fibromyalgie et alimentation hypotoxique

Fibromyalgie et alimentation

La fibromyalgie est une maladie malheureusement trop courante : 4% des femmes et 0.4% des hommes en sont atteints. Bien qu’elle soit de plus en plus courante me semble -t-il, ses causes sont peu ou mal connues.  Néanmoins, un lien a été établi entre fibromyalgie et alimentation mais il est souvent méconnu.

Le parcours du combattant des fibromyalgiques

Certains médecins continuent d’ailleurs à traiter leurs patients comme s’ils traitaient une dépression. Il est vrai que nombre de personnes atteintes présentent un caractère dépressif mais il ne faut pas confondre cause et conséquence… Qui ne le serait pas après avoir passé des mois voire même des années à errer de médecins, en spécialistes, en examens médicaux divers et variés sans résultat probant et en s’entendant dire régulièrement qu’il n’y a rien à l’examen et que c’est certainement psychologique ?

  • Pour le patient c’est très dur,
  • pour le médecin c’est le sentiment d’impuissance
  • et pour l’entourage c’est l’incompréhension…

Pour moins que ça, beaucoup d’entre nous seraient dépressifs, non ?

A cela, s’ajoute des douleurs 24H/24H…

Alors, pour avoir une personne très chère dans mon entourage qui a traversé ce parcours du combattant, j’ai pu voir l’impact de changements alimentaires sur l’évolution de la fibromyalgie.

Le changement d’alimentation est en tout cas, d’après moi, l’une des mesures principales à mettre place pour améliorer son quotidien. Même s’il n’y a pas que ça : travailler sur le stress et la gestion de son énergie est aussi très important pour espérer aller mieux.

Après avoir lu, l’alimentation ou la 3ème médecine du professeur Seignalet, j’étais persuadée que tenter un changement d’habitude alimentaire était certainement l’une des premières choses à faire pour espérer aller mieux quand on est atteint de fibromyalgie. Cela dit,

  • entre ce que l’on lit,
  • ce que l’on dit
  • et ce que la personne reçoit comme message à un instant donné,

le cœur du message a plus de chance de faire chou blanc, que d’arriver à bon port et d’être entendu, compris et intégré…

Or, c’est bien ça qui est important ! Pour être acteur de sa santé, il faut le vouloir et il faut avoir compris POURQUOI, c’est important et quels sont les mécanismes. Nous le savons tous, changer ses habitudes, on ne va pas se mentir, c’est difficile ! Et ça l’est, d’autant plus, quand on touche aux habitudes alimentaires, car manger, c’est aussi un plaisir !

Je vous propose donc de reprendre les explications du professeur Seignalet sur le lien entre fibromyalgie et alimentation…

Quel lien entre Fibromyalgie et alimentation ?

Tout d’abord, il faut savoir que le professeur Seignalet a suivi (entre 1991 et 2003) 80 personnes atteintes de fibromyalgie avec les résultats suivants :

  • 90 % de réussite (amélioration des symptômes jusqu’à mise en sommeil de la pathologie)
  • 10 % échecs

Ce qui est nettement supérieur à tous les autres traitements généralement proposés par ailleurs aux patients (anti-inflammatoire, anti-douleur, anti dépresseurs) qui ne peuvent régler le problème car il ne s’adresse pas à la cause…

En effet, la fibromyalgie est bien réelle et non une maladie psychosomatique comme certains patients s’entendent encore dire…

En effet, dans le liquide céphalo rachidien, on retrouve une molécule témoin de douleur « vraie » en quantité 4 fois plus élevée que chez quelqu’un de non atteint c’est la preuve que la douleur est bien réelle et qu’il ne s’agit pas d’hystérie…

C’est d’après lui ce que l’on appelle une maladie d’encrassage en rhumatologie.

Comment fonctionne cet encrassage entre fibromyalgie et alimentation?

C’est-à-dire ? C’est-à-dire qu’à l’origine des symptômes, il y aurait un phénomène d’encrassage des cellules. Ce qui explique l’apparition de la fibromyalgie à partir de la trentaine.

