de gâcher, tous les efforts que vous faites au quotidien, pour manger sainement à cause des matériaux que vous utilisez pour cuisiner. Je n’ai pas peur de le dire, mal utilisés, vous vous empoisonnez à petit feu…

On va voir dans cette interview qu’elles sont les principales erreurs que l’on fait au quotidien et quel matériau choisir, en fonction de l’usage que l’on en fait ?

C’est parti !

Interview d’un expert pour vous aider à choisir vos ustensiles de cuisine

Qui est cet expert ?

Virginie : Bienvenue Fabien dans cette interview soigne ton assiette.  Je vous remercie de nous accueillir dans ce laboratoire pour répondre à mes questions sur l’alimentarité.

Je vous laisse peut-être vous présenter.

Fabien Riera : Merci Virginie pour l’invitation donc je suis Fabien Riera et je suis chargé d’affaires chez Pure laboratoire.  On est une société spécialisée dans l’évaluation de la conformité des emballages et des matériaux au contact des denrées alimentaires. J’ai travaillé pour plusieurs laboratoires par le passé et c’est dans ce cadre là, que j’avais croisé Virginie qui était responsable qualité.

Virginie : Une autre vie…Pour nos auditeurs et pour ceux qui ne connaissent pas du tout, est ce que vous pouvez nous rappeler dans les grandes lignes : qu’est ce que c’est que l’alimentarité d’un emballage ou d’un contenant ?

Qu’est ce que c’est que l’alimentarité ?

Fabien Riera : Alors, en fait, on parle plutôt d’aptitude au contact alimentaire c’est-à-dire de la capacité d’un matériau à pouvoir rentrer en contact avec des aliments sans présenter de danger pour la santé du consommateur qui veut les utiliser. À défaut, beaucoup de gens utilisent le terme alimentaire. Or c’est un langage un peu abusif. En tout cas, ça peut prêter à confusion puisque ça voudrait dire que l’alimentarité est une caractéristique innée du matériau. Ce qui est faux puisqu’on est vraiment sur une « aptitude » qui va dépendre de plusieurs composantes :

  • La température de contact entre matériau et aliment
  • La durée de contact : plus elle est longue, plus le matériau va céder des substances aux denrées alimentaires
  • La nature des aliments au contact, qui vont, en fonction de leur acidité ou de leur taux de matière grasse, pouvoir favoriser la migration de molécules depuis le matériau dans l’aliment.

Virginie : Je suppose que c’est à cause de ces molécules qui migrent dans les aliments que l’aptitude au contact alimentaire est importante pour la santé.

Pourquoi l’aptitude au contact des aliments est elle importante pour la santé ?

Fabien Riera : Tout à fait, les autorités se sont rendues compte qu’avec les développements scientifiques, aujourd’hui, il y avait toujours plus de matériaux sur le marché. Or, ces matériaux sont composés de différentes substances qui vont parfois présenter des dangers pour la consommation, notamment, en raison de la quantité qui va être absorbée par le corps humain.  Car comme on dit, c’est la dose qui fait le poison.  D’ailleurs, il y a déjà des règles notamment pour les pesticides et les métaux lourds au niveau des denrées alimentaires. Et on s’est rendu compte que le fait d’emballer nos aliments avec des emballages qui sont aujourd’hui rentrés dans nos modes consommations : soit parce qu’on fait de la consommation nomade, soit parce qu’on va congeler ou on va réchauffer au micro-ondes n’était pas anodin. Toutes ces pratiques n’existaient pas chez nos alleux. On ajoute ainsi de nouveaux polluants à nos aliments.

Au final, on va utiliser tous ces matériaux dans différentes configurations où ils vont pouvoir éventuellement céder des substances plus ou moins dangereuses, aux aliments que nous allons ingérer.  Donc les autorités ont légiféré pour bien encadrer la conformité des emballages pour qu’ils puissent être utilisés par les consommateurs sans risque pour la santé.

La Réutilisation des emballages : 3 habitudes à bannir

Virginie : Et en tant que consommateur, quels sont les principaux piègent à éviter, quels sont les principaux risques ? Je suppose qu’on commet des erreurs dans nos utilisations quotidiennes.

Fabien Riera : Il y a bien des labels qui sont utilisés au niveau des aliments, comme par exemple le label bio ou d’autres chartes qui vont permettre aux consommateurs de s’y retrouver facilement au niveau de la qualité des produits consommés. Mais, au niveau de l’emballage, il n’existe pas de charte similaire donc c’est un peu difficile de se repérer.