Il y aurait effectivement accumulation de molécules étrangères à notre organisme dans les tissus. Or ces molécules sont des molécules « incassables » d’origines alimentaires ou bactériennes qui traverser

encrassement cellulaire

aient la barrière intestinale au niveau de notre intestin grêle. Le problème c’est qu’une fois passait notre barrière intestinale dans les cellules, nous n’avons pas les enzymes nécessaires (c’est-à-dire les ciseaux), pour les découper et les rendre utilisables pour les cellules…

C’est donc des molécules qui vont venir s’accumuler, s’accumuler encore, jusqu’à gêner le fonctionnement de nos cellules…

C’est donc une pollution interne à notre corps, un peu comme l’accumulation de plastique dans les océans qui gênent le fonctionnement des écosystèmes…Ou l’accumulation de calcaire dans les tuyauteries jusqu’à ce que votre machine à laver ou votre chauffe-eau dysfonctionnent 😉.

Ici, cette accumulation a lieu majoritairement dans les cellules musculaires, les cellules des tendons et les cellules de notre cerveaux (neurones et astrocytes…).

Bilan ?

  • Pas d’inflammation, pas ou peu de destruction de tissu donc pas de signaux sur les analyses prescrites habituellement.
  • Mais des douleurs musculaires, tendineuses, une résistance à l’effort diminuée…
  • Et des neurones qui dysfonctionnent donc des troubles de la mémoire, des problèmes de sommeil, des tendances dépressives, névralgies (maux de tête) ….

Si vous m’avez bien suivi jusqu’ici, l’idée est donc de supprimer l’apport de ces molécules « incassables » qui encrassent vos cellules !

Les aliments responsables de la fibromyalgie

Oui, notre alimentation serait un des principaux filons d’arrivée de ces molécules dans nos cellules…

La faute à notre alimentation moderne qui est peu adaptée à nos enzymes intestinales (ciseaux) et qui est agressive pour notre barrière intestinale, dans laquelle au fil du temps s’installe une hyperperméabilité. C’est-à-dire que le maillage se desserre dans « le tamis », laissant passer des molécules qui ne devraient pas passer… A savoir également, que le stress favorise l’apparition de ces « anomalies » dans le « tamis », ce qui expliquent le lien entre stress intense et apparition de la maladie ou aggravation des symptômes.

Pour éviter cela, le professeur Seignalet recommande de suivre le régime hypotoxique… C’est-à-dire de revenir à une alimentation la plus proche possible de ce que consommaient les cueilleurs-chasseurs que nous étions, avant des millénaires de progrès…

Là, je vous imagine prendre peur et vous imaginez en hommes ou femmes de Cro-Magnon ou de Tautavel selon vos références 😉.  Ne partez pas tout de suite, je ne suis pas une femme de Cro-Magnon, inutile d’aller cueillir des baies dans la forêt et de chasser le mammouth !

 

Voici les grandes lignes de l’alimentation hypotoxique

  • Arrêter les produits laitiers

    (lait, yaourts, crèmes, crème glacée, beurre…)

Oui tous !produits laitiers et fibromyalgie

L’homme n’est pas fait pour boire du lait à l’âge adulte et encore moins celui d’autres espèces. Les caséines qu’il contient sont pro inflammatoires et participent à l’hyperperméabilité intestinale. (Je n’ai pas parlé de lactose, ce qui sont intolérants au lactose, ont de la chance en quelque sorte, car ils vont, de fait, réduire leur consommation de produits laitiers et donc déjà limiter l’apport de ces caséines).

 

  • Supprimer toutes les céréales “mutées”

    .

C’est quoi ce truc ?

Eh bien, il s’agit de toutes les céréales « modernes » (blé, épeautre, avoine, millet, maïs) donc, tous les pains y compris ceux sans gluten contenant de la farine de maïs…, les gâteaux, les pâtes, les viennoiseries… Bien sur le gluten est en cause, et il porte bien son nom, puisqu’il forme une sorte de « glue » à l’intérieur de vos intestins qui va « asphyxier » vos cellules intestinales et donc entrainer un « desserrement des mailles du tamis ». Mais toutes les céréales sans gluten ne sont pas pour autant acceptables. En effet, le maïs a été autant modifié que le blé et nos « ciseaux » intestinaux ne sont pas plus capables de le couper…

Bref je pense que vous avez compris et que là vous vous dites, mais elle mange quoi Virginie ?

Ne vous inquiétez pas, il reste le sarrasin, le quinoa, le riz et toutes les légumineuses…

 

  • Pas de cuisson à haute température

    mais à la place, plus de cru et des cuissons douces à basse température ou en vapeur douce…Les fans de tartare et de fruits de mer devraient y trouver leur compte 😉.cuisson toxique

Pourquoi ?

Parce que les molécules de Maillard et l’acrylamide qui se forment à la cuisson sont totalement inadaptées à nos enzymes intestinales et qu’elles se forment d’autant plus rapidement et en grande quantité que la température de cuisson dépasse les 100°C et que le temps de cuisson est long. C’est simple, dès que ça dore, que ça brunit, que ça grille ou que ça caramélise c’est à éviter…Oui je sais vous adorez le grillé, le croustillant, le caramel…Et bien moi aussi j’adorais ça, mais le professeur Seignalet n’est pas le seul à pointer du doigt ces molécules encrassantes qui agissent un peu comme du goudron dans vos cellules…Le professeur Joyeux prône également une éviction des cuissons trop fortes et trop longues (Changer d’alimentation Professeur Joyeux). Et puis, si il y a autant de crudivores ce n’est à mon sens, pas un hasard…

 

  • Exclusion des plats industriels

Alors bien sûr, cette alimentation hypotoxique exclut, vous l’avez compris, la majorité des plats préparés industriels. Et c’est tant mieux, car je ne vous ai pas parlé des additifs et de leur impact négatif sur notre intestin…

 

  •  Favoriser les produits bruts

Elle favorise aussi largement les produits bruts et donc la préservation des vitamines et des minéraux. Ça tombe bien puisqu’on est souvent en carence de vitamine C et de magnésium à minima. (JP Curtay Immunonutrition)(si ça vous interpelle, je vous suggère la lecture de cet article sur les aliments les plus riches en vitamine C  ou celui ci sur les carences en magnésium.

produits bruts et crus
Crudités Designed by Unsplash Dan gold

 

Comment changer ses habitudes alimentaires ?

Si vous déjeunez le matin, la première chose sera de s’attaquer à ce petit déjeuner…(ceux qui ont lu cet article son également intéressés par celui spécifique au petit déjeuner Seignalet)

Oublions notre petit déjeuner français, et testons celui de nos voisins anglo-saxons par exemple…Un œuf à la coque par exemple…

Le salé, c’est trop dur pour démarrer ?Une chicorée, ou un thé vert, accompagné de fruits secs ou de fruits frais ? Un yaourt au soja ou au lait de coco ?ci joint le lien vers des recettes pour les faire maison: recette yaourt au soja, recette yaourt coco.

A vous de tester et de trouver ce qui vous convient le mieux.

Mon meilleur conseil ensuite, ce n’est pas de chercher des substituts aux produits laitiers et aux pâtes ou au fromage, vous serez certainement dérouté par le goût de ces produits qui même si certains sont bons et recommandables ne correspondent pas à vos anciens repères gustatifs.

L’idée, ce sera plus, de changer vos habitudes alimentaires : plus de fruits et de légumes (vous verrez qu’il restera moins de place aux pâtes et aux yaourts), le riz est également un moyen de compenser en partie, les pâtes.  Vous êtes à court d’idées ? Dans mon bonus gratuit, je vous donne 10 recettes faciles et rapides pour tous les jours, pour vous aider à démarrer cette alimentation hypotoxique.

10 recettes sans lait et sans gluten pour soigner son assiette

 

Trop dur d’adopter une alimentation hypotoxique ?

Ça vous parait peut-être trop compliqué à réaliser…Vous avez l’impression que c’est à l’opposé de votre façon de manger aujourd’hui, ou simplement de vos goûts.

Vous ne voyez pas comment vous allez pouvoir faire pour adopter et respecter tous ces principes…

Si vous êtes atteint de fibromyalgie, je parie que vous ne vous imaginiez pas non plus qu’un jour, vous endureriez toutes ces douleurs…

Un exemple pour vous motiver!

Eh bien, c’était la même chose pour cette personne très proche de moi, extrêmement dynamique, une énergie à revendre…jusqu’à ce que cette maladie prenne le dessus sur sa vie, sans qu’elle sache exactement ce qui lui arrivait, et ce, pendant plusieurs années.