L’important, c’est d’acheter des matériaux de bonne qualité: généralement, le prix est un indicateur de la qualité du matériau qu’on achète.

1-Le jus de fruit dans la bouteille de lait :

Et c’est vrai que souvent les fausses bonnes idées, c’est de réutiliser un matériau comme par exemple, une bouteille de lait qu’on va réutiliser pour faire un jus de fruit maison par exemple. Or, comme vu tout à l’heure, la compatibilité entre le matériel et aliment va dépendre du type d’aliment qui est en contact. Parfois, en ayant ce genre de pratiques, on va favoriser la migration. Donc, attention aux fausses bonnes idées ! Être toujours prudent dans l’utilisation des matériaux, essayer de les dans les conditions pour lesquelles, ils ont été étudiés et éviter des expériences un peu hasardeuses quand on fait des produits maison : c’est dommage de cuisiner des légumes bio, mitonnés avec amour et de les conditionner dans un emballage qui n’est pas adapté, et qui va céder des substances toxiques à l’aliment.

2-Le vinaigre dans la bouteille d’eau minérale :

Virginie : Donc par exemple, mettre du vinaigre dans une bouteille d’eau minérale en plastique, ce n’est pas une bonne idée.bouteille plastique danger

3-La soupe dans une bouteille d’eau minérale + micro-onde

Fabien Riera : Ma mère, aussi, pour citer les cas qu’on a pu pratiquer, quand j’étais étudiant, me mettait de la soupe dans des bouteilles d’eau minérale justement. Je dois dire que c’était très pratique pour la transporter et aussi la chauffer.  Mais, on peut dire que c’était une fausse bonne idée d’un point de vu sanitaire en tout cas…

Virginie : (Je m’excuse auprès de la maman de Fabien. Loin de nous, l’idée de critiquer les soupes maison et surtout cette gentille attention 😉. D’ailleurs, j’en profite pour faire un clin d’œil à mon papa pour le vinaigre dans les bouteilles d’eau minérale, et aussi à tout ceux qui se sont déjà servis d’une boite de fromage blanc comme tupperware 😊).

A l’époque, on ne savait pas, et d’ailleurs aujourd’hui encore beaucoup de personnes l’ignorent ! Mais maintenant vous ne pourrez plus dire « je ne savais pas… »

Fabien Riera : Exactement !

Comment choisir son tupperware ?

Virginie : Quel serait le meilleur conseil que vous donneriez pour choisir par exemple des boîtes hermétiques pour conserver les aliments

Fabien Riera : Il n’y a pas de règles d’or malheureusement

Alors, Il y a quand même deux matériaux qui sortent du lot : ce sont le verre et l’inox. Mais un plastique très bien formulé et qui a été justement étudié pour un usage prévu, va pouvoir également respecter des critères d’inertie très intéressants.  Et puis, il n’existe pas de matériau totalement inerte même si le verre a de très bons critères d’inertie.

Et puis, attention, pour les gens qui vont faire des compotes ou des confitures à bien utiliser des pots de bonne qualité. Beaucoup ont tendance à réutiliser les pots x fois, or, les joints d’étanchéité des couvercles peuvent être dégradés.

Voici mes meilleurs conseils pour choisir n’importe quel ustensile :

* utiliser les contenants dans de bonnes conditions

Comme vu auparavant.

* éviter de réchauffer au micro-onde dans des récipients en plastique, en papier carton (plats cuisinés) et même si c’est prévu pour. Car au-delà de l’aspect pratique, ça favorise les migrations.plastique micro-onde

En tout cas, si vous ne le faites pas pour vous, adulte, essayez de le faire pour vos enfants et notamment pour les nourrissons.  Pensez à réchauffer par exemple le lait dans un verre et transvaser le ensuite dans le biberon, ça évitera de dégrader le matériau en le passant x fois au micro-onde.

*garder des matériaux en bon état

En effet, plus le matériau est abîmé, plus, il va céder des substances qui vont migrer dans les aliments.

*pour cuire

On a tous des poêles avec des revêtements antiadhésifs plus ou moins abîmées, rayées et même si on utilise une spatule en bois… Il faut donc éviter de les utiliser trop longtemps. Utiliser au maximum le verre et cuire dans de l’inox. Sauf pour les aliments acides, où il est préférable d’éviter les contenant les métalliques.