Puis le diagnostic tombe, les essais de traitements échouent les uns après les autres… Les mois défilent et les douleurs ne lui laissent aucun repos. Au départ, faire tous ces changements alimentaires lui paressaient impossibles…Puis l’idée a fait son chemin jusqu’à ce qu’ELLE soit prête et qu’elle prenne, elle, SA décision. Ce n’est pas la seule chose qu’elle a mise en place, elle a également travaillé pour gérer son niveau de stress et son niveau d’énergie et tout cela, a bien sûr eu un impact sur ces intestins puis, sur ces symptômes. Elle a repris sa santé en main et elle ne le doit qu’à elle.

Pour avoir des résultats sur votre fibromyalgie

Pour avoir des résultats encourageant en quelques semaines voire quelques mois (chacun est différent avec un niveau d’encrassage différent et surtout un bagage génétique et intestinal unique), le plus efficace est d’appliquer ces recommandations à la lettre du jour au lendemain et c’est ce que prône le professeur Seignalet. Certains très motivé avec la force de caractère qui va avec y arriveront et tant mieux ! N’hésitez pas faites-le !

Mais pour les autres, ce sera trop d’un coup…A la vue de la montagne à franchir pour y arriver, ils seront découragés et abandonneront l’idée d’inverser l’évolution de leur fibromyalgie par l’alimentation, avant même d’avoir essayé.

Et bien, je trouve cela dommage !

Et je vais vous dire, mes changements nutritionnels, je les ai mis en place sur plusieurs mois voire plusieurs années. Et la personne proche de moi qui est atteinte de fibromyalgie également. Elle n’est d’ailleurs pas encore à 100% d’alimentation hypotoxique. Mais pour autant tout ce qu’elle a fait est loin d’être perdu car c’est ça en moins d’encrassage et elle évolue durablement vers une alimentation hypotoxique et vers la réduction de ses symptômes…

Bref vous l’avez compris, je suis adepte de la méthode Kaizen :

« Un objectif inatteignable ne l’ai plus quand on l’a découpé en plusieurs mini objectifs atteignables. Une marche à la fois, on avance et c’est ce qui compte 😉.»

changer d'habitudes alimentaires pas à pas

Alors vous risquez quoi à essayer d’explorer ce lien entre fibromyalgie et alimentation, même si c’est par petits pas ?

 

Seuls effets secondaires connus, une meilleure santé et une amélioration pour plus de 100 pathologies…Et oui ça marche aussi pour les autres 😉, et ce sera un argument de poids pour convaincre votre entourage !

 

Cet article vous a plu?  Laissez moi un commentaire !!!

Vous connaissez quelqu’un qui a une fibromyalgie? Cet article peut l’aider à adapter son alimentation, envoyez lui!

Fibromyalgie et alimentation hypotoxique
Épinglez moi sur Pinterest en cliquant ici!

Pour approfondir si vous le souhaitez, l’alimentation hypotoxique, je vous conseille de lire ces deux excellents livres: L’alimentation ou la 3eme médecine Pr Jean Seignalet/  Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet Jean Marie Magnien

Les autres sources que je site dans l’article, qui sont d’excellents ouvrages mais pas spécifique à l’alimentation hypotoxique, à lire en complément si vous le souhaitez:

 

*Les liens partagés sont des liens affiliés.*

Accédez à ma page Mentions légales pour en savoir plus sur l’affiliation. Pour résumer, si vous cliquez sur un lien ci-dessus et que vous achetez l’article que je conseille, une commission me sera versée. Elle n’augmente en aucun cas le prix. Dans tous les cas, jamais je ne conseillerai des produits que je ne prendrai pas moi –même. Donc, j’espère que mes avis vous seront utiles pour vos futurs achats!