*et biberon plastique sans phtalates et sans bisphénol A ou bibi en verre

biberon sans bisphnol

Virginie :  Donc, je peux garder mes bibis en verre… (bon c’est vrai mes filles sont un peu grandes maintenant 😊, ça fait quelques années qu’ils ne sortent plus du placard)

Fabien Riera : C’est une très bonne idée à condition d’enlever les parties plastiques et la tétine quand on chauffe aux micro-ondes. Et sinon, pour ceux qui ont des bibis en plastique (même sans phtalates ni BPA), il y a la technique du verre au micro-onde.

Virginie : C’est vrai que j’avais eu du mal à trouver des biberons en verre.

Voici le lien vers ceux que j’ai utilisés:

Fabien Riera : Ça revient à la mode et c’est une bonne chose pour nos petites têtes blondes !

Comment choisir sa poêle pour notre santé ?

Virginie : Pour la cuisson, je peux garder une poêle inox ?

Fabien Riera : Oui, tout à fait. Après c’est une question d’habitude en cuisine, c’est vrai qu’un revêtement à base de téflon comme les marques Tefal pour ne pas les citer, bien qu’elles soient très intéressantes car antiadhésives mais ont des revêtements issus de la chimie qui peuvent céder des substances comme les dérivés fluorés qui ne sont pas souhaitables pour la santé.poêle tefal danger

Virginie : C’est aussi, nous en les utilisant, en les lavant, qui les endommageons et qui augmentons ces migrations.

Fabien Riera : Tout à fait. Il y a aussi d’autres alternatives avec les poêles en fonte de nos grands-mères que l’on entretient avec du sel ou de l’huile.

Et aussi, éviter de surcuire. Alors bien sur, pour les nutriments, mais aussi, pour limiter le phénomène de migration, car plus on chauffe les matériaux, plus, ils libèrent des substances.

Une démarche globale vis-à-vis des polluants

Fabien Riera : Et puis pour compléter, pensez également aux produits cosmétiques : ces habitudes peuvent être aussi à appliquer aux cosmétiques qu’on va également mettre toute la journée sur la peau ou les muqueuses comme les déodorants ou les dentifrices alors là aussi, on peut faire des produits maison car ces produits aussi contiennent pour la grande majorité des substances préoccupantes…

Virginie : C’est une très bonne piste pour compléter…Alors je vous donne l’adresse du blog de Caroline pour vous aider à faire vos cosmétiques naturels https://mesrecettesnaturelles.com

Fabien Riera : C’est un équilibre comme on dit !

Virginie : En tout cas, merci Fabien et j’en profite pour remercier aussi Pure Laboratoire qui nous a accueilli et rendu cette interview possible.

Revoir ces habitudes alimentaires, c’est aussi revoir tout ça pour maximiser les efforts que l’on fait déjà en soignant notre assiette !

Mes choix pour cuisiner :

En complément, pour vous aider à appliquer tous ces conseils dans le choix de votre poêle ou de vos boites hermétiques, je vous mets :

Les liens* vers une batterie de cuisine toute inox comme la mienne.

Ça peut paraître être un budget mais dès que vous aurait remplacer vos poêles antiadhésives une fois (si vous êtes raisonnable, c’est une fois par an…), ce sera rentabilisé, car l’inox c’est à vie 😉. Vous vous dites peut-être « aïe mais ça va accrocher ! »

Et bien, il faut mettre un peu d’huile au fond de la poêle bien sur… Mais cette croyance qu’il ne faut pas mettre de gras à la dent dure ! Eh ! oh !!!! Le gras c’est la vie ! Et puis non, ça n’accroche pas car on ne fait jamais chauffer trop fort, vous vous souvenez ? Et puis même si ça accroche un peu, je ne connais pas de matériau plus simple à nettoyer et à faire revenir que l’inox ! Car oui, en bonne étourdie, j’ai déjà fait cramer le fond de la cocotte et de la poêle…Et je les ai faites revenir sans aucun soucis 😊.

Et puis sinon, vous pouvez vous mettre aussi au 100% cru et à la cuisson vapeur…Plus besoin de poêle 😉.

Et pour les boites hermétiques ?