 

Illustrations:  Fibromyalgie et alimentation créé par freepik – fr.freepik.com licence creative commons /  encrassage alimentaire designed by Rilsonay by pixabay.com licence creative commons/Produits laitiers créé par freepik – fr.freepik.com licence creative commons /    globule blanc: designed by Flickr.com by Donald J. Davidson CC/ décharge toxique designed by Neu Packly by pixabay.com licence creative commons / cuisson haute température designed by thomas Ulrich Pixabay.com licence creative commons/  changer d’alimentation pas à pas créé par freepik – fr.freepik.com licence creative commons

 

Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
    1
    Partage
  •  
    480
    Partages
  • 479
  •  
  •  
  • 1

9 commentaires sur “Fibromyalgie et alimentation”

  1. Salut Virginie,
    Je viens de lire ton article et je le trouve super intéressant. Je travaille en pharmacie et suis confrontée malheureusement à des personnes souffrant de fibromyalgie. Elles sont traitées par toutes sortes de traitements et j’ai l’impression que les médecins n’informent pas suffisamment leurs patients sur quelle alimentation suivre afin d’aller mieux et avoir moins de douleurs. J’espère que ton article en aidera plus d’un 💪 .

    1. Merci Samanta pour ton commentaire. Je suis complètement d’accord avec toi, les patients ne mesurent souvent pas l’impact de leur mode de vie et de leur alimentation sur leur pathologie…J’espère aussi que cet article en aidera plus d’un c’est bien ce qui m’anime 🙂

  2. Bonjour Virginie,
    Ton article est très clair, bien mené et accessible à tout public… et çà, c’est pas de la tarte (sans gluten !).
    Je le partage immédiatement et un grand merci à toi également pour ton blog auquel que je suis abonnée.

  3. Merci pour ce lien entre fibromyalgie et alimentation. C’est effectivement important!
    Je voulais juste apporter un témoignage de professionnel puisque je suis psychologue et je travail dans un service hospitalier qui reçoit beaucoup de pathologies avec des douleurs diffuses comme la fibromyalgie. Et, je crois que je dois depuis de nombreuses années dépasser le score du Dr. Seignalet et je peux dire que systématiquement, sur les personnes qui voulaient bien faire un travail sur eux, on trouvait des traumatismes qui parfois paraissaient anodins au premiers abords ou qui étaient relégués aux oubliettes. Et seulement en levant le barrage du trauma, on avait un effet direct sur les douleurs.
    Bien sûr, il est super important de coupler ce travail avec une modification d’alimentation qui a de réels effets.
    De plus, dans l’approche psychosomatique on fait souvent une confusion entre ce que disent les médecins, en disant c’est Psy !! En fait, c’est pour eux une façon de se décharger du problème.
    En réalité, ce qui psychosomatique signifie avoir des douleurs bien réelles mais qui ont comme origine, entre autres, un choc psychique. Et cela n’a rien d’anodin. Je dis tout cela en étant en même temps d’accord avec l’approche de l’alimentation santé. Je voulais apporter ce complément important dans la prise en charge de la fibromyalgie.
    Merci encore pour l’article très complet sur l’alimentation.

    1. Bonjour, bien que ma thématique soit spécialisé alimentation, je suis entièrement d’accord et l’approche doit toujours être polyfactorielle (alimentation, gestion du stress et les traumatismes sont bien évidemment à traiter aussi)…Je suis une adepte du dictionnaire des malaises et des maladies bien que je pense que votre approche aille au delà. Merci Patrice pour cet éclairage qui sera certainement utile et complémentaire aux personnes souffrants de fibromyalgie qui ne connaissaient peut être pas cette approche complémentaire … En couplant les 2, on doit arriver à 100% de réussite 😉 !

      1. Merci pour votre retour.
        Effectivement, c’est ce que je souhaite aussi. C’est en couplant plusieurs approches qu’on peut aider au mieux les personnes diagnostiquées de fibromyalgie à se libérer de leurs douleurs qui les privent de leur vie. C’est pour ça que j’ai mis en place une approche entre Psychologie, Ostéopathie et des approches de médecines traditionnelles qui est présentée sur cet article : https://de-nouveaux-horizons-en-psychologie.com/liberer-ses-emotions/ que vous pouvez aller voir pour vous faire votre opinion. Il me manque quant à moi l’aspect alimentation, donc merci encore pour votre article et votre thème de blog qui m’intéresse très fortement 😉

  4. La fibromyalgie étant malheuresement de plus en plus présente dans les conversasions, j’avais bien besoins d’une petite mise à niveau. Je sous-estimait certainement le lien entre la fibromyalgie et l’alimentation… Les stats de 90% sont vraiments impressionnants.
    Bravo et merci Virginie pour cet article très complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.