Et bien ça fait plusieurs années que j’utilise des boites en verre comme celle-ci…

Et j’adore ! J’ai plusieurs tailles pour les différents appétits ! C’est facile à nettoyer et ça ne donne pas de goût aux plats…Oui, oui ! Je trouvais que mes repas avaient le goût du produit vaisselle ou des pastilles lave vaisselle au citron…Beurk ! Sans parler des sauces tomates qui coloraient durablement le plastic ! Finalement, en plastic, elles coûtaient moins chers mais je les changeais souvent, sans compter les traces de couteaux…Alors que mes boites en verre, mise à part celles que j’ai remplacées à cause de la maladresse, je les ai depuis plusieurs années et elles passent du congélateur,au four sans soucis (juste ne pas oublier d’enlever le couvercle) !

Et puis, si vous n’avez pas encore posez votre question (vous savez ce truc qui vous embête concernant l’alimentation ou la préparation des repas, et bien posez là en commentaire …et oui ces vidéos, c’est pour vous que je les fais !)

Partagez cet article autour de vous, tout le monde a intérêt à faire attention à ces polluants même si on ne mange pas sans gluten et sans lait 😉…choisir sa pôele

*Les liens partagés sont des liens affiliés. *

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrais pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats !

Biberon sans BPA  OpenClipart-Vectors de Pixabay
Micro ondesparClker-Free-Vector-Images de Pixabay
Confiture faites maisons parRitaE de Pixabay
Bouteilles plastique et alimentarité parWillfried Wende de Pixabay
Poele flamme parCari Dobbins de Pixabay
Poele par takedahrs de Pixabay
Poele par Walter Bichler de Pixabay
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  
    2
    Partages
  •  
    46
    Partages
  • 44
  •  
  •  
  • 2

8 commentaires sur “Comment choisir sa poêle, ses tupperwares… Interview d’un expert”

  1. Top cet article. On ne se doute pas de l’impact des contenants sur l’alimentation. J’ai aussi lu que certains produits vendus en grande surface sont dans des emballages recyclés. Le problème c’est qu’il y a des encres toxiques qui se transfèrent à l’aliment.

    Je vais devoir revoir mes habitudes

    1. Bonjour Mathieu, effectivement les emballages recyclés contiennent des encres minérales et donc les aliments qu’ils contiennent peuvent être contaminés au MOSH et MOAH et ce même si il y a un emballage plastique…La barrière n’est pas suffisante! Le plus prudent est de choisir des emballages en fibre vierge (sans produit recyclé: la fibre du carton est blanche) et pour l’environnement car on veut aussi prendre soin de notre planète, on recherche le sigle des forêt gérée durablement FSC…)

  2. Effectivement, il n’y a pas que dans la nourriture qu’on nous a gentiment glissé tout un tas de produits sympas…

    Chez nous, on a décidé carrément de bannir le micro-ondes. On réchauffe au four ou à la casserole.
    Quand aux tupper, du verre principalement, même s’ils nous en restent quelques vieux en plastique qui dépannent parfois pour le stockage au frigo.

    Prochain chantier, faire le tri des poêles et casseroles !

    Les chefs cuisinent souvent avec des batteries de cuisine en cuivre aussi ; c’est sain il me semble.

  3. Excellent article!
    Je sais qu’il faut faire attention aux matériaux qu’on utilise pour cuisiner, mais je ne pensais pas que certains aliments ne peuvent pas aller être stocker dans tout les récipients .

    1. Merci pour ton commentaire Simon…et oui, beaucoup de personne l’ignore! la sauce tomate et le plastic ne font pas bon ménage… et on a pas trop parlé d’aluminium qui est lui aussi à fuir autant que possible!

  4. Bonjour Virginie,

    Merci pour cet article.
    En effet, il est très important de veiller à la bonne qualité des contenants.
    Je parle également d’alimentation et santé sur mon blog…..
    Mais j’ai omis ce sujet jusqu’à présent !

    Je vais compléter à l’occasion !

    Bonne continuation,
    Damien

  5. Bonjour Virginie,
    Merci pour ton article, plein de conseilles passionnants. J’ai quelques truc à changer dans ma cuisine lol.
    Surtout qu’avec mon blog je me film et je ne fais pas toujours attention à ca. J’espère que sur ma chaîne personne ne m’en voudra 🙂

  6. J’ai appris plein de choses, je vais pouvoir changer des mauvaises habitudes!

    Merci pour ce partage de connaissances. On a beau faire attention aux produits que l’on achète, si on les conserve dans de mauvaises conditions c’est bien dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.